PSA assemblera des véhicules au Kenya dès juin

 |   |  234  mots
PSA a signé un contrat avec Urysia, importateur et distributeur de la marque Peugeot au Kenya depuis 2010,
PSA a signé un contrat avec Urysia, importateur et distributeur de la marque Peugeot au Kenya depuis 2010, (Crédits : Reuters)
Le site produira 1.000 véhicules par an, débutant avec le modèle Peugeot 508, puis suivra la Peugeot 3008. Le Kenya représente une étape du développement international du constructeur français.

Le groupe automobile français PSA assemblera des véhicules de la marque Peugeot au Kenya à partir de juin 2017 au rythme annuel de plus de 1.000 véhicules, afin de couvrir les besoins du marché kényan, a annoncé samedi l'entreprise.

PSA a signé samedi matin un contrat en ce sens avec Urysia, importateur et distributeur de la marque Peugeot au Kenya depuis 2010, précise le groupe français, selon lequel la production commencera avec la Peugeot 508, suivie par la Peugeot 3008.

Selon un porte-parole du groupe, les voitures seront dans un premier temps assemblées en kit à partir d'éléments importés, avec pour objectif d'aller vers davantage d'intégration locale.

Un volume limité

Un millier de voitures par an représentent un volume limité. Mais après le Nigeria, l'Ethiopie, la Tunisie et le Maroc, PSA poursuit sa stratégie d'internationalisation sur les nouveaux marchés émergents d'Afrique pour réduire son exposition à une Chine devenue plus difficile. Le groupe français a également signé récemment un accord pour revenir en Inde.

>>> Lire: Pourquoi PSA se veut prudent en Inde

"Cette implantation au Kenya s'inscrit dans la stratégie à long terme du groupe visant à accroître ses ventes en Afrique et au Moyen-Orient avec l'ambition d'y vendre un million de véhicules en 2025", explique Jean-Christophe Quémard, directeur pour la région Moyen-Orient-Afrique cité dans le communiqué.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2017 à 8:25 :
PSA a raison ! C'est une belle expérience le Kenya ! Il faut vivre avec son temps !
a écrit le 04/02/2017 à 18:21 :
Effectivement en Afrique Peugeot était bien considéré avec leur moteur robuste , quant sera -t-il avec les nouvelles technologies , les Diesel fappés les moteurs essence turbo ? A moins qu'il ne les équipe de moteurs plus anciens . Je pense cependant que ces véhicules seront destinés à uns clientèle huppée .
a écrit le 04/02/2017 à 14:54 :
Que ceux et celles qui vont bientôt voter s'en souviennent ; sinon ; adieu leur emploi. Finalement, Mr Trump a raison !
a écrit le 04/02/2017 à 14:38 :
...afin de couvrir les besoins du marché kényan....et de qui se moque t-on là? Pour le coup je serais presque Trumpiste .....en taxant l'entrée de ces véhicules en Europe. Entrée qui bien entendu sera masquée par des factures bidons, des cartes grises également et des circuits de chargement et déchargement dans un port puis dans un autre pour atterrir miraculeusement dans votre concession la plus proche de chez vous. M. Tavares nous prend pour des C....
a écrit le 04/02/2017 à 14:23 :
Bon, après 40 ans d'abandon de ce marché au profit de Toyota et autres asiatiques, il est grand temps d'y reprendre une place, heureusement qu'on voit encore de vieilles Peugeot tourner (en piteux état...) la marque n'est pas oubliée grâce à leur robustesse...mais ce sera différent avec les 508 et autres 3008 peu adaptées à ce marché, a moins de retirer l'injection et d'y mettre un carbu starter manuel avec un bon filtre à essence et air déporté plus un allumage électronique sans cartographie (rotation/dépression/capteur hall) afin de faciliter une maintenance qui reste le pb N°1 là bas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :