PSA rend sa copie sur le "nouveau contrat social"

 |   |  233  mots
La direction de PSA a soumis un projet de nouveau contrat social aux syndicats
La direction de PSA a soumis un projet "de nouveau contrat social" aux syndicats (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La direction de PSA a soumis son projet d'accord aux syndicats. Il prévoit un quasi-gel des salaires l'an prochain, davantage de flexibilité et de mobilité, mais aussi des embauches avec le Contrat de génération.

PSA a soumis ce vendredi son projet de "Nouveau contrat social" dans un climat tendu. A l'appel de la CGT et de la CFDT, inquiètes des projets du groupe, des débrayages avaient en effet été organisés dans les usines du groupe automobile. Ce vendredi, la direction a rendu sa copie.

Contrats de génération

La direction propose notamment de signer des Contrats de génération. Ceux-ci concerneraient entre 2.500 et 3.000 seniors et 2.000 jeunes qui seraient formés, mais aussi un quasi-gel des salaires l'an prochain. Dans un communiqué, la direction précise:

"Les mesures contenues dans le projet d'accord permettent de renforcer le dialogue social autour des projets engagés pour redresser l'entreprise (... ) Elles permettent de réaliser les transformations et réorganisations nécessaires tout en sécurisant l'emploi et les compétences par des mesures de gestion prévisionnelle de l'emploi et des compétences (GPEC) innovantes."

Cinq syndicats vont sonder leurs adhérents

 Les représentants des salariés devront rendre leur avis sur ce "Nouveau contrat social" d'ici le 22 octobre. La CGT, qui dispose de 23% des voix, a déjà annoncé qu'elle refuserait de signer ce plan et a appelé à de nouveaux débrayages la semaine prochaine. Les cinq autres organisations syndicales représentant les salariés attendent de sonder leurs adhérents la semaine prochaine avant de se prononcer. Le suspense devrait donc perdurer. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/10/2013 à 13:17 :
Et toujours rien sur les concessionnaires gros pourvoyeurs de la crise automobile actuelle avec leurs tarif après vente démesurés et leur marge sur les ventes de voitures (près de 30%)
Réponse de le 13/10/2013 à 17:32 :
Genre de commentaire démontrant une parfaite méconnaissance de l'automobile.Les marges sur Vn tournant aux alentours majoritairement entre 9 et 14%.Mais bon...
a écrit le 13/10/2013 à 7:43 :
les syndicats nuisibles vont détruire P.S.A. et générer du chômage supplémentaire !
a écrit le 12/10/2013 à 15:07 :
La fermeture de l'usine en cours est une réussite dans son organisation et son déroulement. PSA devra aborder ensuite la fermeture de Poissy. Il serait bien que cela soit fait le plus rapidement possible. Le contrat social encadre ces nouvelles exigences tant le laxisme s'est installé. Il est certain que les "vieux" ne peuvent plus revenir sur cette débauche acquise en situation de force mais aussi en compensation d'autres mesures. Peut-on échanger du laxisme contre une restructuration ? Bref, ces personnels bloquants quitteront l'entreprise de la manière la plus courtoise si ce n'est honorable. Les dirigeants de PSA se trouvent "collés" à développer le constructeur automobile avec une faible rentabilité alors que leurs capitaux pourraient être plus rentables dans d'autres secteurs. Les produits qu'ils en tirent sont tout entiers reconvertis dans ce développement.
Une moindre rigidité d'esprit de la famille aurait pourtant permis une agilité plus opérante.
Ne pas suivre les mauvais conseils de Fabius il y a quelques années aurait assurément été un plus.
Réponse de le 14/10/2013 à 16:27 :
Vu vos connaissances sur le dossier et en particulier du nouveau contrat social, il faut postuler pour le remplacement de P. VARIN
a écrit le 12/10/2013 à 12:57 :
Là ou Volkswagen est fort, ils ont réussi à tuer le salaire minimum, à payer leurs ouvriers allemands 400/500? par mois, à faire venir des Polonais, des Turques (pas de smic) et surtout à produire 80% de leurs voitures à l'étranger avec des travailleurs pauvres. Et les actionnaires sont milliardaires. Faut-il les envier?
Réponse de le 12/10/2013 à 14:33 :
Informez-vous sur les salaires de Volkswagen en Allemagne. Il est fort probable que vous les envierez...
Réponse de le 12/10/2013 à 15:21 :
Les entreprises allemandes créent 2 emplois extérieurs pour un emploi à domicile. Ces derniers subventionnent un salaire allemand confortable qui permet de satisfaire aux retraites que l'entreprise doit acquitter. Lorsque ces emplois extérieurs ne peuvent être maintenus pour cause de concurrence, l'emploi allemand est supprimé en proportionnel ou entre dans le mécanisme de modération organisé par l'état. La baisse de la population aide au processus qui est vital pour le pays. Le secteur automobile allemand construit actuellement son maintient par le non-respect des règles de pollution qu'il a imposé indirectement aux autres. Des changements devraient intervenir.
Réponse de le 12/10/2013 à 16:07 :
Quant aux subventions par les salariés étrangers, le champion est sans doute Renault qui vit de Dacia et les dividendes de Nissan. Quant à la pollution, ça dépend de ce qu'on mesure. Avec la plupart des voitures diesel qui roulent en France on n'aurait pas le droit d'entrer dans un centre ville allemand.
a écrit le 12/10/2013 à 9:25 :
Comme d'habitude la CGT refuse de signer...Et comme d"habitude la CGT ne sert que ses propres intérêts politiques au détriment des salariés... Et comme d'habitude la CGT risque de couler une entreprise (une de plus dans sa longue liste).... Quel honte
Réponse de le 12/10/2013 à 11:36 :
Pas d'accord avec vous. Le gel des salaires seraient accepté si la direction s'octroyait UNE FORTE DIMINUTION du leur car quand tous vas bien il s'augmente beaucoup et quand tout vas mal il s'augmentent aussi. Qu'en au contrat de génération qu'il parle ça vas surement mettre au chômage le même nombre de salariés "ancien". Si l'accord reste dans le contexte actuel, PSA va virer des vieux pour embaucher des jeunes pour faire le même travail (gain de la différence de paye geler celui des vieux qui resterons, grâce à cela l'entreprise "ira soit disant mieux" car il dégagera quelques bénef virtuels ce qui permettra au patronat de s'augmenter. Cette augmentation refera plonger l'entreprise au point zéro et ils délocaliserons dans deux ou trois ans soit quelques services puis les autres plus tard soit tous d'un coup. Cette propositions n'est que de la poudre aux yeux. Vive la mondialisation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :