Après la voiture, Mercedes va faire rouler des camions autonomes sur la voie publique

 |   |  404  mots
Outre une sécurité accrue par rapport à la conduite humaine, elle permet d'économiser jusqu'à 5% de carburant et de rendre le métier de chauffeur routier moins pénible et donc plus attractif.
Outre une sécurité accrue par rapport à la conduite humaine, elle permet d'économiser jusqu'à 5% de carburant et de rendre le métier de chauffeur routier moins pénible et donc plus attractif. (Crédits : Reuters)
Le géant allemand des poids-lourds a été autorisé par le Nevada (Etats-Unis) à faire rouler ses camions autonomes sur la voie publique. Un chauffeur restera néanmoins face au volant pour reprendre la conduite en cas d'urgence.

Le constructeur allemand Daimler a obtenu l'autorisation de faire rouler sur la voie publique un camion capable de se conduire seul, une première selon lui même si le scénario d'un camion complètement sans conducteur reste encore très éloigné.

"L'Etat américain du Nevada a certifié deux camions Freightliner Inspiration pour la circulation régulière sur la voie publique", a indiqué le groupe de Stuttgart (en Allemagne), numéro un mondial des poids lourds, dans un communiqué publié dans la nuit de mardi à mercredi.

Le conducteur restera dans la cabine

Ces véhicules, dotés d'un système intelligent constitué de capteurs et de systèmes d'aide à la conduite tel qu'un régulateur de vitesse actif, sont autorisés à rouler sur les autoroutes de cet Etat de l'ouest américain sans intervention du chauffeur. Ce dernier doit néanmoins rester dans la cabine afin de surveiller la conduite et de pouvoir reprendre le volant en cas de besoin.

"L'autorisation de rouler sur les routes aux Etats-Unis est une étape importante pour les poids lourds conduisant de manière autonome", a estimé dans le communiqué Wolfgang Bernhard, directeur de la division camions et bus de Daimler.

Fabricant des voitures haut de gamme Mercedes-Benz et des petites citadines Smart, Daimler est également le plus grand constructeur mondial de poids lourds, avec plusieurs marques parmi lesquelles Mercedes-Benz, Freightliner, Fuso ou encore BharatBenz. Le groupe allemand est l'un des pionniers en matière de conduite autonome, appliquée aussi bien aux voitures qu'aux camions.

5% d'économie de carburant

Dans une interview au quotidien allemand des affaires Handelsblatt parue mercredi, M. Bernhard a vanté les avantages de la conduite autonome. Outre une sécurité accrue par rapport à la conduite humaine, elle permet d'économiser jusqu'à 5% de carburant et de rendre le métier de chauffeur routier moins pénible et donc plus attractif, a-t-il indiqué.

Il a également assuré que le camion totalement autonome, sans besoin de la vigilance du conducteur, "n'arrivera pas avant 2025". La présence de voitures autonomes dans les centre-ville, où les conditions de circulation sont beaucoup plus complexes, est envisageable à un horizon encore plus lointain.

Bientôt en Allemagne?

Daimler vise désormais une autorisation en Allemagne semblable à celle reçue au Nevada. Le constructeur avait déjà testé en juillet un camion autonome de marque Mercedes-Benz en Allemagne, mais sur une portion d'autoroute coupée à la circulation.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2015 à 9:42 :
à terme quel sera la place de l'humain dans ce monde de plus en plus robotisé !... Nous sommes encore dans les 1er pas .... qu'en sera t'il dans 20 ans ?
Réponse de le 07/05/2015 à 12:56 :
On disait que le train qui roulait à 30 km/h allait "provoquer la fin du monde" car, en transportant tant de monde à cette vitesse, les passagers mourront d'étouffement et que, par ailleurs, il allait tuer tous les fiacres !... On craignait déjà le chômage à cette époque !...
a écrit le 07/05/2015 à 9:40 :
En Belgique, ils ont décidé de faire rouler les camions à gauche.
Et dans 1 an, si ça fonctionne, ils feront pareils avec les voitures.
Réponse de le 07/05/2015 à 12:19 :
Comment peuvent-ils gérer, dans la période transitoire, le flot des camions roulant à gauche avec le flot de voitures roulant à droite ?.... à moins de réserver des chaussées pour les camions différentes de celles des voitures.

Mais est-ce possible avec le relativement petit réseau routier de la Belgique ? Si oui, ils me paraissent très très riches.

Expliquez_moi aussi comment les inconvénients de rouler à droite supprimera ensuite ceux de rouler à gauche !... il y aurait un inconvénient de taille, celui de la place du volant où la position du conducteur serait impropre à une conduite de sécurité. Le renouvellement du parc automobiles et camions n'est pas immédiat.

C'est une histoire de Shaddocs que vous nous racontez là ? non ?
Réponse de le 07/05/2015 à 12:49 :
Dans le flot des informations souvent dramatiques, je pensais prendre un peu de légèreté avec cette innovation primordiale en me permettant ce petit brin d'humour..
Mais j'étais loin de penser qu'il serait pris au sérieux, et loin de vouloir offenser qui que ce soit, ni vous, ni les belges ...
Ceci dit, votre réponse très (trop) sérieuse m'a bien fait sourire ...
Sans rancune !
Réponse de le 07/05/2015 à 13:02 :
que je l'avais prise pour une histoire de Shaddocks, c'était bel et bien des histoires humoristiques, non ?
Réponse de le 07/05/2015 à 13:24 :
Et au volant de leurs voitures, les shadoks pompaient, pompaient, pompaient ...
Tandis que les Gibis avaient le temps de les voir arriver en face, au volant de leurs camions roulant tout seul ...
Bonne journée !!
Réponse de le 08/05/2015 à 23:42 :
Oui, mais seulement un jour sur deux pour commencer.
a écrit le 07/05/2015 à 9:32 :
... mais c'est allemand c'est donc génial !...

La route comporte beaucoup trop d'aléas pour se risquer à ce genre de dispositif soutenu par une informatique embarquée des plus volatiles car un programme ne sera jamais à 100% au point surtout dans ce type d'analyse contextuelle, visuelle et phonique. A 70%, il est déjà de bonne qualité.

Le secteur où la conduite sans chauffeur peut être envisagée facilement reste le chemin de fer car, physiquement, la rame est guidée par des rails dans des voies non encombrées. Ce type de transport existe déjà depuis des lustres avec "le Val" de Toulouse et de Lille.

Je me suis toujours demandé pourquoi les TGV ne sont toujours pas autonomes car, lancés à 300 km/h, la distance d'arrêt d'urgence est largement supérieure à la distance de visibilité du conducteur et je ne vois pas ce que ce dernier peut bien faire d'efficace à part de surveiller des paramètres subalternes qui n'engage pas la sécurité. Le conducteur est présent en cabine uniquement pour des raisons psychologiques à l'égard des voyageurs et à coup sûr pour éviter de remuer des vagues à la SNCF avec les syndicats qui sont des états dans l'état !...

Réflexion refaite.... c'est plus qu'aberrent car le transport poids lourds longue distance devrait normalement se faire par voies ferrées et non routières, (sans compter les détériorations sans contre partie des routes et autoroutes), laissant aux camions plus légers le petit cabotage pour acheminer le fret vers les destinations locales.

Il faut croire que les ingénieurs de chez Mercédès, n'ont plus rien à se mettre sous leurs dents et pourtant il y aurait bien d'autres choses à creuser comme par exemple, le camions hybrides à PRODUCTION AUTONOME d'énergie beaucoup plus conformes à la transition énergétique mais là comme le dit très bien VALBEL89 : « L'inconvénient, c'est que les constructeurs vendent beaucoup moins de camions, les pétroliers moins de gas-oil, les autoroutiers moins de péages, les garages moins de pièces détachées, de pneus... Hé hé.. »
a écrit le 07/05/2015 à 6:55 :
Si on pousse l'exercice plus loin, fini les temps de repos et les journées de 8 heures.
a écrit le 06/05/2015 à 22:53 :
Pour les longues distances, les remorques des camions, il faut les mettre sur les trains. Dans ce cas, il n'y a pas besoin de chauffeur, pas besoin de gas-oil, pas de routes encombrées, pas de pollution (Trains électriques évidemment...). Les Chauffeurs prennent en charge les remorques, font du cabotage et rentrent chez eux tous les soirs.
L'inconvénient, c'est que les constructeurs vendent beaucoup moins de camions, les pétroliers moins de gas-oil, les autoroutiers moins de péages, les garages moins de pièces détachées, de pneus... Hé hé..
Réponse de le 07/05/2015 à 9:49 :
Le plus gros transporteur routier français s'appelle la SNCF...et est très rentable.
Le fret SNCF n'est pas rentable et fiable.
Croyez-vous un seul instant que du point stratégique il faille créer un monopole sur logistique et le faire gérer par la seule SNCF???

Les trains électriques sont à 80% nucléaires...et c'est bien connu le nucléaire ne pollue pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :