PSA aura deux nouveaux actionnaires : l'Etat français et le chinois Dongfeng

 |   |  250  mots
(Crédits : reuters.com)
Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a validé dimanche soir le principe d'une entrée au capital du groupe de son partenaire chinois Dongfeng et de l'Etat français.

Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a validé dimanche soir le principe d'une entrée au capital du groupe de son partenaire chinois Dongfeng et de l'Etat français.

Ils devraient faire leur entrée dans le tour de table du premier constructeur automobile français via une augmentation de capital d'un montant total de 3 milliards d'euros dont les modalités précises n'ont pas encore été définies, selon une source, citée par l'AFP.

Plusieurs scénarios sont sur la table. Selon le Journal du dimanche, l'Etat et Dongfeng entreraient chacun à hauteur de 15%, tandis que "la famille Peugeot se contenterait d'une mise de 100 millions", le reste étant obtenu via un appel au marché. La famille contrôle aujourd'hui l'entreprise avec 25,4% du capital et 38,1% des droits de vote.

Selon Les Echos, l'Etat français et le constructeur automobile chinois entreraient au capital à part égale, soit environ 14 % du capital chacun, pour un investissement autour de 750 millions d'euros, avec un prix de souscription qui devrait être compris entre 7,5 et 8 euros.

Une source proche du dossier avait souligné avant la réunion du conseil que ce montant de 100 millions d'euros était proche de celui que la FFP consacre généralement à des opérations d'investissement. L'Etat et Dongfeng, avec qui PSA coopère déjà via trois usines en Chine, mettraient chacun au pot 500 à 800 millions d'euros. Les montants exacts dépendront de la part réservée au public et du cours de l'action, a précisé cette source.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2014 à 21:44 :
... la famille Peugeot, exilée fiscale, fait du ski du côté de Lausanne...
a écrit le 20/01/2014 à 23:36 :
D'une main l'état fait tout pour priver les français de l'accès à l'automobile et de l'autre, elle renfloue un constructeur aux frais du contribuable. Et ça implique, pour que peugeot soit rentable, de proposer à l'international un modèle de société, basé sur le principe de liberté, dont nos politiques ne veulent plus. C'est doublement schizophrénique. Non?
a écrit le 20/01/2014 à 22:49 :
Je suis socialiste; que les autres payent ma voiture...
a écrit le 20/01/2014 à 18:59 :
@futur 15.07
Je partage à 100 % votre point de vue, PSA est une pépite qui créé des voitures vivantes, dynamiques, fiables, le jeu qui consiste à dire du mal de cette entreprise et de ses produits est typiquement orienté. PSA a souffert et souffre d'un manque d'internationalisation car trop installé sur un marché européen non rentable sur son segment, pour s'être s efforcé de maintenir l'emploi au plan national, sur un marché devenu compliqué, en surcapacité, d'où des acteurs extra européens se ...retirent. PSA dispose de formidables atouts, une des gamme les moins polluante d'Europe, des spécificités comme la chaine dynamique air, des moteurs excellement down sizés comme ce RCZ qui offre un rendement surréaliste de 170 CV/L doivent suffire à parler aux connaisseurs. Non, PSA a besoin de recapitalisation soit et rien d'autre et ce sera probablement bientôt acté, au sens de signé. N'oublions pas qu'il y a 20 ans, Volkswagen était au bord du dépôt de bilan...!!!
Réponse de le 20/01/2014 à 22:11 :
@godrev
votre humour est une bouffée d'air dans ce forum.

Nous savons que, es qualité de Conseiller Spécial à la Stratégie des héritiers Peugeot, vous avez été décisif hier dans la réunion du bord de PSA pour prendre la décision ad hoc -)
a écrit le 20/01/2014 à 17:26 :
je ne sais pas pourquoi LA TRIBUNE n'aime pas la vérité : on a effacé mon post parce que je dis quelque chose dérangeante mais c'est la réalité. DONG FENG doit utiliser les 800 millions d'euros pour embaucher des centaines de meilleurs ingénieurs du monde pour créer une nouvelle technologie de voiture au lieu de les dépenser à payer les congés de maladies chroniques, des RTT, des grèves incessantes, des allocations familiales de familles à grassesses interminables, des allocations familiales des familles des dix gosses qui trafiquent au lieu de travailler, des paresses et des tricheurs à la sécu... etc!!!!
Réponse de le 20/01/2014 à 19:14 :
Heureusement que les dirigeants de Dongfeng on une vision de l'avenir qu'ils ne partagent pas avec vous, car sinon leur boite ne connaîtrait pas un tel succès.
Réponse de le 20/01/2014 à 22:51 :
Et surtout des retraites de 20 millions d'euros à des PDG incompétents qui n'ont travaillé que 4 ans
a écrit le 20/01/2014 à 16:00 :
En cette période où un certain journal nous parle de 1ère dame faite "cocu", force est de constater que les vrais "cocu", ce sont les citoyens!

On résume:
1° On augmente les taxes parce que l'Etat a plus d'argent

2° L'Etat n'a pas d'argent pour le peuple mais en trouve pour donner 1 milliard à Dassault et acheter 14% de nouvelles actions de PSA

3° Comme cela suffit pas, l'Etat vend les "bijoux de famille" aux chinois!

Le peuple français est non seulement "cocu", il est aussi le peuple le plus bête du monde! Une preuve? Aux prochaines élections, il y aura encore des gens pour donner leur confiance à ce gouvernement
Réponse de le 20/01/2014 à 19:16 :
L'Etat ne vend rien aux chinois, c'est la famille PSA qui le fait. Au contraire, l'Etat rachète une partie de PSA pour ne pas la laisser entièrement aux chinois. Quand à Dassault, il faudrait effectivement se mettre à acheter des avions américains pour faire couler cette boite française de merde. Ainsi, on aurait enfin une technologie américaine super géniale, et plus d'industrie de défense national.
Réponse de le 20/01/2014 à 20:50 :
Sans oublier que l'état, enfin nous les citoyens avons renflouer la banque de PSA en 2013 en plus des 14% !!
Réponse de le 20/01/2014 à 22:55 :
C'est exactement ce qu'a fait l'Etat américain. En bien plus gros. Si PEUGEOT avait été bien géré, on n'en serait pas à être obligé à mettre l'argent de l'Etat
Réponse de le 20/01/2014 à 23:41 :
Il n'y a déjà plus d'industrie de défense! Sans les commandes de l'Etat, Dassault et ses copains incapables de vendre un seul Rafale auraient déjà disparus corp et bien!
a écrit le 20/01/2014 à 12:39 :
N'oublions pas de remercier chaleureusement le contribuable français...
a écrit le 20/01/2014 à 10:36 :
Comme Citroëniste ( C5 2007 actuellement ) je prendrais bien un petit bloc d'actions comme pour EADS au moment du lancement du 380 ( juste au crash du Concorde, Sniff, reste X-Plane sur Mac bien sûr )
a écrit le 20/01/2014 à 10:13 :
Que vient faire l'état dans cette salade chinoise...? nous passons de l'économie de marché à la philosophie économique des combinats en -Urss ...La prétention des socialistes de faire de l'économie dirigée va couter cher au final...!
Réponse de le 20/01/2014 à 19:19 :
La prétention de la famille PSA de faire de l'économie dirigée ayant déjà fait faillite, il est normal de changer le dirigeant quitte à ce que l'Etat aide au refinancement de cette débâcle.
a écrit le 20/01/2014 à 10:09 :
A longueur de journée l'État nous dit qu'il n'a plus d'argent mais il va entrer au capital d'une entreprise vouée à disparaitre du paysage Français si elle persiste dans ses erreurs.
Que Peugeot s'entête à fabriquer des véhicules diesel destinés au marché français et à quelques autres pays. Pas ou très peu de diesel en Amérique du nord, Peugeot est totalement absent de ce marché où Ford et Toyota vendent chacun près de 2,4 millions de véhicules.
a écrit le 20/01/2014 à 8:52 :
Peugeot fait des voitures exceptionnelles. Cette solution intelligente leur permet de se sortir d'une mauvaise passé. Bravo et ... aux grincheux. Il fait esperer qu'a terme l'etat sorte de Peugeot y compris avec une plus value.
Réponse de le 20/01/2014 à 9:00 :
comme aux USA et GM.....belle ...moins value pour le contribuable et la gloire pour Montebourg (cf Royal et Heuliez)
a écrit le 20/01/2014 à 8:18 :
C'est pour cette raison que je vais acheter Peugeot
a écrit le 20/01/2014 à 8:07 :
Peugeot est le type même de l'entreprise française qui n' a pas su trouver sa place dans son créneau mais également le ratage du virage international. Pourquoi une telle situation une famille plus occupée par son statut que par celui de l'entreprise une direction dont une partie sortie du moule politique l'ENA, tournée vers le politique pour imposer ses choix industriels, un politique qui n'ayant aucune vision économique a trouver dans PSA un jouet pour ses dérives économiques enfin des syndicats qui n' ayant comme la direction et le politique qu'une une vision franco française a fini une forme d'achèvement de l'entreprise. Je pense que Peugeot devrait être un exemple dans nos écoles de management et de commerce pour montrer oh combien le mélange industriel, politique et syndicaliste vouent à la mort une entreprise.
Réponse de le 20/01/2014 à 15:07 :
Peugeot modèle eco Chinois avec une nouvelle direction,des nouveaux produits,réussira comme renault à se refaire une place de qualité,n'en déplaise aux passéistes.
dans tous les cas Merci les Syndicats,qui ont offerts cette opportunité;
a écrit le 20/01/2014 à 7:47 :
On va donc creuser un peu plus le déficit budgétaire...ou les garanties d'emprunt d'un organisme investisseur...Et vu la façon dont l'Etat gère ses participations dans les entreprises, non seulement les bureaux d'étude vont migrer vers l'Asie mais en plus ce sera avec la complicité de l'administration française. Que du bonheur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :