Chine : Renault-Nissan crée une nouvelle entreprise avec Dongfeng

 |   |  266  mots
eGT sera détenu à parts égales par Renault-Nissan - le Français et le Japonais en prenant chacun un quart - et Dongfeng, deuxième constructeur chinois.
eGT sera détenu à parts égales par Renault-Nissan - le Français et le Japonais en prenant chacun un quart - et Dongfeng, deuxième constructeur chinois. (Crédits : Kim Kyung Hoon)
Renault-Nissan entend s'étendre un peu plus en Chine en produisant des véhicules électriques. Sur place, le groupe automobile devra faire face à son concurrent PSA, déjà présent depuis les années 1980.

Renault-Nissan accentue sa présence en Chine. Le constructeur automobile a annoncé, ce mardi 29 août, la création d'une deuxième coentreprise avec Dongfeng. L'objectif est de développer des véhicules électriques.

Dans un communiqué, Renault-Nissan a expliqué que la nouvelle entité, baptisée eGt New Energy Automotive "s'appuiera sur les compétences clés de chaque partenaire pour produire des véhicules électriques compétitifs destinés au marché chinois". Le montant de l'opération n'a cependant pas été dévoilé.

Plus précisément, eGT sera détenu, à parts égales, par Renault-Nissan - le Français et le Japonais en prenant chacun un quart - et Dongfeng, deuxième constructeur chinois.

Cette année, Renault entend doubler ses ventes en Chine

Depuis 2016, Renault exploite déjà une usine dans le centre de la Chine, à Wuhan, avec le constructeur Dongfeng mais la présence du constructeur français reste marginale sur le territoire en comparaison avec son concurrent PSA.

Néanmoins, Renault compte doubler ses ventes cette année et vise un objectif de 70.000 véhicules sur un marché représentant près de 25 millions d'unités. PSA, présent sur le marché depuis les années 1980, fait face à un effondrement des ventes.

> Lire aussi : Renault en Chine: vers une nouvelle licence avant la fin de l'année

Signe de l'accélération des efforts de Renault en Chine, le constructeur français avait annoncé, début juillet, un partenariat avec un autre chinois, Brilliance China Automotive, pour développer des utilitaires. Un marché en plein essor dans le pays.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2017 à 13:04 :
Pourquoi ne pas y développer un véhicule électrique profilé en forme de losange également amphibie et à éolienne rétractable, au cas où les typhons grandiraient ?
Occasion d'y favoriser les roues sphériques magnétiques multidirectionnelles en forme de flotteurs ?
Plus qu'à les vendre au Texas et en Floride ?
Réponse de le 29/08/2017 à 14:48 :
Pauvre truffe!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :