Chez Smart France, un référendum pour un retour provisoire aux 39 heures

 |   |  303  mots
Le site mosellan doit participer à l'automne au lancement de la commercialisation du modèle Fortwo troisième génération.
Le site mosellan doit participer à l'automne au lancement de la commercialisation du modèle Fortwo troisième génération. (Crédits : REUTERS/Jacky Naegelen)
Afin de maintenir les emplois tout en assurant la productivité du site, l'entreprise envisage un passage progressif aux 39 heures, pour lequel les 800 salariés recevraient des contreparties. Un référendum interne sera organisé le 11 septembre à la demande de toutes les organisations syndicales - sauf une.

Alors que les 35 heures font polémique au sein du gouvernement, les 800 salariés de l'usine Smart France à Hambach, en Moselle, se prononceront le 11 septembre par référendum sur un retour provisoire aux 39 heures entre 2016 et 2019. L'accord, en cours de négociation entre la direction et les syndicats, vise à rétablir la productivité et à assurer le maintien de l'emploi sur le site.

Une prime exceptionnelle de 1.000 euros

La direction a prévu le passage à 39 heures de travail hebdomadaire par étapes: de 35 à 37 heures à compter du 1er octobre, puis de 37 à 39 heures de 2016 à 2018, avant de revenir à 37 heures l'année suivante.

En contrepartie, la direction a annoncé que les salariés percevraient une augmentation mensuelle de 120 euros brut, ainsi qu'une prime exceptionnelle de 1.000 euros, versée en deux fois sur deux ans. Elle s'est aussi engagée à embaucher 50 intérimaires en CDI entre octobre 2015 et fin 2017.

Sur les quatre syndicats, seul la CFDT s'oppose au référendum

Le référendum sur la durée du temps de travail vise, selon la direction, à "garantir le maintien de l'emploi pour tous les coéquipers de Smart France jusqu'en 2020". Il se déroulera à la demande des organisations syndicales CGT, CFDT et CGC. Seule la CFDT s'y est opposée.

En attendant le référendum, la CGT a décidé de lancer une consultation auprès de ses adhérents concernant les propositions de contreparties, émises par la direction dans le cadre du pacte 2020, a indiqué à l'AFP Philippe Simard, délégué CGT. Elle en attend les retours "mercredi matin au plus tard', a-t-il dit.

La production à l'usine de Smart France à Hambach a repris le 24 août après trois semaines de congés annuels. Le site mosellan doit participer à l'automne au lancement de la commercialisation du modèle Fortwo troisième génération.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/09/2015 à 20:00 :
Voilà la misère française : 385 cadres et 367 ouvriers, pour une usine de production !! ça fait pas mal de cols blancs non ?
Les cadres voteront évidemment pour les 39 h. Normal, en général ils font déjà plus que ça...
Reste les pauvres ouvriers qui ne veulent pas de ces 39 h mais qui les auront quand même avec un travail toujours aussi abrutissant. Tout cela pour, un jour (et qui n'est pas lointain) les robots les remplaceront en se marrant de leur productivité ! un robot payé 0 euro/h ça vaudra mieux que 39 h (même qu'on y paie 37), et les moutons bêleront... jusqu'au boulot de 95 h payé 2 h. La France sociale s'estompe, petit à petit....
Réponse de le 12/09/2015 à 18:54 :
Beaucoup de choses sont faites par des entreprises extérieur ex la logistique
a écrit le 11/09/2015 à 18:58 :
Le patron allemand pourra partir avec ses valises pleines et ses yachts sur la côte...et après les 39 h (payées à 40h) on passera à 45 h royalement payées à 39 h.
Ensuite les robots vous remplaceront en se marrant de votre productivité ! un robot payé 0 euro ça vaudra mieux que 39 h, et les moutons bêleront... Jusqu'au boulot de 95 h payé 2 h. Restons sérieux.
La question n'est pas 35 ou 39h mais le coût d'une heure de travail que toute entreprise cherche légitimement à baisser (comme tout employé cherche légitimement à l'augmenter!).
Comme il ets très difficile de faire baisser le montant nominal on joue sur l’inflation et le nombre d'heures travaillées. Ceci dit, le SMIC Slovène étant à 791 euros par mois, j'ai du mal à voir comment être compétitif en France.
a écrit le 11/09/2015 à 18:15 :
Chez Daimler France, c'est 39 heures mais payées 37 !!! c'est ça que vous appelez "des contreparties" ?? Pitoyable.
S'il y avait réellement quelqu'un aux manettes, ce quelqu'un aurait déjà posé ses conditions sur la table, histoire de calmer un peu les tendances esclavagistes des allemands.

En gros, un vrai chef d’État aurait dit à Monsieur Daimler : "Ton accord de voleur, tu peux te le carrer là où je pense. Maintenant, supprime un seul emploi et j'interdis la vente de tes bagnoles sur tout le territoire."

Mais bon, pour ça, faudrait qu'il y ait vraiment quelqu'un aux manettes...
a écrit le 01/09/2015 à 17:59 :
Qu'en pensent les socialistes?Les socialistes, avec leur "valeurs" ont fait un mal terrible à la France depuis au moins 30 ans, depuis qu'ils colonisent les esprits français. L'histoire jugera à quel point cette mouvance aura été malfaisante...,,
a écrit le 01/09/2015 à 16:17 :
A quand travailler mieux pour gagner mieux (plutôt que travailler plus pour gagner plus)?
Quels seraient les gains de productivités si :
* une formation continue d'une journée outlook ne coûtait pas 800€/personne (Cf. Mathilde Lemoine, économiste, membre du Conseil d’Analyse Economique : « Les salariés français n'ont pas les moyens de s'adapter à la mondialisation »),
* on apprenait a taper au clavier (en ses tenant bien, ce qui évite les TMS...),
* la confiance et l'empowerment étaient pratiqués jusqu'en bas de la hierarchie, plutôt que le contrôle de la moindre tâche (genre contremaître des années 30),
* si le temps de transport moyen pour se rendre au travail (et la fatigue associée) n'était pas de 45 minutes (genre "pour maîtrisé le territoire, je mets tous les emplois à la Défense")!
* il y avait des écoles de commerces publiques (Cf. Dictionnaire historique des patrons francais)
* ....
a écrit le 01/09/2015 à 16:06 :
CGT, CFDT. CGC, CFDT, je serai curieux de savoir quel est le % de représentative par rapport au nombre total de 800 salariés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :