Immobilier : le marché de l'ancien résiste bien

 |   |  266  mots
Au dernier trimestre 2014, le prix des logements anciens s'affichait en recul de 2,2% sur un an, selon l'indice Notaires-Insee.
Au dernier trimestre 2014, le prix des logements anciens s'affichait en recul de 2,2% sur un an, selon l'indice Notaires-Insee. (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
Selon les notaires, 700.000 transactions ont été réalisées en 2014, légèrement moins (-2,4%) qu'en 2013.

"Le début d'année a été beaucoup plus vigoureux, puis il y a eu une baisse en fin d'année, et au final les transactions sont restées quasi stables."

AInsi, lors d'une conférence de presse, jeudi 27 février, le notaire parisien Thierry Delesalle a souligné que le marché de l'ancien avait plutôt bien résisté en 2014, rapporte l'AFP.

Selon les notaires, 700.000 transactions ont été réalisées cette année-là. Une légère baisse (-2,4%) par rapport à 2013, où elles étaient en hausse de 2,7%.

Le prix des logements anciens en recul

Par ailleurs, au dernier trimestre 2014, le prix des logements anciens s'affichait en recul de 2,2% sur un an, selon l'indice Notaires-Insee.

La baisse a été quasi identique pour les appartements, dont le prix a reculé de 2,3% sur les trois derniers mois de l'an dernier, comparés à la même période de 2013, et pour les maisons (-2,1%), selon ces données provisoires.

En province, la baisse s'accentue

En Ile-de-France, la baisse des prix des logements est la même, au quatrième trimestre, qu'au troisième: -0,5% sur le trimestre, -2% sur un an. Le prix des maisons recule légèrement plus (-0,7% sur le trimestre, -2,1% sur un an) que celui des appartements (-0,4% et -1,9%).

En province, la baisse des prix des logements anciens s'accentue: -1,1% sur le trimestre, -2,3% sur un an. La baisse est similaire pour les appartements (-1,1%) et pour les maisons (-1,2%) sur  le trimestre, mais elle est un peu plus marquée pour les appartements (-2,7%) que pour les maisons (-2,1%) sur un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2015 à 15:35 :
La baisse des prix va faire boule de neige puisque les secundo-accédants auront un apport moins important apres avoir vendu leurs petites surfaces. de plus, les petites surfaces commencent a être concurrencées par des appartements des années 60-70 nettement plus grands
a écrit le 28/02/2015 à 10:38 :
Pour le moment...
a écrit le 27/02/2015 à 14:25 :
"au final les transactions sont restées quasi stables"
Tout est dans le quasi : 17 000 transactions de moins qu'en 2014, ce n'est pas rien.
Mais surtout ca ne montre rien d'une quelconque résistance comme peut le faire croire le titre : il faut 750 000 transactions par an pour que les prix restent seulement stables en france.
En d'autres termes, la baisse des ventes s'accélère, alors que le marché est déjà baissier, et que les bien à vendre se cumulent de mois en mois, ce qui accentue le déséquilibre offre/demande. Cela signifie que les prix vont chuter de plus en plus.
Et si vous avez un doute sur la tendance du marché, il suffit de consulter castorus.com , les historiques de prix des annonces immobilières : c'est édifiant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :