Renault et Peugeot enregistrent une année faste en France et affichent leur optimisme

 |   |  1190  mots
Renault est la marque française qui a le plus progressé en 2015.
Renault est la marque française qui a le plus progressé en 2015. (Crédits : © Amit Dave / Reuters)
Les deux premières marques françaises ont largement profité du rebond du marché automobile français et s'attendent à une année 2016 dynamique, grâce à de nouveaux modèles. A l'inverse, Citroën, DS et Dacia ont souffert en 2015.

C'est donc une année faste qui s'achève pour le marché automobile français et qui s'achève en fanfare. Ainsi, sur l'ensemble de l'année, les immatriculations de voitures particulières ont progressé de 6,8% avec 1.917.230 immatriculations. Elles ont augmenté de 12,5% sur le seul mois de décembre.

Des lancements à un rythme effréné

Les constructeurs ont diversement profité de cette embellie. Parmi les grands gagnants, Renault est probablement le mieux placé. La marque au losange a vu ses immatriculations progresser de 8,1% sur l'ensemble de l'année, ce qui lui permet de caresser le seuil des 20% de part de marché. Renault a largement surfé sur la vague de l'avalanche de nouveautés qui est tombée cette année, mais également et surtout l'année précédente. Le nouvel Espace et la nouvelle Twingo lancée fin 2014 ont ainsi permis d'étoffer dès le 1er janvier 2015 les concessions Renault déjà prises d'assaut par le succès du Captur (lancé en 2013 mais dont le succès ne se dément pas puisque ce modèle est le quatrième véhicule le plus vendu en France en 2015).

En multipliant les nouveautés avec l'arrivée d'un nouveau SUV, le Kadjar, mais également la remplaçante de la Laguna, rebaptisée Talisman, ou la nouvelle Mégane en fin d'année, Renault a su attirer les Français dans ses concessions. Ces lancements, qui placent la marque au losange sur un marché plus haut-de-gamme - sur lequel elle pêchait par manque de nouveautés et d'innovations - pourraient aussi et surtout faire effet sur l'année 2016, ce qui rend le constructeur très optimiste.

S'il a trop souvent été reproché au groupe dirigé par Carlos Ghosn d'être encore trop ancré sur son marché domestique ouest-européen - la crise de 2009 lui avait ainsi coûté très cher - la reprise sur le vieux continent lui est profitable. Il faut dire que la firme dirigée par Carlos Ghosn a rencontré pas mal de vents contraires dans les régions où le groupe tente de s'internationaliser afin de ne plus subir les effets de cycles.

Dacia plafonne

Mais Renault doit composer avec la stagnation de sa filiale à bas coût Dacia. Celle-ci a traversé un véritable trou d'air en 2015. Les ventes en France ont baissé de 5,5% à 100.035 unités, voitures particulières et utilitaires compris. Certes, les ventes ont connu un sursaut en décembre (+25,8%), mais il n'empêche : la marque roumaine semble plafonner en l'absence de réelles nouveautés. 73% des ventes sont le fait du Duster ou de la Sandero. La marque devra convaincre de sa légitimité sur d'autres segments si elle veut voir ses ventes progresser. L'arrivée, toujours pas confirmée, du Kwid pourrait ainsi permettre à la marque de rebondir. Lancé en septembre en Inde, ce petit crossover rencontre un gros succès au pays de Ghandi. Il est attendu prochainement en Amérique Latine.

Citroën se cherche encore...

L'autre grand nom de l'automobile français est confronté au même problème d'un portefeuille de marques aux performances en sens inversé. Le groupe PSA peut même se targuer d'avoir évité le pire - à savoir une baisse des ventes de Citroën. Certes, avec des immatriculations en hausse de 0,8% sur l'année, c'est une piètre performance qui plombe la part de marché du groupe. Mais la marque aux chevrons a été pas mal secouée ces dernières années. Le retrait de la gamme DS de son catalogue (devenu une marque à part entière), ajouté à la confusion autour du positionnement de la C4 Cactus, sans parler des hésitations et contradictions autour de l'image de la marque Citroën auraient pu davantage rebuter les clients. Au contraire, Citroën veut croire que l'année n'a pas été si mauvaise, avec des ventes en hausse entre les premier et deuxième trimestres (+2,4%). La marque rappelle ainsi que la nouvelle gamme C4 (nouveaux équipements et nouvelle signature lumineuse), a vu ses ventes s'envoler de 54,6% en décembre. Citroën se veut même optimiste puisqu'il annonce trois lancements "majeurs" pour les deux prochaines années. On sait déjà qu'il s'agit du Space Tourer, dévoilé en décembre et qui remplacera la version grand public du Jumpy. D'après les indiscrétions de L'Argus, la marque aux chevrons aurait dans les tiroirs un successeur à l'actuelle C3, un segment à fort volume.

PSA ne pourra pas non plus compter sur sa nouvelle marque DS pour fournir des volumes, et ce avant plusieurs années. La marque Premium née en 2014 a enregistré une baisse de 4,7% de ses ventes en 2015 avec 30.257 livraisons. DS souffre d'un vieillissement de son catalogue, uniquement animé par des restylages, et surtout son absence sur le segment très profitable des SUV. PSA a toujours dit et répété que le succès de DS serait à juger sur du long terme. La marque prévoit ainsi un catalogue de six modèles d'ici à 2020, dont le renouvellement des trois voitures actuelles.

Peugeot veut maintenir son leadership dans les SUV

Heureusement, Peugeot est là pour faire tourner les usines. La marque a surperformé le marché avec une hausse de ses immatriculations particulières de 7,3%. Etrangement, le mois de décembre a pourtant été très mauvais avec une hausse de seulement 2,4%, tandis que Citroën a enregistré +10% et même DS a vu ses immatriculations s'envoler de 55%. Peugeot revendique néanmoins 3 places dans le Top 5 des meilleures ventes en France avec 208, 308 et 2008. Peugeot promet une année 2016 très offensive. A Genève, la 2008 sera présentée sous une version restylée. La marque veut ainsi maintenir son leadership sur le segment des SUV, un marché dynamique mais également de plus en plus disputé. Un moment stratégique pour ce véhicule à gros succès, qui, même s'il est derrière le Captur, a toutefois l'avantage d'être un véhicule vendu aussi bien en Europe qu'en Chine où il est plutôt bien reçu.

L'actualité pour PSA cette année pourrait surtout être la nouvelle phase stratégique qui doit succéder au plan "Back in the race", concocté par Carlos Tavares à son arrivée en 2014. Les objectifs du plan ont été quasiment tous remplis avec quelques mois d'avance. Il s'agissait de rétablir la rentabilité du groupe et de restaurer la compétitivité de l'appareil industriel du groupe. Carlos Tavares a promis que le prochain plan stratégique s'attachera à relancer le développement de PSA avec des projets offensifs. A cet égard, plusieurs pistes sont à regarder de près : une nouvelle stratégie dans les technologies vertes après le renoncement à l'hybride air, la question du marché indien qui avait été reporté sine die par Philippe Varin, l'investissement dans de nouveaux marchés comme le marché iranien, ou enfin, la conclusion de nouveaux partenariats industriels voire d'une alliance.

2015 a été une bonne année pour les constructeurs français. Un essai néanmoins à transformer s'ils veulent rester dans la course et consolider leur résurrection après des années de vaches maigres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2016 à 22:16 :
Pour Renault le faste c'est cela par exemple pour l'espace :

1er rappel officiel de l’Espace 5 (en date du 26/10/2015)
Source developpement-durable.gouv.fr

Les consommations annoncés différentes de réalité (cf : Autoplus n°1417) par exemple pour l'Espace 1.6dci(BVA 160ch) consommation supérieure de 63% à celle annoncée

et

Axel Friedrich,cofondateur de l’International Council on Clean Tranportation (ICCT) a déclaré à propos de l'Espace 5 "Nous n’avons pas vu des émissions à un tel niveau depuis la fin des années 1980, avec l’adoption de limites européennes d’émission »
www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/021507064167-diesel-bras-de-fer-entre-renault-et-les-ecologistes-1178182.php

et nouveau

le Renault Espace démarre seul et percute un talus avec une fillette à bord
www.franceinter.fr/depeche-un-renault-espace-demarre-seul-avec-une-fillette-a-bord
a écrit le 06/01/2016 à 10:44 :
Bien beau tous ces chiffres de véhicules majoritairement produit hors de la France. Pour rappel le véhicule le plus produit en France n'est pas celui d'un constructeur Français, c'est la Toyota Yaris.
Réponse de le 11/01/2016 à 10:44 :
comptons alors le nombre de salariés Renault ou PSA en France et le nombre de salariés Toyota.... comptons aussi le nombre total de véhicules Renault et PSA construits en France et le nombre de véhicules Toyota ... Il y a de très nombreux modèles construits en France. Il faut peut être savoir regarder ce qui se fait ( ou vouloir se renseigner..)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :