Le BTP et le gouvernement vont définir un "protocole" avant la reprise des travaux

 |   |  539  mots
(Crédits : Phil Noble)
D'ici au mardi 25 mars, les organisations du bâtiment et des travaux publics (BTP) vont se mettre d'accord avec l'exécutif sur les conditions de travail sur site, l'octroi du chômage partiel et la sécurisation des contrats en cours.

Vers une sortie de crise dans le BTP ? Ce 20 mars, les trois fédérations professionnelles du secteur, qui avaient demandé mardi un "arrêt temporaire" des chantiers, se sont entretenus avec le gouvernement pour trouver un terrain d'entente. Si hier la ministre du Travail les avait jugées "défaitistes", suscitant la colère du président de la fédération française du bâtiment (FFB), il semblerait que les relations s'améliorent.

"Sortir de la pagaille"

"Les choses se sont beaucoup calmées", a déclaré ce matin à la presse le président de la fédération nationale des travaux publics (FNTP). Pour "sortir de la pagaille" et "rassurer" les ouvriers comme les chefs d'entreprise, un protocole définissant des règles à respecter est en cours d'élaboration par toutes ces parties prenantes "d'ici à mardi soir". Il s'agit tant de sécuriser les conditions de travail sur site que les relations contractuelles, mais aussi de faire bénéficier du chômage partiel les sociétés impactées.

Plus tôt dans la matinée, le ministre de l'Economie et des Finances avait d'ailleurs déclaré, sur LCI, "comprendre" les entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics.

"Ils ont des salariés, ils sont responsables comme tout entrepreneur, comme tout chef d'entreprise, de la protection de leurs salariés", avait affirmé Bruno Le Maire. "Ce n'est pas évident de protéger des salariés sur un chantier. On sera obligé de fermer [les chantiers qui] seraient trop dangereux du point de vue sanitaire".

Des collectivités à l'état d'esprit "apaisant"

Parmi les pistes à l'étude, Bruno Cavagné a, lui, cité le recours à la voiture individuelle pour se rendre au travail, la diminution du nombre de passagers à bord des fourgons, la prise régulière des températures, la réduction de personnes impliquées sur une même activité ou encore le remplacement de tâches manuelles par des tâches mécaniques. "Nous rencontrons des situations que nous n'aurions pas imaginées. Il faudra être imaginatifs et s'adapter localement avec du bon sens", a-t-il précisé. 

Objectif: que, dès mercredi prochain, les 2 millions de salariés du secteur, dont 90% sont des ouvriers, reprennent leurs postes "dans une sécurité maximale". En revanche, redémarrer les chantiers du super-métro du Grand Paris Express apparaît "illusoire" aux yeux du patron de la FNTP: "Tout le monde est d'accord pour dire que nous ne voyons pas comment le reprendre. Il va falloir que nous arrivions à trouver un système".

Donneuses d'ordre de 90% des opérations, les collectivités territoriales feraient par ailleurs preuve d'un "état d'esprit apaisant", a témoigné Bruno Cavagné. Une conférence téléphonique a effectivement eu hier soir entre les ministres concernés, les maîtres d'ouvrages et les associations d'élus locaux. A contrario, si certains de ces derniers se mettaient à leur "taper" dessus, "ce serait inadmissible et je m'en occuperais personnellement", a-t-il prévenu.

En attendant, les porte-paroles du bâtiment et des travaux publics et l'exécutif vont donc plancher ce week-end sur "une colonne vertébrale" pour que "tout le monde trouve le bon curseur et retrouve de la sérénité".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2020 à 15:47 :
bjr,personnellement je travail seul dans une carriére sur du gros matériel,j'aurais pu continur,c'est du cas par cas ,il faut faire confiance aux patrons.
a écrit le 22/03/2020 à 9:42 :
Redémarrer les chantiers ?C'est une aberration Les intérêts économiques plus importants que la Santé de la population civile c'est NON
a écrit le 20/03/2020 à 18:15 :
C'est honteux de demander aux ouvriers de reprendre leurs activités.
L'ensemble du corps médical demande un confinement plus stricte et dans le même temps le gouvernement veut les envoyer au casse-pipe, sans masque sans gant, avec des mesurettes du type "tousser dans votre coude" alors que l'on sait que le covid-19 résiste plusieurs heures sur toutes les surfaces, c'est criminel.
a écrit le 20/03/2020 à 14:15 :
Le BTP a prononcé le mot ad hoc "pagaille"

ce terme pagaille vient s'ajouter aux autres déjà exprimés par les corps intermédiaires et les Françaises et Français : désordres, arrogance, approximations, contradictions, bavardages, mensonges, bordel, mépris, maladresses ...

ces termes résument la gestion du gouvernement Philippe et de l'assemblée des godillots LREM MODEM
a écrit le 20/03/2020 à 12:53 :
on a un gouvernement de protocoleurs compulsif... un problème, un protocole.

Sauf qu'un protocole sans protections, c'est un protocole nul et non avenu dans les faits.

On reprendra donc contact quand les masques seront disponibles pour tous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :