Procter et Gamble change de patron

Le 1er novembre, le numéro 1 de la branche produits de beauté Procter et Gamble David Taylor remplacera Allan George Lafley au poste de directeur général du groupe. Celui-ci est engagé dans un vaste plan d'économies.
Âgé de 56 ans, dont 35 passés chez P&G, David Taylor a occupé plusieurs postes à responsabilités sur plusieurs continents.
Âgé de 56 ans, dont 35 passés chez P&G, David Taylor a occupé plusieurs postes à responsabilités sur plusieurs continents. (Crédits : Capture d'écran YouTube/ Duke University - The Fuqua School of Business)

Le fabricant américain de produits de grande consommation Procter and Gamble a annoncé mardi 28 juillet la promotion au poste de directeur général de David Taylor, actuellement à la tête de sa branche de produits de beauté et de soin. Âgé de 56 ans, dont 35 passés chez P&G, il a occupé plusieurs postes à responsabilités sur plusieurs continents.

Il remplacera au 1er novembre à ce poste le PDG Allan George ("AG") Lafley, âgé de 68 ans. Allan George Lafley, qui restera président du conseil d'administration, avait dirigé le groupe pendant l'essentiel des années 2000, et avait été rappelé de sa retraite en 2013 pour remplacer son propre successeur, Robert McDonald. Beaucoup d'observateurs avaient estimé à l'époque qu'il était surtout là pour assurer la transition avant la nomination d'un patron plus jeune.

Procter et Gamble fait le grand ménage

P&G, qui compte parmi ses produits phares les couches-culottes Pampers ou les rasoirs Gilette, est engagé depuis plus de trois ans dans un vaste programme d'économies. Il a parallèlement commencé l'été dernier à faire le ménage dans ses marques : fin mars, des décisions d'en arrêter ou d'en céder plus de 40 avaient été prises, sur un objectif de 90.

P&G s'est notamment délesté des piles Duracell ou des savons Zest et Camay. Et il a encore annoncé au début du mois le transfert à son compatriote Coty de toutes une série de marques de beauté, dont les shampoings Wella, les maquillages Max Factor et CoverGirlm, ou des parfums.

Le groupe doit publier jeudi 30 juillet ses résultats du deuxième trimestre. Sur les trois premiers mois de l'année, il avait été plombé comme beaucoup d'autres multinationales américaines par le dollar fort: son bénéfice net avait reculé de 17% à 2,2 milliards de dollars et son chiffre d'affaires de 8% à 18,1 milliards de dollars.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.