Dieselgate : le dossier Fiat transmis à la justice française

 |   |  288  mots
Fiat-Chrysler fait également l'objet d'une enquête aux Etats-Unis.
Fiat-Chrysler fait également l'objet d'une enquête aux Etats-Unis. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
Le conglomérat automobile n'est pas le premier à être inquiété dans cette affaire.

La Direction de la répression des fraudes (DGCCRF) a transmis à la justice les conclusions de son enquête sur les émissions polluantes des véhicules diesel du groupe Fiat-Chrysler, a annoncé lundi soir le ministère de l'Economie.

"La DGCCRF a finalisé ses investigations concernant la recherche d'éventuelles tromperies commises par le groupe Fiat Chrysler automobile au sujet de véhicules diesel et transmis ses conclusions à la justice", explique Bercy dans un communiqué.

Sans préciser les conclusions de ces investigations, le ministère indique qu'un procès-verbal présentant leurs résultats détaillés vient d'être transmis au parquet de Paris et qu'"il revient maintenant à la justice de donner les suites qu'elle jugera nécessaires à ces manquements présumés".

Renault et Volkswagen déjà ciblés

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès du constructeur italo-américain. Celui-ci avait déjà été montré du doigt le mois dernier par l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) pour des dépassements d'émissions polluantes diesel.

Dans le sillage de l'affaire de trucage des émissions de Volkswagen, en septembre 2015, la commission dite Royal a enquêté sur les émissions d'oxydes d'azote (NOx), l'un des principaux polluants automobiles, d'une douzaine de marques automobiles commercialisées en France et surtout sur l'éventuelle divergence entre les valeurs pour lesquelles les véhicules sont homologués et leurs niveaux d'émissions en condition plus réelle de conduite.

Outre pour Volkswagen, dès février 2016, la DGCCRF a déjà transmis en novembre ses conclusions sur Renault à la justice. Le parquet de Paris a ouvert dans les deux cas des informations judiciaires pour tromperie, en janvier dernier pour Renault.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :