Opel, filiale de GM alliée à PSA, relocalise la production de Corée... en Espagne

 |   |  534  mots
Copyright Opel
Copyright Opel
Opel, filiale allemande de GM, relocalisera en Europe occidentale son petit 4x4 Mokka, produit aujourd'hui en Corée. Pour simplifier la logistique. Le véhicule sera produit dès 2014 en Espagne.

La production en Asie a ses limites. Opel, filiale allemande de GM, a ainsi décidé de... relocaliser son nouveau petit 4x4 Mokka, produit aujourd'hui en Corée du sud. Certes, il ne sera pas transféré en Allemagne... mais en Espagne. Aujourd'hui, ce véhicule, rival des Renault Captur ou Peugeot 2008, est produit à Pupyong aux côtés de son demi-frère le Chevrolet Trax. Le principe de proximité des marchés est important, vu les coûts logistiques. Du coup, l'usine de Saragosse en Espagne produira ce Mokka à partir du deuxième semestre de 2014. moyennant un investissement initial de 80 millions de dollars (65 millions d'euros). " La décision de produire le Mokka en Europe contribuera à garantir les 5.800 emplois à l'usine espagnole, qui produit également la (petite) Corsa et le (minispace) Meriva", affirme le communiqué du groupe, qui ajoute: "cet investissement nous permettra de produire davantage de Mokka et de les livrer plus rapidement à nos clients". La production européenne utilisera initialement des composantes venus de Corée du Sud, mais le contenu local devrait progressivement augmenter. 

Déficits importants

La filiale allemande de GM est en surcapacités chroniques. Elle a annoncé fin mars l'arrêt de la production automobile sur son site allemand de Bochum dès la fin 2014. Opel est engagé depuis une douzaine d'années dans des plans de restructuration, qui n'ont pas empêché General Motors d'afficher de fortes pertes structurelles en Europe. Les réductions progressives de capacités ne suffisent pas à suivre  l'érosion des parts de marché d'Opel et de sa marque soeur britannique Vauxhall. Opel (avec Vauxhall) en est à 6,8%de pénétration dans l'Union européenne, contre 8,4% en 2007, 9,4% en 2002. La déprime des marchés européens n'arrange rien, car Opel vend aujourd'hui quasi-exclusivement sur le Vieux continent. General Motors a enregistré l'an dernier un déficit d'exploitation (Ebit) de 1,8 milliard de dollars (1,4 milliard d'euros) en Europe, après 747 millions en 2011. Le consortium de Detroit vise l'équibre... d'ici à 2015. GM a en outre passé pour 5,2 milliards de dollars (4 milliards d'euros) de dépréciations d'actifs en Europe dans ses comptes du quatrième trimestre.

Discussions aussi sur l'Amérique

GM a scellé en février 2012 une alliance stratégique avec PSA. Les deux groupes ont annoncé depuis des plates-formes communes entre Peugeot, Citroën et Opel, filiale allemande de l'américain. Sur le segment des monospaces compacts et « crossovers » (faux 4x4) type Peugeot 3008, Citroën C4 Picasso ou Opel Zafira, le développement des remplaçants sera assuré par le constructeur français. Sur le deuxième segment (petits monospaces et faux 4x4 type Peugeot 2008, Citroën C3 Picasso et Opel Meriva, le développement sera assuré par Opel, mais sur une base roulante de PSA. Enfin, sur le créneau des petites voitures type Peugeot 208, Citroën C3 et Opel Corsa, les deux partenaires prévoient un co-développement, sur une évolution de la plateforme « 1 » de PSA. Par ailleurs, un petit moteur à essence conjoint sera développé, sur la base des mécaniques françaises. Aujourd'hui, les accords concernent l'Europe. Mais, des discussions ont lieu actuellement pour étendre l'alliance hors du Vieux continent, à l'Amérique latine et... à l'Amérique du nord sur les utilitaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2013 à 8:47 :
1er mouvement d'une longue série à venir. Bravo à GM Saragosse pour avoir pu présenter un plan de production en Europe acceptable. Et bravo à Renault Flins pour avoir gagné la production de la future Micra qui est actuellement faite en Inde. Les salaires Coréens additionnés au temps/cout de transport rendent de moins en moins intéressant le made in korea
a écrit le 11/07/2013 à 22:04 :
A circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles : à la place de PSA, je me financerais auprès de la banque centrale comme l'ont fait Ford et GM qui ont reçu jusqu'à 50 milliards de dollars pour rénover leur production / distribution. Relativement à la taille de PSA, cela donnerait environ 18 milliards d'euros, de quoi redresser vigoureusement le groupe. Mais sans aller jusqu'à s'infiltrer sournoisement dans le capital de concurrents directs comme GM l'a fait avec PSA, parce que ce genre de pratique tourne toujours mal.
a écrit le 11/07/2013 à 12:32 :
A force de réformes appliquées dans la douleur, l'Espagne a fini par acquérir un sérieux avantage compétitif en Europe.
Réponse de le 11/07/2013 à 13:55 :
avantage compétitif en Europe, bas salaires, charges moins élevées...
Ca n'empêche pas une personne sur quatre et plus d'un jeune sur deux d'être au chômage. Et GM n'y changera rien... Même si c'est une bonne nouvelle pour le pays et l'Europe en général.
Réponse de le 11/07/2013 à 15:55 :
Si, GM y changera un tout petit peu, et d'autres suivront. Noubliez pas que PSA a préféré de fermer une usine en France à une fermeture en Espagne.
a écrit le 11/07/2013 à 12:24 :
Une fois que les salaires ont baissé c'est du tout bénef. Dans l'europe, moin de cout de transport et cout de fabrication moins élevées !! Ce sera pas ça la raison de leur réimplantation ??
a écrit le 11/07/2013 à 11:40 :
Ce cas de Corée me turlupine !!!
a écrit le 11/07/2013 à 10:59 :
Je pense qu'à plus ou moins long terme l'UE va élever des barrières douanières pour proteger ses industries et ses emplois ce qui renchéira le cout des importations .
Réponse de le 11/07/2013 à 14:15 :
Je crois que c'est la seule solution viable et pour nos emplois et pour la planète.
Réponse de le 11/07/2013 à 15:40 :
Fabuleuse idée !

Déjà mise en oeuvre dans les années 30, avec l'excellent résultat que l'on connaît : effondrement du commerce, repli sur soi, discours nationaliste et guerre...

Sérieusement, nous ferions mieux de nous attaquer aux causes de notre manque de compétitivité (formations inadaptées, coûts étatiques trop élevés, mauvais positionnement).

ce que font bien d'autres pays - qui au passage refuseront les barrières douanières que vous souhaitez - et n'ont pas nos problèmes.

Ce n'est pas parce que l'on perd un match qu'il faut refuser de jouer : il faut mieux s'entrainer.

Réponse de le 11/07/2013 à 16:24 :
Toutes les grandes zones économiques mettent en place des barrières douanières : Corée, et Japon pour l'auto, Chine, USa, Brésil entre autres pendant que l'UE reste ouverte aux quatre vents de la concurrence mondiale .
Réponse de le 11/07/2013 à 16:36 :
On parle d'un repli sur le marché européen, soit: 500 millions de personnes, 27 pays, pardon 28 avec la Croatie et la première force économique au monde. Cela n'a rien à voir avec le nationalisme étriqué de l'héritière blonde à la piscine vide.
Réponse de le 11/07/2013 à 17:06 :
Aucun constructeur dans le monde n'est purement national ni purement européen, et pour cause: Un seul pays ou même l'UE ne suffit pas pour rentabiliser le développement d'une voiture moderne. C'est graçe à la libéralisation que les voitures françaises sont dévenus meilleures et notamment plus fiables. Sans concurrence les constructeurs n'ont aucune motivation pour faire un effort.
Réponse de le 11/07/2013 à 17:13 :
En 1930, on parlait d'un repli sur l'Empire Français (110 millions de personnes), les Anglais sur l'Empire Britannique (450 millions) etc. Avec précisément vos arguments.

Ceux-ci ont leur valeur, mais le repli sur soi a entraîné la création de rentes de situation, une nouvelle perte de compétitivité (moins de concurrents, moins d'efforts).

Vous pouvez aussi regarder le cas de la Chine au 19° siècle, qui s'est refermée pour éviter la concurrence des Européens. Et qui se jugeait assez grande pour se passer du monde. Bilan : un siècle et demi de misère et d'oppression.

Je ne suis pas naïf : tous les pays trichent avec le libre échange, il ne faut pas se laisser faire.
Mais attaquons nous aussi et surtout à NOS problèmes plutôt que de faire semblant de croire que les autres sont responsables de nos difficultés. Cf par exemple l'évolution de la part de notre pays dans le commerce mondial, page 13.
http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/081aa.pdf
Bizarrement, NOS résultats sont bien plus mauvais que ceux des autres européeens...

a écrit le 11/07/2013 à 10:10 :
C'est une très bonne nouvelle pour l'Espagne ! Je gage que ce mouvement de relocalisation se poursuivra.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :