L'usine PSA de Mulhouse voit son avenir pérennisé

 |   |  318  mots
PSA a attribué plusieurs nouveaux modèles à l'usine de Mulhouse.
PSA a attribué plusieurs nouveaux modèles à l'usine de Mulhouse. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
L'usine PSA de Mulhouse devrait voir sa production passer à 260.000 unités en 2019, contre un objectif initial de 200.000 voitures. Un investissement de 400 millions de dollars doit moderniser cette usine qui verra plusieurs nouveaux modèles s'installer sur une nouvelle ligne ultra-moderne. Les syndicats notent toutefois l'absence de visibilité en termes de recrutements fermes.

L'usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) prévoit de se maintenir, en 2018 et 2019, au minimum à son niveau de production actuel, qui lui fait déjà dépasser de 30% ses objectifs initiaux, a-t-on appris mardi de source syndicale.

Le "plan à moyen terme" (PMT) du site, présenté mardi en réunion mensuelle du comité d'établissement, prévoit de fabriquer 243.000 véhicules en 2017, puis 265.000 en 2018 et 260.000 en 2019, ont indiqué à l'AFP Deborah Schorr, responsable du syndicat FO du site, et Julien Wostyn, son homologue à la CGT. La direction a confirmé les chiffres auprès de l'AFP.

Des objectifs largement dépassés

Ces prévisions dépassent de 30% l'objectif d'environ 200.000 véhicules annuels qui avait été fixé à Mulhouse ces dernières années, a souligné Mme Schorr.

Dans les faits, ce seuil de référence a été dépassé, de sorte que la nouvelle prévision correspond au niveau d'activité effectif de l'usine depuis 2015, a tempéré M. Wostyn. "Mais il faut reconnaître que la production restera importante les trois prochaines années", a-t-il dit.

Pour atteindre ses objectifs, le site bénéficiera du lancement de nouveaux véhicules, dont un premier au printemps prochain. Il augmentera aussi sa cadence dans le cadre de son plan d'investissements de 400 millions d'euros jusqu'en 2020, aboutissant à concentrer la production sur une seule ligne ultra-moderne, dite "monoflux".

Pas de visibilité sur des embauches fermes

Le PMT a apporté "une bonne visibilité sur la pérennité du site", mais sa concrétisation devra aussi passer par des embauches fermes, or celles-ci ne sont pas garanties, ont souligné FO et la CFE-CGC.

"Le zéro embauche est injustifiable alors qu'on augmente les cadences", a commenté M. Wostyn. Depuis le début de l'année, les effectifs de l'usine de Mulhouse se sont érodés de près de 300 salariés, s'élevant à 6.265 salariés permanents au 23 novembre. Le site emploie également 638 intérimaires.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :