"Saint-Gobain ne pourra pas atteindre la neutralité carbone seul" (P.-A. de Chalendar)

 |  | 2585 mots
Lecture 14 min.
Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain.
Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain. (Crédits : Jean Chiscano)
INTERVIEW EXCLUSIVE. Le groupe coté spécialisé dans la fabrication et la distribution de verres et de matériaux de construction vient de dévoiler sa feuille de route pour atteindre la neutralité carbone en 2050. Malgré la crise économique et sanitaire actuelle, le PDG de Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar entend y investir 100 millions d'euros par an en moyenne d'ici à 2030.

LA TRIBUNE - Quel est l'impact du reconfinement sur l'activité de votre groupe ?

PIERRE-ANDRÉ DE CHALENDAR - Le reconfinement impacte surtout l'Europe, bien que le contexte ne soit pas le même entre avril et aujourd'hui, et la situation toujours très différente d'un pays à l'autre. Actuellement, nos usines continuent de fonctionner, mais surtout nos clients du bâtiment sont très actifs : c'est une différence majeure comparée au printemps dernier.

Outre-Manche, où l'activité a le plus chuté, la construction, lors du premier confinement, y était notamment considérée comme un secteur non-essentiel. Nous avions donc dû fermer nos usines et surtout nos agences de distribution.

En France, si les hésitations du gouvernement avaient créé des difficultés, provoquant un écart de 4 points de PIB avec l'Allemagne, dont 2 liés au bâtiment, le troisième trimestre a été très fort. À la différence de l'Allemagne où il n'y a pas eu d'effet de rattrapage.

Au niveau européen, la dynamique globale est néanmoins favorable, et j'ai la conviction que le profil de croissance de Saint-Gobain post-Covid devrait être supérieur à celui d'avant-crise. En Europe, par exemple, la rénovation, qui représente environ 50% de nos ventes, soit plus de 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires, devrait connaître un surcroit d'activité durable sur les prochaines années.

D'autant qu'à la différence du premier confinement, le maintien de la chaîne d'approvisionnement en matériaux de construction, en commerce de gros ou de détail, a été autorisé par l'exécutif...

Effectivement, au moment de l'annonce du confinement le 17 mars, nous avons dû fermer pendant deux-trois jours nos enseignes de distribution, mais nous avons repris très rapidement dès que les protocoles sanitaires ont été mis au point, plus vite que certains de nos clients qui ont mis plus de temps à s'adapter. En revanche, Lapeyre a dû rester fermé durant toute cette période. Toutes nos usines tournaient. Aujourd'hui, alors que le bâtiment a effectivement été désigné par le président de la République comme un secteur essentiel, tout est ouvert, tout fonctionne et nous avons un niveau d'activité normal. Plus que le confinement, en ces mois d'hiver, c'est davantage la météo qui pourrait avoir un impact sur notre activité. Pour l'instant, celle-ci n'est pas mauvaise.

Vous avez animé une "task force" sur la rénovation des bâtiments pour le gouvernement. Trouvez-vous le plan de relance dédié à la hauteur des enjeux ?

Le plan de relance dédié à la rénovation énergétique est calibré de façon satisfaisante. Il est en phase avec les recommandations de notre groupe d'experts composés notamment d'énergéticiens, d'industriels, et de fédérations professionnelles.

Les travaux de rénovation dans le résidentiel privé vont ainsi monter en puissance avec Ma Prime Rénov' désormais accessible à tous et applicable aussi pour une rénovation globale. Cette aide avait été supprimée pour les déciles de revenus 9 et 10, c'est-à-dire pour les ménages les plus aisés, alors qu'il s'agit de ceux qui réalisent le plus de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :