BMW Série 4 Cabriolet : au sommet de l'élégance premium

 |   |  441  mots
Le design garde toute son élégance grâce au toit en dur.
Le design garde toute son élégance grâce au toit en dur. (Crédits : BMW)
Ce cabriolet a conservé un toit en dur pour préserver l'élégance de sa robe. Ajoutez à cela, sa sportivité sur route, la BMW Série 4 cabriolet mérite son rang de modèle premium. Un regret toutefois, le schéma désuet du tableau de bord que l'on espérait plus moderne...

BMW ne fait jamais de compromis. Ni sur son ADN ni sur son design... Et cela donne la Série 4 Cabriolet avec un toit en dur ! Il en reste de moins en moins sur le marché, là où les concurrents premiums optent de plus en plus pour des toits en toile. Pour BMW, il n'était pas question de gâcher le design de la superbe Série 4 avec un toit décapotable en toile qui aurait nécessairement altéré la ligne fuyante du toit...

Le toit en dur, un choix assumé

Peu importe que ce soit plus cher, plus lourd, plus long à déployer... Le style ne se négocie pas. Et quelle réussite ! De l'extérieur, un œil non exercé n'y verrait que du feu... Le toit se confond parfaitement avec la carrosserie grâce à une ligne parfaitement fluide et harmonieuse. Toit refermé, la Série 4 Cabriolet est un véritable hymne à l'élégance. Sa calandre caractéristique de la marque premium s'est affinée pour donner plus de force à un capot musclé et des flancs ajourés par des arêtes très sportives. Ouvrez le toit, et vous accédez au confort estival sans quitter l'univers premium de BMW.

BMW Série 4 Cabriolet

Intérieur cuir dans cette finition Luxury, baguette en chrome surplombant une planche de bord qui ne mange pas toute la place tout comme le tunnel central. Les commandes sont accessibles et plutôt ergonomiques. On regrette néanmoins un schéma assez peu moderne avec des boutons dans tous les sens que ce soit pour la radio, ou la commande de climatisation. Les bouches d'aération sont trop classiques, sans compter les compteurs qui non-contents de ne pas être digitalisés sont incroyablement basiques. L'écran GPS manque également cruellement d'intuitivité... Quel dommage !

Un agrément de conduite soigné

Heureusement, la Série 4 Cabriolet se rattrape avec un excellent agrément de conduite. Avec ses 326 chevaux, ce 6 cylindres de 3 litres offre une conduite très dynamique. Le dépassement devient un vrai plaisir grâce à son couple moteur de 450 Nm pour 5.200 tours/min. La boite automatique de 8 rapports ajoute au confort. En plus de cette sportivité très sécurisée, cette BMW ajoute une certaine agilité. Un vrai jouet !

Il faudra néanmoins débourser près de 48.450 euros pour s'offrir ce bijou... Et plus encore si l'on choisit la finition Luxury, soit près de 70.550 euros hors options... Mais, on parle d'une BMW ! Elle offre un confort sans pareil et un design d'une très grande élégance grâce à ce toit en dur très bien fini. Une qualité devenue rare...

BMW Série 4 Cabriolet

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2017 à 10:21 :
"Élégance" raffinement" "classe" et-c... sont les termes utilisés pour décrire les bagnoles allemandes, normal étant donné qu'il est difficile de dire tout simplement que ce sont de belles bagnoles puisque belles elles ne le sont pas, c'est toujours un compromis entre le design sport et familial du coup on se retrouve avec des véhicules bâtards dont on ne peut pas dire qu'ils sont moches mais à qui ils manquent beaucoup également pour dire qu'ils sont beaux.

L'uniformisation du goût est une absence de goût.
Réponse de le 01/08/2017 à 9:03 :
L'uniformisation n'est pas une absence de goût , loin de la ...C'est une saveur âcre et fade des temps modernes.

L'uniformisation c'est le goût qui doit plaire à la majorité ( la plupart du temps c'est fabriqué ) . C'est vendu sous forme d'images et de clichés depuis maintenant 1/2 siècle et la majorité l'accepte sans se poser de question .
Normal , le formatage des individus commence des la primaire lié a la publicité et la télévision ...
Les marchands de soupe ont compris qu'avec du marketing on pouvait donner une fausse image d'un produit sans éveiller le moindre soupçon de la population .
Vendre du beau est suggestif , la modernité ( signifie nouveau sur le marché .) l'élégance ( appel à des souvenirs - objet rare ) la qualité ( pas de déceptions ) ... Des termes avec des connotations qui séduira l'aveugle !

Le goût est donc fabriqué dans le but d'obtenir une part de marché ; au prix de cette voiture , il faut montrer beaucoup de clichés pour trouver le pigeon ...


Réponse de le 04/08/2017 à 10:27 :
Vous avez entièrement raison, l'uniformisation du goût permet de vendre bien plus facilement et de faire de juteux bénéfices sur le dos des gens.

Merci pour démonstration.
a écrit le 30/07/2017 à 12:33 :
Beurk...
a écrit le 30/07/2017 à 12:33 :
Beurk...
a écrit le 29/07/2017 à 19:53 :
Et elle a bien le logiciel truqueur, comme toutes les allemandes ? Sinon, je n'achète pas...
Réponse de le 08/08/2017 à 17:59 :
le logiciel truqueur c est sur les mazout, pas les cabrio qui sont essence.
Sans compter que la maguille touche tous les constructeurs de diesels (meme si VW est apparement le seul a avoir vraiment implemnte un logiciel qui modifiait son comportement en cas de banc de test)
a écrit le 29/07/2017 à 10:15 :
Je ne voudrais pas paraître rabat-joie mais la discrétion est désormais de rigueur concernant les émissions polluantes de ces véhicules surpuissants. Les beaux jours venus ce n'est plus la priorité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :