Ghosn oblige le tribunal à expliquer publiquement ses motifs mardi prochain

 |   |  473  mots
(Crédits : Reuters)
Les avocats du Pdg de Renault avaient déposé vendredi une demande spéciale pour une comparution de leur client, afin d'obliger le procureur à clarifier publiquement le motif de sa détention prolongée. Une demande à laquelle la justice japonaise était obligée d'accéder selon le droit en vigueur dans l'archipel. Ce sera la première apparition publique du Pdg franco-libanais depuis son arrestation le 19 novembre.

L'ancien président de Nissan Carlos Ghosn va comparaître mardi à la suite de sa demande d'une audience publique pour connaître les motifs de sa détention, a annoncé vendredi le tribunal du district de Tokyo.

Les avocats du PDG de Renault Carlos Ghosn avaient déposé vendredi une demande spéciale pour une comparution de leur client, afin d'obliger le procureur à clarifier publiquement le motif de sa détention prolongée, a-t-on appris auprès du tribunal.

M. Ghosn souhaite que soit mis en application l'article 34 de la Constitution japonaise qui précise que, "sur demande, (une personne retenue) peut exiger que la raison précise de sa détention soit rendue publique au tribunal".

La justice ne peut refuser cette demande qui lui permettrait de comparaître en personne avec son avocat; et la comparution doit avoir lieu dans un délai de 5 jours après la demande.

Première apparition publique depuis le 19 novembre

Mardi prochain, le Pdg de Renault et de l'alliance Renault-Nissan fera ainsi sa première apparition publique depuis son incarcération au Japon le 19 novembre pour des accusations de malversations financières.

L'audience aura lieu à 10h30 heure locale (1h30 GMT) le mardi 8 janvier, a précisé le tribunal, confirmant une information initialement rapportée par la chaîne de télévision NHK.

Garde à vue prolongée pour Ghosn, libération sous caution pour Kelly

Le 31 décembre, ce tribunal avait décidé de prolonger de dix jours, jusqu'au 11 janvier, la détention de Carlos Ghosn, également accusé d'abus de confiance aggravé. Ce dernier contexte les allégations formulées à son encontre.

L'ancien administrateur de Nissan Greg Kelly, accusé de complicité avec Carlos Ghosn, a été libéré sous caution le 25 décembre après plus d'un mois passé en détention pour fraude financière. Le tribunal a décidé de ne pas prolonger sa détention en attendant son procès. Il nie également les accusations portées contre lui.

Le système pénal japonais sous les projecteurs

Bien qu'évincés dès novembre, Carlos Ghosn et Greg Kelly restent techniquement membres du conseil d'administration de Nissan car ils ne peuvent être révoqués que par les actionnaires.

Depuis l'arrestation de Carlos Ghosn, Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan, a appelé à des changements pour atténuer l'influence de l'actionnaire majoritaire Renault.

Le dossier Ghosn a braqué les projecteurs sur le système pénal japonais, notamment la pratique de longues périodes d'incarcération pendant l'instruction et l'interdiction faite aux avocats de la défense d'assister aux interrogatoires, qui peuvent durer huit heures par jour.

Renault remonte à la Bourse de Paris, Nissan baisse à Tokyo

L'action Nissan a fini en baisse de 1,19% à 869 yens à la Bourse de Tokyo, tandis qu'à Paris Renault gagnait 1,616% à 53,45 euros à 10h07.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2019 à 10:08 :
Les citoyens ordinaires paient des impôts sur la totalité de leurs revenus. Les riches dissimulent une grande part de ceux-ci et paient moins d'impôts qu'ils ne devraient. Ce monsieur a menti, qu'il croupisse en prison pendant des années.
Réponse de le 07/01/2019 à 12:16 :
Les riches ne dissimulent rien, ils utilisent les lois mis en place par les politiciens. Donc si ces derniers mettent en place des lois qui permettent une optimisation fiscale en quoi c'est interdit de les utiliser ? Dans ce cas qu'on demande de les supprimer et vous arrêterez de vous plaindre !
a écrit le 06/01/2019 à 13:11 :
https://www.20minutes.fr/monde/2409071-20190106-affaire-carlos-ghosn-enqueteurs-japonais-veulent-faire-signer-aveux-pdg-renault-assure-fils
Apparemment Ghosn est l'objet d'un chantage assez odieux : libération contre aveux écrits. C'est dire si la justice japonaise semble être à court de preuves. Si Ghosn a le courage de tenir le coup en taule encore plusieurs semaines, il semblerait donc qu'il puisse en sortir à peu près innocenté. Et si tel est le cas, le top-management de Nissan devra être traité comme il le mérite, de même d'ailleurs qu'il faudra exiger des sanctions contre ceux des magistrats qui sont à l'origine de cette détention dont tout commence à prouver qu'elle est abusive. Sur de tels soupçons, puisque rien n'est apparemment prouvé, l'incarcération est complètement disproportionnée, Ghosn aurait certainement répondu à toute convocation de la justice japonaise.
a écrit le 06/01/2019 à 11:33 :
La justice japonaise veut des AVEUX....sinon Ghosn va rester en prison.....
Ce qui est incompréhensible, c'est que la justice auraient des preuves, alors pourquoi veut elle des aveux...????
Réponse de le 06/01/2019 à 14:37 :
Pour l'humilier encore d'avantage, au début de l'affaire, je ne croyais pas à l'intervention du politique dans une affaire privée avec la volonté de rendre à Nissan plus d'autonomie par rapport à Renault mais maintenant, j'en suis de plus en plus convaincu. Ghosn a sans doute commis une ou des erreurs mais elle vont être surexploitées.
a écrit le 06/01/2019 à 11:02 :
Ce n'est pas un terroriste, les conditions d'embastillement sont d'un autre âge.
a écrit le 06/01/2019 à 10:50 :
Je vis en Asie depuis 33ans, mais je ne connais pas le Japon et avec cette affaire un peu incroyable
Mr Gohsn va comparaître habillé en prisonnier et menotté je le répète c'est des fanatiques !
Courage Mr Gohsn !
a écrit le 05/01/2019 à 15:30 :
@La Tribune: Rectifiez, svp: le tribunal jugera de la réalité de l'argumentation di Procureur. Il est bien regrettable que le groupe RENAULT-NISSAN-... ait compté, parmi ses actionnaires, l'Etat Français (ça me rappelle VIVHY); les actionnaires japonais estiment peut-être que l'activité du groupe, dont, en particulier, celle de la France, est entravée par le gouvernement français. Peut-être Carlos GHOSN y gagnera-t-il la nationalité japonaise au sein d'un groupe exclusivement privé, qu'il parait avoir géré de main de maitre et dont il retrouverait la tête.
a écrit le 04/01/2019 à 20:06 :
On se rappellera les aspects "spécifiques" du Japon, quasi fermé jusqu'à la moitié du XIX ième siècle, on se demandera si les distinctions qui sont faites entre les hommes selon leurs provenances voire leurs races sont toujours effectives..Un homme a le droit, fusse-t-il un Grand Patron, de savoir ce qui lui est reproché surtout après 50 jours de prison!
a écrit le 04/01/2019 à 18:44 :
J’envisageais d’acheter éventuellement une Nissan.
J’ai bien sûr changé d’avis depuis cette affaire qui a toute les apparences d’un montage bien prémédité pour se débarrasser de la tutelle de Renault sur Nissan.
a écrit le 04/01/2019 à 15:48 :
Les japonais ne le lâcheront pas temps qu il n auront pas récupéré les manette de Nissan
Réponse de le 05/01/2019 à 14:05 :
Renault détenant 44% du capital de Nissan (48% avec la part de Daimler) et n'ayant pas l'intention de les céder, la seule manière pour le Japon de reprendre le contrôle de Nissan serait une nationalisation.
a écrit le 04/01/2019 à 15:37 :
Je ne vois pas trop l’intérêt du Japon dans cette histoire, sachant les gros investissements Japonais en France, Immeubles Parisiens, propriétés du Vignoble Bordelais, etc... sans doute acquis par des Japonais pas forcément plus clean voir mafieux, étrange ...Trump en sous-main ?
a écrit le 04/01/2019 à 14:08 :
Ils sont vraiment durs les japonais avec notre ex plus gros patron français alors qu'il devrait prendre un peu de recul et voir que l'europe n'est que ça, du dumping fiscal pour les plus riches et des larmes pour nous autres.

Pour un riche s'évader fiscalement est naturel en union européenne mais c'est vrai que c'est bien déguisé et notre Carlos a du se dire que cela devait aussi être déguisé au Japon, que les magouilles européennes se faisaient partout parce que bien pratiques pour les riches mais non officielles.
a écrit le 04/01/2019 à 13:40 :
Ce qui pose une toute simple question : Pourquoi avoir attendu si longtemps pour demander cette parution ?
Réponse de le 04/01/2019 à 14:12 :
Il ne pensait sans doute pas être mis en garde a vue advitam-éternam pour des motifs différents de 10 jours en 10 jours... le Japon nouveau pays du goulag.
Réponse de le 05/01/2019 à 5:28 :
A Aka.
En latin ad vitam eaternam.
Pour memoire, le Japon est une democratie.
Si vous respectez la loi, vous pouvez y vivre tres agreablement. Encire faut-il faire l'effort de le visiter.
En France aussi on se fait embastiller parfois longtemps avant d'etre juge.
Renseignez- vous.
Réponse de le 05/01/2019 à 14:12 :
@matins calmes : effectivement, on se souvient des 3 mois de détention provisoire infligés par le mal nommé juge Gentil à Patrice de Maistre dans l'affaire Bettencourt dans l'espoir qu'il charge Sarkozy et Woerth qui étaient les véritables cibles dans cette affaire. Quand la justice n'a guère de preuves, il n'est malheureusement pas rare qu'elle ait recours à cette forme de quasi-torture. C'est d'ailleurs assez rassurant pour Ghosn, car plus cet embastillement dure, plus on peut penser que la justice nippone n'a rien de vraiment probant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :