Secouée par un violent mouvement social, l'usine PSA d'Aulnay rouvrira lundi

 |  | 369 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Après dix jours d'un mouvement social minoritaire et violent, PSA va rouvrir le site d'Aulnay lundi prochain, mais sous protection.

L'usine PSA Peugeot-Citroën d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), à l'arrêt depuis dix jours en raison d'une grève puis sur décision du groupe, rouvrira lundi protection, mais sous protection, a annoncé la direction dans une lettre aux salariés, dont l'AFP a obtenu copie ce vendredi. "Le site et tous les ateliers seront protégés", écrit Laurent Vergely, le directeur de cette usine qui produit la petite Citroën C3 et doit fermer en 2014. "Un encadrement renforcé sera mis en place dès lundi matin". Un porte-parole a précisé que "des managers d'autres sites de PSA seront envoyés en renfort".

Accusations de dégradations

Le directeur de l'usine accuse les grévistes, qui sont "moins de 400", d'avoir "entravé la production et commis des actes répréhensibles au regard de la loi: dégradation de matériel, jets d'oeufs et de pierre, violences verbales, insultes et tentatives d'intimidation". Le délégué CGT, Jean-Pierre Mercier, a nié "formellement" ces accusations. Mais, les syndicats CFDT, la CTC, CFE-CGC et FO se sont associés pour dénoncer "les révolutionnaires aux motivations troubles", accusés de "vouloir détrure l'appareil industriel de PSA". Sans toutefois nommer expréssément quiconque.

Mouvement minoritaire

L'usine a été paralysée par un mouvement dur mais nettement minoritaire à partir du mercredi 16 janvier. Lundi dernier, c'est la direction qui a décidé de ne pas rouvrir, avançant une avarie technique et des difficultés liées à la neige, puis un "sabotage", à savoir des câbles électriques sectionnés dans l'atelier de ferrage. Mercredi, les cadres et agents de maintenance, soit 500 personnes, ont repris le travail, mais assuraient que  "les conditions de sécurité" des ouvriers travaillant sur la chaîne n'étaient "pas remplies".

8.000 suppressions de postes

La fermeture du site et la suppression de 8.000 emplois en France avaient été annoncées l'été dernier par le groupe PSA en crise. Une annonce, qui a donné lieu à une belle bataille politico-médiatique. Le gouvernement a demandé un rapport. Le rapport Sartorius - du nom de son auteur - a été remis en septembre au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Pour l'essentiel, celui-ci légitime la nécessité d'un plan de restructuration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2013 à 18:46 :
je constate avec dégoût que les commentaires ci dessous ne doivent pas venir de personnes ayant faites 30 de chaîne et qui travaille chez PSA.

Sinon ils n'auraient pas de telles réactions
a écrit le 26/01/2013 à 16:36 :
Comme d'habitude une minorité impose par la violence des idées d'un autre âge. C'est ça le syndicalisme en France.
Réponse de le 28/01/2013 à 18:40 :
et bien je ne pense pas que vous êtes dans le plan social de PSA.

donc vous n'êtes pas en mesure de donner votre avis
a écrit le 26/01/2013 à 13:17 :
Je suis un casseur et un terroriste lol.

Un bruit cour depuis longtemps a se qu'il parait:Tempête de 1999 des collègues ont été envoyé par leurs hierarchiques sur les parcs de l'usine d'aulnay pour détériorer les véhicules neuf pour toucher l'assurance et ensuite les faire réparer par leur ouvrier.

Qui est le casseur magouilleur?


a écrit le 26/01/2013 à 10:47 :
La rédaction de la tribune est partisane,elle ne respecte pas la liberté d'expression.
La preuve j'ai répondue a "n'importe quoi "pour lui dire qu'il avait un prénom qui lui aller comme un gant.
La direction parle de chose illégal commise par les grévistes pfff que du vent aucune preuve.
Par contre les vigiles c'est illégal au regard de la loi et le Lock out aussi.
Je suis non syndiqué et gréviste pour info
Réponse de le 26/01/2013 à 12:08 :
Survolant la tribune ce matin et au vu de certaines réactions d employés français , je suis juste content d avoir investi à l étranger dans une usine ou les salariés sont des personnes responsables , ou les entrepreneurs ne sont pas traités d esclavagistes et où l on ne me reproche pas de gagner de l argent ... Merci encore de confirmer que ma réaction d investir à l étranger fut la bonne !
Réponse de le 28/01/2013 à 18:42 :
pouvez vous nous donner le pays ????? votre secteur d'activité ????
ou vendez vous vos produits ?????

vous faites des raccourcis simplistes
a écrit le 26/01/2013 à 9:51 :
Vous avez le site de production industriel de véhicules d'Aulnays comme parfait exemple du saccage de l'outil de travail par les communistes et syndicalistes purs et durs!.,
Productivité très largement en dessous des autres usines d'assemblages identiques.
Savez vous par exemple, que sur 100 véhicules produits à Aulnays, plus de 20 véhicules font l'objet d'une reprise pour malfaçon, comparé à Rennes la Janais où sur 100 véhicules produits, seuls 4 véhicules font l'objet d'une reprise.
Après on s'étonnera que la direction PSA veuille fermer le site.
Réponse de le 26/01/2013 à 10:58 :
Tu parle de retour clientèle ,mais pour des pannes que l'ont ne peut imputer aux ouvriers.
J'ai travailler au BTU de l'usine de RENNES quand tu vois la merde en retouche peinture qu'il vende ,c'est à en vomir.
Message pour les rennais ,si on peut demander un accord spécifique AULNAY on va pas se gêner.

PS: gréviste et non syndiqué et fiers de l'être
Réponse de le 28/01/2013 à 18:51 :
et alors, je travaille chez renault, et une retouche voiture ne signifie pas une mauvaise qualité.
Justement, c'est le signe d'une grande réactivité puisque la voiture ne part pas chez le client.

de faible chiffre de retouche peuvent signifier qu'ils ne sont pas vu en usine, donc c'est pire.
Le seul problème avec les retouches c'est qu'elle coûtent du temps donc de l'argent mais certainement pas un problème de qualité

Alors vous savez, les chiffres ont leur fait dire ce que l'on veut
a écrit le 26/01/2013 à 9:46 :
M. le délégué cégétiste grande gueule mais sans grande vision économique vous êtes entrain de dire au client potentiel surtout n'achetez pas de Peugeot du site d'Aulnay car nous sommes en grève "stratégique" pour fermer le site et les voitures qui sortent ne peuvent pas être garanties en qualité. Nous avons prévu de faire de Peugeot le premier tombeau automobile français pour faire plaisir aux concurrents qui voient dans notre grève un bon moyen de vendre plus, merci M. Le cégètiste mais également merci à M. Montebourg fameux et fumeux !!!! ministre vendeur de vent,, qui dégaine très vite pour insulter les Entrepreneurs mais tellement muet pour demander aux syndicats d'être dans le concret de la compétivité mondiale.
a écrit le 25/01/2013 à 18:42 :
Ah ben s'il y a grève, qu'ils ne viennent pas se plaindre de perdre un jour leur boulot ! Alors, maintenant, ce sont les syndicalistes qui dirigent. Le communisme est revenu ? Non ? J'ai du mal à y croire... Vite, je déménage hors de France.
Réponse de le 26/01/2013 à 16:32 :
Le communisme est revenu ? A la cgt il n'est jamais partie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :