A Tanger, Renault produira aussi des ...Nissan

 |  | 431 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A partir de 2014, des véhicules du partenaire japonais du constructeur français devraient être fabriqués au Maroc au rythme de 60 000 par an environ.

La nouvelle usine de Renault à Tanger devrait produire aussi des? Nissan. Même si le constructeur japonais s?est initialement retiré du projet, laissant son allié français utiliser seul le site marocain dans les premières phases. Mais, d?ores et déjà, un terrain lui a été réservé. Cette arrivée devrait intervenir à l?horizon 2014. Nissan pourrait produire environ 60.000 véhicules à Tanger sur la base des (Dacia) Logan.

Un installation de la firme japonaise n?empêchera pas, toutefois, l?usine, qui a été inaugurée jeudi, d?être essentiellement un site Renault. La production du monospace compact Lodgy vient d?y démarrer à faibles cadences (30 véhicules par jour). Par souci notamment d?assurer une excellente qualité. Et ce, avec l?aide de 300 techniciens ou ingénieurs étrangers (sur 2.500 salariés) qui proviennent des autres sites de Renault dans le monde. Il y a ainsi parmi eux, une dizaine de turcs, dont le directeur du site, une dizaine de roumains, une trentaine d?espagnols, un japonais, le reste étant composé de français.

Un taux d'automatisation très faible

Tanger va vite monter en cadence, à 30 véhicules par heure dans les trois mois. Une deuxième équipe sera mise en place en mars-avril prochain, puis une troisième avant la fin de l?année. Au cours du second semestre, le Lodgy partagera sa ligne de montage avec un ludospace et un utilitaire de type Kangoo. En 2013, sera lancée une deuxième ligne de montage, permettant de doubler les capacités à 340.000 unités par an? pour Renault. Le potentiel maximal prévu est de 400.000.

Ce site, spécialisé dans les véhicules à bas coûts, est peu automatisé pour faire des économies. Le taux d?automatisation en tôlerie est en effet très faible (6% à peine). Pour réduire les coûts, l?usine est d?ailleurs conçue très rationnellement, sur le modèle du site Nissan de Chennai, en Inde, avec un flux de production tout en longueur. La semaine de travail y est de 44 heures. Mais l?usine tournera à terme en 3x8, six jours sur sept. Le salaire net d?un opérateur est de 250 euros par mois, soit quasiment la moitié de celui d?un roumain. Tanger est un site d?emboutissage, de tôlerie, de peinture, d?assemblage. Mais toute la mécanique restera importée. Sur un Lodgy, les moteurs diesel viennent d?Espagne, les boîtes de vitesses du Portugal, les trains avant de l?usine française du Mans. 90% de la production de Tanger sera exportée.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2015 à 23:41 :
Je suis un jeune marocain de 22ans ayant le niveau bac qui a suivi d 2 ans de formation de technicien en maintenance des installations automatisées.
je désire un poste stable dans votre honorable entreprise.
a écrit le 10/04/2012 à 15:55 :
Il faut dire bien haut que l'automobile française est un segment identique aux 65 autres de l'activité de production française, qui sont souvent, eux, moins performants voire en phase de démarage pour certains. Ce secteur emploi moins de 400 000 personnes au total, comme d'autres et c'est bien à tort que l'on a voulu le monter -avec la complicité de tous- pour qu'il ne soit pas "descendu". Il reste donc à nos dirigeants à faire ailleurs aussi bien que ce que fait l'automobile. Maintenant un constat : le principal de la maîtrise technologique de fabrication n'appartient pas aux constructeurs mais aux équipementiers. Le savoir faire de conception par contre, qui leur appartient, est pratiquement auto-sauvegardé par son seuil de mise en place qui n'est praticable par aucun autre pays sauf volonté et financement des deux grands qui pourraient le faire encore. Sachant que l'Inde est déjà dépassé et la Chine en phase avortive. L'enjeu essentiel reste donc le développement propre, la rentabilité et la montée en gamme. Il faut des marges pour avancer. Les constructeurs français avancent plus que d'autres.
a écrit le 13/02/2012 à 11:32 :
Beaucoup de Polémique pour si peu !
Finalement que ressort-il de cet article ? le Maroc a fourni un immense terrain vierge en contrepartie de 6000 emplois de qualification,somme toute, relativement modeste. il n' y a pas de vrai de transfert de technologie et les principaux organes qui nécessitent un plus grand savoir faire technique restent européens. La bonne question que devraient se poser les hommes politiques français , de gauche comme de droite, c'est de savoir pourquoi les moteurs, les boites de vitesse et les trains avant qui seront montés sur un Lodgy ne sont pas made in France alors que ce sont des produits techniques à plus forte valeur ajoutée.
Un homme politique qui aspire accéder à la plus haute charge de l'état dans un pays démocratique doit faire preuve de plus pragmatisme et ne pas s'engouffrer dans la première brèche qui s'offre à lui pour tenir des propos démagogiques.Qu'ils laissent ce genre de polémiques aux populistes qui n'ont que ça comme fonds de commerce
Ces hommes politiques qui s'indignent sur l'implantation de Renault à Tanger, se sont-ils posé la question de savoir ce que rapporte à la France le projet de TGV en cours au Maroc, celui du Tramway de Casablanca et celui de Rabat pour ne parler que des projets fortement médiatisés,y compris en France, initiés ces dernières années et dont les travaux de l'un d'entre eux ont été lancés en présence du Président NICOLAS SARKOZY.
Sachant que dans tous les cas ,un produit aussi low-cost ne peut en aucun cas être monté en France, est-il mieux qu'il soit fabriqué au Maroc, où il y a beaucoup d'intérêts français et qui sert de rempart à l'émigration sub-saharienne ou bien en chine?
Qu'on se rassure, je ne veux que du bien pour la France et ce tant pour des raisons affectives qu'objectives. Alors, de Grâce que les hommes politiques respectent les électeurs et qu'il leur parlent de choses sensées y compris pendant les campagnes électorales.


Réponse de le 22/02/2012 à 16:02 :
Ecxelent commentaire, BRAVO
a écrit le 13/02/2012 à 10:59 :
L'automatisation (et les robots d'assemblage) coutent cher en maintenance, et encore plus cher en maintenance prédictive!
Pour un véhicule simple cela ne se justifie pas.
Comme j'ai déjà dit par ailleurs il faut surveiller le taux de reprises (mise aux normes) des véhicules en bout de chaine au fur et a mesure de la montée en cadence. C'est le B a Ba d'un constructeur généraliste comme Renault.
Je l'ai vécu personnelement en tant que consultant en GPAO sur une usine Renault au Portugal et c'était il y a longtemps!
a écrit le 11/02/2012 à 9:32 :
"Taux d'automatisation très faible" cela est curieux ,je pensais que les ingénieurs avaient constaté une meilleure qualité avec les automates du fait de la régularité que ne peuvent pas assurer des ouvriers dans le temps du fait de la fatigue physique .
Question : les véhicules ainsi produits seront ils de qualité équivalente à ceux produits en France sur des chaines automatisées ?
a écrit le 10/02/2012 à 18:56 :
attention les chinois guettent. alors je préfère le maroc et les travailleurs marocains qe les chinois
a bon entendeur
Réponse de le 10/02/2012 à 20:10 :
Moi je prefere la France et l'Europe, c'est le consommateur qui fait le choix d'encourager les delocalisations
a écrit le 10/02/2012 à 17:31 :
vive le libre échange, tu es gentil mais le libre échange ça ne marche pas que dans un sens... si l'on se place de l'autre côté, et avec ton raisonnement ils doivent interdire la vente des véhicules et les produits français ou européens à destination du Maroc, ou de pays à libre échange !

c'est en tout cas ce que laisse supposer ton "vive le" ironique...
Réponse de le 10/02/2012 à 19:14 :
Ce sont les marocains qui ont demandé l'accord de libre echange avec l'UE et qui ont le plus bel interet, car le Maroc n'a pas de petrole ou de gaz a exporter contrairement a l'Algerie, donc il faut faciliter ses exportations textiles et legumes et autres biens de consommation et l'Algerie n'importe rien du Maroc pour des raisons politiques. Donc l'Europe est l'unique debouche des produits marocains. Capiche ?
Réponse de le 11/02/2012 à 1:03 :
pour geopoliykhan a ton avis l algerie il se nourit d ou tomates patate poissons ...etc.... tu te pose pas la question d ici 10 ans maxi y aura pas de petrole y aura de l eau alors pour ton pays ...c est chaud la on va rigoler vous deja vous l etes avec le gaz et le petrole alors ss mon dieu ....
a écrit le 10/02/2012 à 17:19 :
<Je croyais avoir lu que Nissan s'était retiré du projet marocain???
a écrit le 10/02/2012 à 16:01 :
Je l'avais annoncé il y a 6 mois, du Dacia mais surtout du Renault et Nissan sortiront de l'usine de Tanger. Et oui "Insider" avait raison. Renault ne l'annonce pas avant les elections presidentielles mais dès septembre 2012, Renault annoncera que certains nouveaux vehicules Renault seront tres prochainement produits au Maroc pour etre exportes vers l'Europe avec 0% de taxes douaniere ! Vive le libre echange !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :