Réduction d'effectifs dans l'automobile : au tour de la Française de mécanique

 |  | 414 mots
Lecture 2 min.
Copyright PSA
Copyright PSA (Crédits : PSA PEUGEOT CITROËN)
La Française de mécanique annonce 830 suppressions de postes d'ici à fin 2018. Filiale de PSA et Renault, l'usine de Douvrin (Pas-de-Calais) emploie quelque 3.400 personnes aujourd'huI. Production en baisse et réduction d'effectifs sont partout à l'ordre du jour.

La Française de mécanique annonce 830 suppressions de postes d'ici à fin 2018. Filiale de PSA et Renault, l'usine de Douvrin  (Pas-de-Calais) emploie quelque 3.400 personnes aujourd'hui. La semaine dernière, la CGT avertissait que  « plus de 1.000 emplois » seraient supprimés d'ici à 2016. "Les départs à la retraite d'aujourd'hui à la fin 2018, soit 830, ne seront pas remplacés sur la base des prévisions actuelles, sauf retournement de tendance à la hausse", a déclaré ce mardi le  porte-parole de l'entreprise. 

Une annonce qui intervient quelques jours à peine après celle de Michelin portant sur  730  emplois à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire). Le groupe PSA Peugeot Citroën a prévu de réduire ses effectifs de 11.200 personnes entre 2012 et 2014 en France ainsi que de fermer son usine d'Aulnay-sous-Bois, en région parisienne. Renault procédera pour sa part à 7.500 suppressions nettes d'emploi dans l'Hexagone d'ici à fin 2016.  Du côté des usines françaises d'équipements automobiles, les effectifs ont chuté de 7,3% l'an dernier à 79.000 personnes, selon la Fédération des fabricants d'équipements pour l'automobile Fiev, contre 114.000 en 2007 !

Production en berne

Des réductions d'effectifs logiques. PSA a vu en effet sa production de voitures particulières et d'utilitaires baisser de 35,7% dans l'Hexagone à 230.337 unités au premier trimestre. De son côté, Renault a reculé de 23,7% à 118.060. Sur l'ensemble de l'année 2012, PSA avait déjà réduit ses fabrications françaises de 16% à 1,11 million et Renault de 17,6% à 532.571 exemplaires. Les sites français de PSA ont fabriqué 41% de véhicules en moins l'année dernière par rapport à... 2005. Les usines de Renault dans l'Hexagone ont réduit, elles, de presque 60% leurs volumes en sept ans.

Les usines réduisent la voilure

Les usines ont vu en conséquence leur effectifs chuter progressivement. Le site PSA de Rennes a produit 129.600 unités à peine l'an dernier.... contre plus de 360.000 au milieu des années 2000, pour un potentiel installé qui était alors de 400.000 ! A cette époque, le site employait 10.000 personnes, le double d'aujourd'hui. Et ce n'est pas fini. Rennes, où la suppression de 1.400 emplois est prévue, sera d'ailleurs à l'arrêt durant six semaines cet été en raison de nouvelles mesures de chômage partiel.

L'usine de Renault à Flins (Yvelines) a assemblé l'an passé 115.500 Zoé et Clio avec 2.600 salariés, contre 270.000 voitures avec 4.750 personnes en 2004. A Sandouville, le site phare de Renault en Seine maritime voué jusqu'ici à la gamme moyenne et au haut de gamme comme celui de PSA à Rennes, a vu ses effectifs passer de 5.300 employés en 2004 à 2.150 aujourd'hui seulement. Une sérieuse décrue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2013 à 5:54 :
dans le NORD après la disparition des industries traditionnelles, sidérurgie, textile, tout a été misé sur l'industrie automobile qui connaît aujourd'hui des difficultés. Il serait temps de réfléchir aux produits du futur proche pour contrer la concurrence et favoriser l'installation de nouvelles industries. La Chine et l'Inde nous montrent l'exemple.
a écrit le 18/06/2013 à 23:29 :
Ah bon la française de mécanique va licencier des robots pas assez productifs ?!
a écrit le 18/06/2013 à 19:57 :
Si au moins l'époque était capable de désigner un peu ce qui se passe, c'est à dire le fait que nous sommes dans un monstrueux choc pétrolier qui ne fait hélas que commencer (celui du pic mondial de production, maximum de flux , de débit). Mais de toute évidence ça n'est pas le cas, et plutôt de moins en moins, la propagande passant à des niveaux hystériques. Dernières synthèses et principaux graphiques de Jean Laherrère (ASPO France) : http://goo.gl/LzmGp

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :