Novares relance son processus d'entrée en Bourse

 |   |  638  mots
Novares a déposé son document de base auprès de l'AMF.
Novares a déposé son document de base auprès de l'AMF. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
L'ancien Mecaplast va lever entre 130 et 150 millions d'euros à l'occasion de son introduction en Bourse. L'équipementier automobile qui souhaite accélérer son développement international, notamment en Chine, vise une première cotation en février.

L'équipementier Novares (ex-Mecaplast), spécialiste des pièces en plastique pour l'automobile, a annoncé vendredi la relance de son projet d'introduction en Bourse qui avait été reporté début novembre.

L'opération s'accompagnera d'une augmentation de capital de 130 à 150 millions d'euros. La levée de fonds doit permettre de conforter les investissements dans l'innovation et l'expansion internationale, notamment en Chine, ont précisé les dirigeants lors d'une conférence de presse.

L'entreprise poursuit une politique d'acquisitions pour accélérer sa croissance. Elle vise quatre opérations de rachats d'ici la fin de l'année, dont une en Chine.

Novares, dont les ventes ont atteint près de 1,2 milliard d'euros en 2017, a annoncé avoir enregistré jeudi "son nouveau document de base auprès de l'Autorité des marchés financiers (AMF)" en vue de l'introduction en Bourse sur Euronext Paris.

"Le début des cotations devrait intervenir courant février", a précisé le PDG du groupe, Pierre Boulet.

Vers un flottant de 50% du capital

Novares, qui a racheté en décembre 2016 l'équipementier américain Key Plastics, est détenu à 72% par le fonds d'investissement Equistone Partners Europe. La banque d'investissement Bpifrance possède 15% des parts. Le reste du capital est entre les mains de la famille fondatrice (6%) et des managers de l'entreprise (8%).

Les actionnaires vendront une partie de leurs parts, probablement pour un montant du même ordre que celui de la levée de fonds, l'objectif étant d'atteindre un flottant proche de la moitié du capital, a expliqué le directeur financier François Sordet.

| Lire aussi notre analyse: Automobile : les petits équipementiers survivront-ils ?

L'équipementier avait présenté le 9 octobre à la presse et aux investisseurs son projet d'introduction en Bourse, avant d'annoncer son report quelques semaines plus tard.

Ce report s'expliquait par des raisons techniques. Un changement de la méthode de consolidation d'une joint-venture en Chine a nécessité le retraitement de chiffres. Ce changement de méthode s'explique par des discussions avec le partenaire chinois sur le contrôle de cette société qui réalise 95 millions d'euros de ventes.

Cette modification ne remet pas en cause le résultat net, ni la valeur de la société Novares, a précisé M. Sordet.

Une marge de 9%

La société affiche un Ebitda ajusté de 105 millions d'euros en 2017, soit 8,9% du chiffre d'affaires (+1 point par rapport à 2016). "On a dépassé nos prévisions de rentabilité", s'est félicité M. Sordet.

Il a souligné que l'entreprise possédait un carnet de commandes de 5,5 milliards d'euros, soit cinq années d'activité, et affichait une croissance organique d'environ 7,5% par an, supérieure à celle du marché.

Le groupe compte 15 constructeurs automobiles parmi ses clients, notamment PSA, Renault, Ford, Volkswagen, Fiat Chrysler et BMW.

Ses pièces en plastique, prévues pour résister à d'importantes contraintes mécaniques ou de hautes températures, se retrouvent dans les moteurs (filtres à air, bac batterie,...), dans l'intérieur des véhicules (composants du tableau de bord, poignées de portes...) et à l'extérieur (garnitures latérales, rails et barres de toit...).

Une ETI française mondialisée

La tendance à l'allègement des voitures, renforcée par l'essor des motorisations électriques et hybrides, pousse les constructeurs à utiliser de plus en plus de plastique en remplacement de pièces en métal.

Novares, qui possède 42 usines et 12 centres d'ingénierie dans 21 pays, emploie 10.000 personnes dont 1.600 en France.

"La réalisation de l'introduction en Bourse envisagée est soumise à plusieurs conditions, parmi lesquelles l'obtention du visa de l'AMF sur la note d'opération liée à l'introduction en Bourse et la cotation sur le marché réglementé d'Euronext Paris, et des conditions de marchés favorables", a précisé l'entreprise.

Mecaplast, devenu Novares le 19 septembre dernier, a été fondé en 1955 à Monaco.

| Lire aussi: Comment les équipementiers automobiles français se sont imposés au monde

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :