GM, Volkswagen, PSA, affichent une fabuleuse croissance en Chine

 |   |  930  mots
La toute dernière voiture chinoise de PSA est la DS 5LS
La toute dernière voiture chinoise de PSA est la DS 5LS (Crédits : DR)
GM a battu de nouveau son record de ventes en Chine, premier marché mondial de l'automobile, à 3,16 millions de véhicules l'an passé. L'américain, numéro un traditionnel sur place, a connu une croissance à deux chiffres, comme Volkswagen, Nissan, Honda, Ford, PSA, BMW. Une vraie manne.

General Motors a battu son record une nouvelle fois... en Chine. Le consortium américain a écoulé 3,16 millions de véhicules en Chine en 2013, soit une progression de 11,4% par rapport à 2012.  Associé au puisant groupe de Shanghai SAIC, GM vend désormais beaucoup plus en Chine, où il a imposé notamment sa marque Buick, qu'aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, le groupe n'a affiché que 2,6 millions de ventes (+11%) l'année dernière.

Le consortium de Detroit devrait avoir conservé sa couronne de numéro un dans l'ex-Empire du milieu. Mais son plus proche rival, l'allemand Volkswagen, n'a pas encore publié ses chiffres. En coopération avec les chinois SAIC - comme GM - et FAW, le groupe de Wolfsburg avait écoulé 2,65 millions d'unités sur les dix premiers mois de 2013 (+17,2%) en Chine. Volkswagen est le vétéran de l'industrie automobile, puisqu'il a commencé à produire dès le milieu des années 80 des véhicules à Shanghai.

Nissan cartonne, son actionnaire Renault s'implante enfin

Premier gâteau automobile mondial, le marché chinois fait aussi saliver les autres constructeurs mondiaux. Un véritable relai de croissance. Le japonais Nissan y a enregistré une hausse de 17,2% de ses volumes en 2013, à 1,26 million de véhicules. Soit davantage que l'objectif initial de 1,25 million. Lié sur place au groupe d'Etat Dongfeng, Nissan vient d'aider son actionnaire français Renault à s'implanter enfin en Chine. La firme au losange a reçu en décembre dernier le feu vert définitif du gouvernement de Pékin à l'établissement d'une usine à Wuhan, dans le centre du pays.

L'autre japonais Toyota a également accru ses scores sur place, de 9,2% à 917.500 unités, tout comme son compatriote Honda, de 26,4% à 756.882. Et ce, malgré le violent différend diplomatique entre Pékin et Tokyo. Toyota et Honda ont toutefois été doublés par le deuxième groupe américain, Ford, avec 935.813 unités (+49%).

PSA négocie une alliance mondiale avec un chinois

Ces taux de croissance font rêver ! PSA, qui a ouvert deux nouvelles usines en Chine l'an dernier à Wuhan et Shenzhen, estime pour sa part ses ventes en 2013 à plus de 550.000 Peugeot et Citroën, en hausse de 25%. A cela, il faudra ajouter quelques DS, commercialisées à part. Mais le français n'a pas encore communiqué ses scores définitifs.

PSA avait été le pionnier avec Volkswagen, produisant, dès les années 80, des Peugeot à Canton. Mais le projet mal ficelé avec la municipalité de cette ville a finalement avorté. PSA a redémarré un deuxième projet au début des années 90, avec Dongfeng cette fois. La société  tricolore a par ailleurs débuté l'an passé une production de DS en Chine avec un autre groupe local, Changan. Ironie de l'histoire: en mal d'argent frais, PSA négocie actuellement une grande alliance mondiale avec le consortium public Dongfeng, afin que celui-ci vienne le renflouer en prenant une part à son capital !

Sur les onze premiers mois de 2013, le spécialiste allemand du haut de gamme BMW (avec Mini) avait augmenté ses volumes en Chine de 19,7 % à 354.153 unités, Mercedes de 9,7% (seulement) à 194.531. Bref, de la croissance à deux chiffres, il y a en a pour (presque) tout le monde.

Un marché en plein boom, dix fois plus gros que le gâteau français

Alors que le marché européen n'en finit pas de décliner (-2,7% dans l'Union sur les onze premiers mois de 2013) et que celui du Japon stagne désespérément (+0,1% sur l'année), le marché auto chinois devrait avoir encore progressé de 14% en 2013, selon les estimations du cabinet LMC Automotive.  Soit une croissance supérieure aux 7,6% enregistrés aux Etats-Unis (selon Autodata). 

Le marché chinois des véhicules légers devrait même augmenter de 9% en 2014, à 22,6 millions d'unités, selon les prévisions d'IHS Automotive. Le consultant McKinsey affirme que le marché chinois des voitures particulières va croître de 8% par an en moyenne d'ici à 2020. Les immatriculations de véhicules légers neufs s'accroissent chaque année en Chine... de l'équivalent du marché français. Le gâteau local se révèle dix fois plus gros que ledit marché français. Il est même supérieur d'un tiers au marché de l'Union européenne.

Un vrai eldorado, où les constructeurs investissent dans toujours plus de capacités de production. Le groupe Volkswagen a ainsi ouvert en l'espace d'un seul mois deux nouveaux sites de production, ajoutant un potentiel complémentaire de 600.000 unités. Il détient seize usines locales désormais.  "Nous allons investir 9,8 milliards d'euros entre 2013 et 2015 en Chine ", annonçait le consortium allemand en avril dernier, au salon de Shanghai.

Des restrictions se font jour, pour combattre la pollution

Certes, les pouvoirs publics chinois veulent quelque peu freiner l'expansion de l'automobile. Pour lutter contre la pollution, les municipalités des très grandes villes souhaitent réduire (un peu) le trafic. La municipalité de Pékin a ainsi réduit son quota d'immatriculations de voitures neuves. Il ne délivrera désormais que 150.000 plaques d'immatriculation par an, contre 250.000 jusqu'à présent. Ce nouveau quota annuel sera appliqué durant quatre ans, afin de limiter à 600.000 le nombre de voitures neuves qui seront vendues dans la capitale entre 2014 et 2017.

Les plaques d'immatriculation continueront à être attribuées via un système de loterie. Pékin va aussi mettre en place plusieurs autres mesures pour réduire le trafic, notamment un péage urbain, des tarifs de stationnement plus élevés et l'agrandissement des zones où la circulation est interdite aux véhicules immatriculés hors de Pékin. Mais, tout est relatif. Le potentiel en-dehors de ces métropoles reste énorme.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2014 à 0:17 :
@Renault
Chut, vous allez nous le fâcher, il croit que RENAULT n'existe plus, ne lui dites pas qu'il est en passe de remporter la timbale !
a écrit le 08/01/2014 à 12:42 :
C 'est là où on comprend l' erreur stratégique de C Ghosn. En laissant délibérement la Chine à Nissan (pour quelles raisons ?), CG a faire perdre des années et des milliards d euros, alors que le marché chinois était tout à fait capable d' absorber un fournisseur supplémentaire. Il n' a pas vu qu' il y a avait des Audi et des VW !!
Réponse de le 08/01/2014 à 13:42 :
Exact, Ghosn et Schweitzer avec leurs sbires Pelata et Tavares se sont trompés très très lourdement de stratégie industrielle depuis le début des années 2000.

Leur stratégies très courte vue ont été le contraire des stratégies très long terme des VW AUDI TOYOTA et GM.
Réponse de le 08/01/2014 à 15:34 :
les renaults sont "bas de gamme". les nissan bien plus haut de gamme. aucune erreur de sa part.
Réponse de le 08/01/2014 à 16:11 :
@cyber geek
le Nissan ne sont pas haut de gamme, elles sont standard au niveau des renault et dacia
Réponse de le 08/01/2014 à 18:45 :
Laisser la Chine à Nissan était pas si illogique... Déjà la proximité est un avantage, même si les 2 pays sont en froid les chinois admirent la qualité japonaise, de plus Nissan était bien implémenté. Mais du coup Nissan avait l'Asie et les US, et s'étend en Am. Sud et en Europe. Renault n'a pas su trouver des contreparties et l'alliance et de plus en bancale pour Renault.
Réponse de le 08/01/2014 à 21:44 :
S'implante enfin en Chine, est présent en ex-URSS, en Afrique, en Am-Sud, en Asie avec Samsung, Nissan en Am-Nord, Chine, Europe. L'Alliance est présente sur tous les continents.
a écrit le 08/01/2014 à 11:20 :
Les DS démarrent fort en Chine. et 2014 s'annonce radieux pour le groupe français avec une pléthore de nouveaux modèles.
Réponse de le 08/01/2014 à 12:14 :
Votre enthousiasme est à mitiger!!! La part de marché de PSA est très faible (moins de 4%), hélas. Avec des marges tout aussi faibles. La position de PSA s'améliore, mais son avenir n'est pas radieux!!!
Réponse de le 08/01/2014 à 20:49 :
Ne vous en déplaise trollwagen, les DS sont très demandées, les ingénieurs de PSA se demandent même s'ils seront capables de répondre à la demande tellement elle est forte pour leurs produits.
Réponse de le 08/01/2014 à 22:08 :
La demande est tellement forte que l importateur offre +\-18% de remise sur les DS
a écrit le 08/01/2014 à 10:30 :
C'est bien pour NISSAN/RENAULT et CITROEN, il faudra observer les progressions des uns et des autres et avec quels produits pour que ce soit plus démonstratif...
a écrit le 08/01/2014 à 10:23 :
Il apparait qu'une entreprise étrangère installée en chine est systématiquement adossée à une société chinoise; la réciprocité doit être mise en place au plus vite.
a écrit le 08/01/2014 à 9:29 :
Vendre un grand nombre de voiture n'est pas un critère de bonne santé économique.

le seul critère de bonne santé économique, c'est la rentabilité, les profits d'exploitation constatés en fin d'exercice, corrélés aux montants des investissements qui eux donnent la mesure des profits futurs potentiels.

Attendons les chiffres d'exploitation.
a écrit le 08/01/2014 à 8:50 :
Je suis curieux de savoir quels modèles Peugeot vends en Chine car ils préfèrent les grosse voitures obligatoirement munies de moteurs à essence ?
Réponse de le 08/01/2014 à 9:45 :
psa vend surtout des gammes moyenne surtout.
3008. 308 TRICORPS. 508. 408 et bientot 2008
et citroen C4tricorps, C4L, C5 plus qq DS.
sinon les 207 et C2 (207 avec logo citroen) se vendent que tres peu.
a souligner que la 3008 et C4L sont des succès là bas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :