Les ventes de Renault et PSA dégringolent en Europe

Le marché auto européen s'est replié de 9,2 % en février. Mais PSA chute de 16,5 % et Renault de 23,7 %.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Ca ne va pas fort ! Le marché européen chute. Et les constructeurs tricolores davantage encore. Les immatriculations de voitures neuves ont fléchi de 9,2 % en Europe (Union européenne + Islande, Norvège, Suisse) le mois dernier, selon l'ACEA (Association des constructeurs européens d'automobiles).

Et, dans cette conjoncture, les marques tricolores dégringolent encore davantage. PSA chute carrément de 16,5 %. Au sein du groupe français, Peugeot fléchit de 20,5 %. La marque Citroën limite, elle, la casse (- 11,7 %). Renault fait encore pis (- 23,7 %), la marque au losange proprement dite plongeant de 27,3 % ! Le label à bas coût roumain Dacia sauve encore une fois les meubles (- 5,4 %).

Une part de marché en berne

Au cumul sur les deux premiers mois de l'année, le marché européen baisse de 7,8 %. PSA est en chute de 15,5 %, le groupe Renault de 24 %. La part de marché des constructeurs français est en berne. PSA n'est qu'à 12,6 % (13,7 % un an auparavant) sur deux mois et Renault à 8,8 % seulement (10,7 % précédemment).

Le marché français plonge

PSA et Renault pâtissent d'un fort recul du marché automobile hexagonal (- 20,2 % en février). Et ce, alors que le marché auto allemand, sur lequel ils sont faibles, reste stable. Par ailleurs, ils subissent l'érosion du segment des petits modèles d'entrée de gamme dont ils sont les grands spécialistes.

Mais la baisse des ventes en France n'explique pas tout. Les constructeurs français sont visiblement en attente du renouvellement de leurs "Best sellers", la Peugeot 207 et la Renault Clio III. La première sera renouvelée à la fin du mois et remplacée par la 208. Quant à la Clio, elle sera  suuplantée par l'opus IV à la rentrée. 

GM et Fiat en médiocre posture

En février dernier, le groupe Volkswagen a bien résisté, avec un fléchissement de 2,1 % seulement, inférieur à la chute du marché. Quant aux spécialistes germaniques du haut de gamme, ils restent quasi-stables (BMW) ou accroissent carrément leurs immatriculations (+ 5,2 % pour Daimler). Ford ne recule que de 7,7 %. GM et Fiat ne font, en revanche, pas beaucoup mieux que les français, avec des baisses respectives de 13,6 % et 16,5 %.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 30/03/2012 à 17:25
Signaler
Le coeur de cible des marques françaises est le groupe qui souffre le plus de la crise, en France et en Europe. Et on voit les effets pervers de la prime à la casse. Les acheteurs ont acheté ! Et ils ont acheté de petits véhicules qui, même de marque...

à écrit le 15/03/2012 à 14:18
Signaler
Je vais attendre quelques mois avant d'acheter une nouvelle voiture .... je ne vois toujours pas les prix baisses .... etrange, non ?

à écrit le 15/03/2012 à 10:23
Signaler
Bravo M. Ghosn, Bravo aux technocrates qui dirigent nos grandes entreprises, bravo aux technocrates français, bravo aux technocrates européens de Bruxelles et d'ailleurs, on est comme des c...à cause de vous. Bravo également au management à la frança...

le 16/03/2012 à 10:49
Signaler
ba oui justement bravo, le groupe renault est à la troisième place mondial et il n'a jamais autant vendu de voiture dans le monde. et oui bérézina, la france n'est plus grand chose dans notre monde mondialisé, ca se passe ailleurs maintenant .......

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.