Faurecia, l'équipementier de PSA, révise encore à la baisse ses perspectives de marges

 |   |  475  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'équipementier automobile, filiale de PSA, a publié un chiffre d'affaires en hausse de 7,9% au troisième trimestre à 4,09 milliards d'euros. Mais il révise ses perspectives de marge opérationnelle à la baisse. Il table sur un niveau supérieur à 500 millions d'euros, contre 560 à 610 millions auparavant.

Chez PSA Peugeot Citroën, il y a au moins quelque chose qui tourne bien, c'est... a priori Faurecia. L'équipementier automobile, filiale de PSA, (à 57,4%) a publié ce mardi un chiffre d'affaires en hausse de 7,9% au troisième trimestre à  4,09 milliards d'euros, grâce à une croissance des ventes en Amérique du nord (+19%) et du sud ainsi qu'en Asie (+10%), et malgré  "un repli significatif de 4% des ventes en Europe", selon un communiqué. Un chiffre toutefois un peu trompeur. Il intègre effectivement 136,3 millions d?euros d?effet périmètre, principalement lié à l?intégration de l?usine Ford Saline (Michigan, Etats-Unis), consolidée au 1er juin 2012, à hauteur de 112,8 millions d?euros.

Croissance sur neuf mois

A données comparables (taux de change et périmètre constants), le chiffre d?affaires consolidé du fabricant de composants automobiles est demeuré stable par rapport au troisième trimestre de 2011. Déjà pas si mal! Sur neuf mois, le volumes d'affaires grimpe de 7,6% à 12,85 milliards (+2,6% à périmètre comparable).

Marge un peu supérieure à 500 millions

Seulement voilà:  la conjoncture en Europe n'en pèsera pas moins sur sa marge opérationnelle annuelle! Même si Faurecia a réduit sa dépendance à l'égard du Vieux Continent, avec 48% de ses ventes réalisées en dehors, il demeure en effet sensible à l'évolution de la production automobile du Vieux Continent. Or, l'équipementier automobile prévoit "un fort recul de ses ventes en Europe au cours du dernier trimestre". Du coup, et malgré ses bonnes performances ailleurs, le fabricant d'équipements (sièges, intérieurs pour véhicules, échappements) a révisé une nouvelle fois à la baisse son objectif de marge opérationnelle, l'estimant désormais "à un niveau supérieur à 500 millions d'euros", contre 560 à 610 millions auparavant.

Premier semestre en baisse

Les résultats de Faurecia se sont dégradés au premier semestre. La marge opérationnelle s'élevait à 302,5 millions d'euros, en recul de près de 40 millions par rapport à la période correspondante il y a un an. Elle représentait 3,5% du chiffre d'affaires total, contre 4,2% au premier semestre 2011. Le résultat net consolidé (part du groupe) se montait à 120 millions d'euros, contre 185,8 millions d'euros au premier semestre de l'an dernier. "Compte tenu de la croissance des investissements et de la hausse du besoin en fonds de roulement lié aux études et outillages à facturer", l 'équipementier expliquait que son "cash flow "net (flux de trésorerie) était négatif de 119 millions d'euros.

Provisions pour restructuration

Faurecia avait averti en juillet que la dégradation de la situation devrait l'amener à ajuster ses effectifs en conséquence. Il a comptabilisé 42,7 millions d'euros au titre des restructurations sur les six premiers mois de 2012.  "Pour préserver notre rentabilité en Europe dans un contexte difficile, (Faurecia va) accélérer les restructurations à hauteur de 80-90 millions d'euros en 2012 et 2013", soulignait alors le groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/10/2012 à 10:32 :
et dire que j'ai crus,il y'a quelques années ,à un certain N.M ,qui avait predit faurecia entre 250 et 500 euros.je le regrette amerement au jour d'aujourd'hui.
a écrit le 23/10/2012 à 9:55 :
même Faurecia va mal: si la marge se dégrade avec un CA constant c'est que les activités les plus rentables pour Faurecia (ventes vers PSA) baissent et que les activités moins rentables (ventes aux allemands) montent. Cet entreprise est, comme sa maison mère, engagée sur une mauvaise voie, elle a trop vécu aux crochets de son actionnaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :