Construction : "Les collectivités doivent pouvoir mieux valoriser les matériaux locaux"

 |   |  924  mots
Pour le directeur délégué de Vicat et porte-parole de l'Unicem, Didier Petetin, si l'on continue ainsi, ce sera dramatique : il y aura des destructions d'emplois, de savoir-faire, qui nous rendront extrêmement dépendants d'intérêts étrangers divergents des nôtres. Des fleurons entiers de notre économie nationale sont partis ou ont disparu, alors que nous savons réaliser des choses merveilleuses.
Pour le directeur délégué de Vicat et porte-parole de l'Unicem, Didier Petetin, "si l'on continue ainsi, ce sera dramatique : il y aura des destructions d'emplois, de savoir-faire, qui nous rendront extrêmement dépendants d'intérêts étrangers divergents des nôtres. Des fleurons entiers de notre économie nationale sont partis ou ont disparu, alors que nous savons réaliser des choses merveilleuses". (Crédits : DR)
INTERVIEW. Par la voix du directeur général délégué de Vicat, Didier Petetin, l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) interpelle les collectivités qui mettent en place du granit chinois alors que la France dispose de gisements de granit et de savoir-faire.

LA TRIBUNE : Votre Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (UNICEM), qui regroupe les extracteurs de minéraux, les fabricants de matériaux et les acteurs de la valorisation des matières du BTP, a proposé au gouvernement un plan de « relance résiliente » de la filière. Pourquoi ? 
DIDIER PETETIN, directeur général délégué de Vicat : 
Il est de prime abord important de relancer la machine économique tout en garantissant la sécurité sanitaire des salariés de la chaîne de valeur. Le confinement a en effet stoppé l'activité économique totalement ou partiellement. Si l'année 2020 partait sous de bons auspices, elle s'est interrompue brutalement. Nos clients se sont eux aussi arrêtés. L'activité du béton prêt à l'emploi était en première ligne, tombant à moins de 10% d'activité.
Dans les métiers des granulats, nous avons pu maintenir des outils de production tout en assurant la sécurité de nos équipes. Depuis le déconfinement, nous continuons à les accompagner. Le fil rouge c'est en effet le maintien de la relation avec les salariés en télétravail, en congés ou en arrêt.
Les sites en secteurs ruraux ont ainsi redémarré plus facilement que les métropoles régionales comme le Grand Paris ou Aix-Marseille. Nous sommes montés à 58% d'activité et même plus pour les granulats. Notre objectif collectif est d'ouvrir 80% des sites d'ici à la fin du mois de mai. Cela ne signifiera pas retrouver un niveau de 80% de ventes, mais permettra d'accompagner la reprise sur le plan économique.

Vous plaidez pour la réalisation d'infrastructures et d'aménagements collectifs « nécessaires à un développement de l'économie compatible avec le respect de l'environnement et la santé des concitoyens ». La transition écologique n'était-elle pas déjà au cœur de vos préoccupations ?
Nos industries ont toujours mis l'accent sur la préservation de l'environnement. Le Covid-19 est une épée de Damoclès, un avertissement supplémentaire en parallèle de la crise climatique. C'est pourquoi il faut relancer l'entretien et les investissements dans les ouvrages existants.
Nous allons également apprendre de cette crise comment mieux construire des habitats neufs. Le confinement amènera des retours d'expérience qui vont inspirer l'architecture, les logements et les modes constructifs.
A cet égard, la crise sanitaire est une « opportunité » pour notre profession. Notre ancrage...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2020 à 9:08 :
Le commerce international est subventionné par l'argent public, quand on en est à ce stade d'aliénation difficile de prendre de bonnes décisions.

S'ils pouvaient nous faire prendre l'avion pour allez chez le coiffeur bangladais et revenir pour 15 euros ils le feraient et comme d'habitude ce serait toujours nous qui paierions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :