Affaire Nissan : la justice autorise la libération du présumé complice de Carlos Ghosn

 |   |  201  mots
Les journalistes campent devant le centre de détention de Tokyo d'où pourrait sortir dans la journée Greg Kelly.
Les journalistes campent devant le centre de détention de Tokyo d'où pourrait sortir dans la journée Greg Kelly. (Crédits : Reuters)
Greg Kelly, ancien administrateur de Nissan, a été libéré sous caution d'un montant de 557.000 euros par la justice japonaise. Le parquet a fait appel.

Le tribunal de district de Tokyo a autorisé mardi la libération sous caution de l'ancien administrateur de Nissan Greg Kelly, accusé de complicité avec Carlos Ghosn. Le montant de la caution s'élève à 70 millions de yens (557.000 euros), a déclaré la cour dans un communiqué. La somme a été versée en liquide, a-t-elle précisé par la suite. Cette décision pourrait permettre à Greg Kelly de sortir de prison dans la journée de mardi. De nombreux journalistes se sont massés devant le centre de détention. Le parquet a toutefois appel.

En détention depuis le 19 novembre

Greg Kelly a été arrêté le 19 novembre et placé en détention. Il est soupçonné d'avoir aidé l'ex-président de Nissan à sous-évaluer ses revenus pendant plusieurs années chez le constructeur automobile japonais.

Carlos Ghosn, qui a déjà passé un mois en cellule, a de nouveau été placé en état d'arrestation vendredi sur la base de nouvelles accusations selon lesquelles il aurait fait passer dans les comptes du constructeur japonais des pertes de 1,85 milliard de yens (14,5 millions d'euros) sur des investissements personnels.

Le parquet de Tokyo a prolongé dimanche de dix jours sa détention.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2018 à 19:06 :
Et dire qu'il ya encore des français pour acheter du kashkai et autres nipponeries .
Réponse de le 27/12/2018 à 14:32 :
Le Qashquai est fabriqué (pour le moment) au Royaume-Uni (mais en cas de hard brexit on imagine que Nissan réduira la capacité de son usine britannique et sa production, comme celle du Juke, pourrait revenir en Europe, Espagne où est produit son proche cousin le Kadjar ou même éventuellement France); et s'il est diesel, il est de toutes façons équipé d'un moteur Renault.
a écrit le 26/12/2018 à 10:41 :
Accusations en cascade, qui tombent les unes après les autres.. Le Japon va se couper du reste du Monde. Un très sale procès.
a écrit le 26/12/2018 à 8:09 :
Il y a encore des fanatiques dans ce pays ! conditions de détention pire que pour des supers criminels !
a écrit le 25/12/2018 à 21:02 :
De quels passe-droit jouissent les puissants pour pouvoir payer (ici, leur caution) 557.000€ "EN LIQUIDE" . Nous, on n'en n'a pas le droit au-dessus de 2000-3000 ?
sous peine de suspicion sérieuse de blanchiment . D'où sortent-ils de telles sommes ?
a écrit le 25/12/2018 à 17:35 :
Kelly autre membre de la communauté boudhiste, un hasard, enquêtez !
a écrit le 25/12/2018 à 10:07 :
Mouais... 2 administrateurs de Nissan sur 8 embastillés, ça sent sa révolution de palais à plein nez, de même que le refus de Nissan de convoquer une AG pour les remplacer. Et donc retarder le plus possible la reprise de contrôle de Nissan par Renault. Le temps de faire quoi ?
Réponse de le 26/12/2018 à 19:07 :
Bonne question !
J’envisageais d’acheter éventuellement une Nissan.
J’ai bien sûr changé d’avis depuis cette affaire qui a toute les apparences d’un montage bien prémédité pour se débarrasser de la tutelle de Renault sur Nissan.
Maintenant il faut faire très attention à ne pas nous laisser déposséder également de Renault - après Pechiney, Arcelor, Solvay, Lafarge, SFR, Alstom Énergie, STX, Technip – en attendant peut-être Areva, PSA, etc …
Aucun pays, et en particulier l’Allemagne ou le Japon, n'aurait accepté autant de dépossessions de grandes entreprises stratégiques.
La meilleure solution : Maintien et développement des participations stratégiques de l’État, et surtout réorientation massive de l'épargne vers nos entreprises.
Et pour l’automobile:
Achetez des voitures made in France, ou au pire de marque française, c’est la meilleure chose que vous puissiez faire pour votre pays et la sauvegarde de l’emploi, car sachez bien qu’en citant Smart et Toyota modèle Yaris vous avez fait le tour complet des modèles de voitures étrangères assemblées en France : Cela ne va vraiment pas loin !
Réponse de le 26/12/2018 à 22:19 :
Euh... y'a aussi la Nissan Micra qui pour le moment est assemblée à Flins.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :