Après l'euphorie, le marché automobile français freine des quatre fers en juin

 |   |  569  mots
Renault fait mieux que le marché en juin, mais également en cumulé depuis le début de l'année.
Renault fait mieux que le marché en juin, mais également en cumulé depuis le début de l'année. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Après un rythme soutenu les cinq premiers mois de l'année (+10% contre 2% attendu sur l'année), le mois de juin accuse un fort ralentissement : +0,8%. Renault surperforme le marché, tandis que Peugeot trébuche. Volkswagen, lui, voit ses ventes s'effondrer...

Après plusieurs mois de hausse soutenue et inattendue, le marché automobile français marque un brutal coup d'arrêt en juin avec une hausse très limitée de 0,8% des livraisons de voitures neuves particulières avec 227.366 immatriculations d'après les chiffres du Comité des constructeurs automobiles français (CCFA). Sur six mois, la progression est de 8,3%, (+5,8% corrigé des jours ouvrables). En mai, la progression cumulée atteignait 10,5%, soit une performance très loin des attentes qui tablait sur une année 2015 comprise entre 3 et 5%.

Le jeu des effets de comparaison

C'était sans compter sur la très bonne dynamique des ventes aux flottes d'entreprises, mais également sur des effets de comparaison parfois très favorables. Ainsi, le mois de mai, comparé à un mois de mai 2015 criblé de jours fériés et de ponts, a permis d'afficher cette année une hausse de plus de 22%. Ce qui a probablement impacté le mois de juin puisque cet exercice n'a pas été influencé de la même manière par le report de ventes du mois précédent.

Au CCFA, on explique que le marché pourrait revenir sur un rythme de croisière normal et finir l'année sur un marché en hausse de 5%. "Ce n'est pas si mal comparé à notre prévision initiale de 2%", explique François Roudier du CCFA. "On reviendrait sur un marché normalisé d'avant-crise de plus de 2 millions d'immatriculations sans aides d'Etat", ajoute-t-il.

DS sauve les meubles, Renault monte en puissance

Le coup de frein a été particulièrement brutal pour le groupe PSA qui accuse une baisse de 5,1% de ses livraisons en juin. Ce qui efface une partie de sa performance depuis le début de l'année puisque celle-ci s'établit désormais à +5,8% là où elle se situait autour de 9% en mai en cumulé.

C'est Citroën qui accuse le ralentissement le plus fort. La marque aux chevrons voit ses ventes baisser de 6,7% en juin. Celles de DS baissent de 3%, mais la marque Premium maintient la meilleure performance du groupe sur six mois (+7,2%). Quant à Peugeot, ses immatriculations sont en baisse de 4,4% en juin (+6,3% depuis le début de l'année).

A l'inverse, le groupe Renault surperforme le marché avec des ventes en hausse de 7% en juin, soit une progression de 11% sur l'ensemble du semestre. La marque au losange voit ses livraisons monter de 6,8% soit une hausse de 10,2% en cumulé sur l'année. Celles de sa filiale à bas coûts Dacia ont augmenté de 7,6% en juin, et s'envolent de 14,3% sur six mois.

Volkswagen s'effondre, les Premiums s'envolent

Côté Volkswagen, le mois de juin a été particulièrement difficile. Les immatriculations baissent de près de 11% en juin, soit une progression ramenée à 4% sur six mois. C'est la marque Volkswagen qui tire les ventes vers le bas avec une baisse de 13,5% sur un mois. Mais Skoda et Seat sont également égratignées avec des ventes en baisse de respectivement 8,5 et 6,7%. Même Audi accuse le coup. Ses livraisons baissent de 7,4.

Audi est devenu le point noir des marques Premium en France puisque Mercedes et BMW affichent chacune une hausse de 9,5% en juin, soit une performance bien supérieure au marché. La marque aux anneaux se place néanmoins en seconde place des Premiums sur six mois avec une hausse de 13,4% des livraisons. Seule BMW fait mieux avec une envolée de plus de 21% tandis que Mercedes doit se contenter d'une hausse de 6,6%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2016 à 19:16 :
Baisse de VW personnellement ce qui me ferait hésiter d'acheter un de leur modèle c'est la surconsommation d'huile de leurs moteurs essence et leur niveau de fiabilité pas assez élevé en général ( idem pour Audi )
La montée en puissance de Renault s'explique sans doute grâce à la nouvelle Mégane et sa technologie .
Pour plus d'originalité je pense qu'une Infinity Q 30 est à considérer avant un éventuel achat .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :