Le projet initial de barrage de Sivens officiellement abandonné

 |   |  282  mots
Le projet de barrage de Sivens a fait l'objet de nombreuses manifestations d'opposants.
Le projet de barrage de Sivens a fait l'objet de nombreuses manifestations d'opposants. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Un arrêté préfectoral publié le 24 décembre signe l'abandon du projet de barrage controversé dans le Tarn. Une autre construction, plus petite, reste à l'ordre du jour.

Sivens définitivement enterré? Une décision administrative entérine en tous cas la fin d'un projet controversé. Le jeudi 24 décembre, les préfectures du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont signé un arrêté visant à abroger le projet de construction de la retenue d'eau de Sivens, dans le Tarn qui faisait l'objet de vives oppositions.

Le sénateur (LR) du Tarn-et-Garonne François Bonhomme l'a signalé sur Twitter samedi soir et confirmé ce dimanche matin.

3,4 millions d'euros de dédommagements

Cet abandon n'est pas aussi discret que cela puisque le 11 décembre, des représentants de l'Etat ont confié à l'AFP qu'une indemnisation de 3,4 millions d'euros était prévue pour le Tarn en compensation des travaux déjà engagés.

La suspension du projet initial de retenue d'eau avait été annoncée quelques mois plus tôt, en mars. Un choix qui est intervenu après plusieurs mois d'affrontements et de débats, marqués en 2014 par le décès de Rémi Fraisse, un défenseur de l'environnement qui s'opposait à la construction du barrage dans la zone choisie. Ce projet se trouvait par ailleurs dans le collimateur de Bruxelles pour non-respect de la règlementation européenne.

Sivens "light"

Une autre retenue d'eau, plus petite et construite en amont de la zone préalablement choisie est toujours à l'étude. Défendue par une partie des agriculteurs qui souhaitent de nouveaux moyens d'irrigation, elle est toujours vivement critiquée par des opposants qui la décrivent comme un "Sivens light".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2015 à 8:31 :
l'on marche sur la tête, refus d'un barrage et par contre accord pour construire une cité europa par Auchan, donc du béton, le barrage reste écologique pourtant, comme quoi les enjeux financiers passent avant tout
a écrit le 28/12/2015 à 23:59 :
Beaucoup de bazar pour une petite histoire local
Le gouvernement devrait plutôt rèflechir à une solution pour les 6 millions de chômeurs et10 millions de pauvres

Il faut bien constater que le populisme gagne l élysée et Valls sur tous les sujets
a écrit le 28/12/2015 à 17:48 :
Il me semble que ce projet était légal et avait le soutient de la population locale. Il suffit donc qu'une poignée de sauvageons qui ne respect pas la loi le décide et un projet d'utilité publique est arrêté.
Ce n'est pas le 1° ministre qui, il y a quelques jours à propos de la corse, disait qu'il fallait que la loi républicaine soit respectée?
Il est temps qu'il n'y ait plus d'exception, la loi est la loi pour tous. Dans le cas contraire c'est soit le fait du prince soit la dictature.

Quand au décès de se jeune manifestant, pour autant qu'elle soit triste, il faut se rappeler que c'était un adulte qui avait décidé de ne pas respecter la loi par une occupation illégale d'un terrain et avait volontairement décider de s'affronter avec les force de l'ordre. Les images montrent que les opposants n'étaient pas des pacifistes.
Il a joué, il a perdu, c'est triste mais c'est le risque.
Réponse de le 28/12/2015 à 20:59 :
Le projet était légal comme l'est tout autant l’arrêté d'abrogation.

Le caractère de légalité n'est pas un critère. Une foultitude de choses sont légales mais ne sont pas pour autant souhaitables.

Ce projet a sans aucun doute été mal géré, c'est évident et laisse le sentiment d'un gâchis.
Réponse de le 28/12/2015 à 22:45 :
Je ne conteste pas la légalité de l'arrêté qui annule le projet mais le fait que dans de nombreux cas parce qu'une minorité décide de bloquer un projet on se couche devant cette minorité.

Concernant ce projet je n'ai aucun avis n'étant pas spécialiste et n'ayant pas en main les informations nécessaires.

Soit il est nécessaire et c'est dommage qu'il ne se fasse pas, soit il n'est pas nécessaire et comment se fait il qu'autant d'instances différentes se soient trompées. Je doute que l'on puisse avoir raison contre tous.

Le coût final est quand même payé par nos impôts;
Réponse de le 29/12/2015 à 14:35 :
@rafale : le projet était effectivement légal, après ... visiblement, si la construction d'un ouvrage était effectivement justifiée, la taille de celui-ci était largement surestimé pour juste quelques agriculteurs et il y a eu "entente" entre les constructeurs et les politiques (qui apparemment étaient très proches, voir les mêmes en fait !). Pour vos impôts, allez voir à la retenue construit à quelques kilomètres de là par les mêmes acteurs, inutilisée, et dont personne ne veut payer pour l'entretien ! Par ailleurs, il semble que les 1iers travaux aient été faits envers et contre tout les processus écologiques prévus à l'origine (en gros on a envoyé les bulldozers direct sans prendre la moindre précaution contrairement à ce qui était écrit sur le contrat quoi !).

Alors évidemment, c'est embêtant quand un poignée d'individus bloque un projet légal, mais pour autant doit-on laisser faire ce qui apparait comme au minimum un projet "très louche", coûteux et envahissant ?!
Réponse de le 29/12/2015 à 16:15 :
@Photoscope
Habitant à moins de 10km de l'endroit, j'ai les mêmes infos que vous recoupées par plusieurs canaux. Les opposants écologistes ne sont pas battus sur ces thèmes et n'étaient donc pas bien crédibles également, alors qu'il y a beaucoup à dire sur les profiteurs de ce genre d'opération que tout le monde connaît autour de Gaillac
a écrit le 28/12/2015 à 16:02 :
Je n'ai toujours pas compris quel était la fonction principale de la retenue de Sivens. Apporter de l'eau à la cinquantaine de maïsiculteurs de la vallée du Tescou auquel ça fait très cher du litre d'eau pour arroser le maïs (10M€/50= 200k€ par exploitation d'autant qu'ils ne sont même pas 50 mais plutôt 30) ou bien être une retenue supplémentaire pour la centrale de Golfech, ce que beaucoup de gens du coin disent mais qui n'est bien sur confirmé par personne.
Bref, un projet mal ficelé et mal vendu.
a écrit le 28/12/2015 à 14:55 :
On serait en Suisse ou aux USA, on aurait demandé par référendum l'avis des citoyens du département. C'étaient à eux de trancher, pas à Paris.
a écrit le 28/12/2015 à 13:02 :
Toujours le meme courage de ce gouvernement. baisser son pantalon devant des manifestants et faire payer le contribuable est une marque de fabrique de Manuel Walls. L'autorité de ce premier ministre? que du flan à la tv. Pourquoi, moi contribuable à Paris je paierai pour le Tarn qui soit ne sait pas concevoir un projet donc paie soit il est bon et il le continue. Je vais manifester devant Matignon et ma feuille d'impot, peut etre que le gouvernement aura peur et me remboursera. Triste triste triste vivement qu'il soit virer.
Réponse de le 28/12/2015 à 20:02 :
Et toi, cher Parisien, quel montant des impôts du reste de la France finance les transports en commun que tu empruntes quotidiennement ? Les monuments historiques et musées que tu visites ? Le stade de France où tu vas voir des matchs ?
En poussant plus loin, quel montant finance tes arrêts maladie, le médecin de tes enfants, la retraite de tes parents, le chômage de tes amis, etc.
Ça me fait toujours rire - parfois brailler - cette approche nombriliste du 'j'en ai marre de payer pour les autres'.
Nombrillisme qui n'est d'ailleurs pas que Parisien.

Et... non, je ne vis pas en province.
a écrit le 28/12/2015 à 11:51 :
Le projet était surdimensionné et allait causer des gros dégâts en aval de la retenue. Dommage qu'il ait fallu l'assassinat d'un homme et des mois de violence pour que la raison reprenne le dessus sur la frénésie d'aménagement de certains.

N'en déplaise, quand vous retenez l'eau a un endroit vous modifiez considérablement les écosystèmes en aval, et ce d'autant plus que le climat est sec. Vous accumulez les sédiments et y concentrez des polluants.

Pour ce qui est de la fonction de stockage, l'évaporation sur un plan d'eau est des centaines de fois supérieure à celle des eaux souterraines, c'est donc loin d’être une solution efficace.

L'eau est un bien commun et les agriculteurs, qui en sont le premier consommateur, doivent accepter que les arbitrages d'usage ne se fassent pas toujours en leur seule et unique faveur.
a écrit le 28/12/2015 à 11:30 :
bonne mesure:pour sauver une poignée d'agriculteurs (subventionnés),on n'allait quand meme pas défigurer une montagne entière!.par contre le projet d'aréoport de NDDL est plus cohérent économiquement,il est vital pour le développement du grand ouest
a écrit le 27/12/2015 à 20:49 :
Donc, il suffit d'être un bobo écolo, de beugler, de casser, de saccager, ... Et hop hop hop les socialistes retirent le projet... Courage fuyons
Réponse de le 28/12/2015 à 10:28 :
Il faut rapidement faire un nouveau projet, le plus proche possible du projet initial qui avait été élaboré de façon parfaitement légale (y compris les enquêtes publiques). Et pour passer à la phase de réalisation, déployer l'armée afin d'empêcher les anti-tout professionnels deperturber à nouveau sa réalisation. Vu la modestie de l'opération, ce ne serait l'affaire que de quelques jours.
a écrit le 27/12/2015 à 20:14 :
De toutes façons l'épisode de sécheresse du début de l'été dernier dans ce secteur montre l'urgence d'y créer d'urgence une ou plusieurs retenues d'eau d'une capacité totale au moins égale si ce n'est très supérieure à celle de la retenue initialement prévue. Et sans, cette fois-ci, que ça prenne des années.
a écrit le 27/12/2015 à 19:36 :
Encore un grand projet qui tombe à l'eau! Mais avec Notre Dame des Landes, le gouvernement va reprendre de la hauteur une fois lancé sur la piste !! Je fatigue un peu après le réveillon, vivement la fin de l'année pour coincer les bulles !!!!
Réponse de le 28/12/2015 à 10:23 :
"Grand projet", c'est beaucoup dire pour ce qui n'était en réalité qu'une grosse flaque d'eau... et "tombe à l'eau" est assez amusant puisque la région en manque justement, justifiant ce projet, auquel il faudra bien trouver un substitut (plusieurs retenues plus petites mais pour un volume total plus important, peut être ?).
Réponse de le 28/12/2015 à 22:22 :
@bruno_cd : +1..une grosse mare ( 41 ha) à comparer avec les 12 000 ha d étangs non naturels en sologne .
a écrit le 27/12/2015 à 14:54 :
Faire des retenues d'eau afin de développer la végétation paraît pourtant une bonne méthode pour lutter contre le réchauffement climatique!
Réponse de le 27/12/2015 à 20:46 :
Vous allez quand même pas demander de la cohérence à des écologistes ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :