Bayer et BASF condamnés à verser 265 millions de dollars à un agriculteur américain

 |   |  304  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
il s'agit du premier procès aux Etats-Unis concernant le pesticide dicamba. Comme le RoundUp, un autre pesticide controversé commercialisé par Monsanto, le dicamba est sur le marché depuis de nombreuses années.

Les groupes allemands Bayer et BASF ont été condamnés par un tribunal américain à verser un dédommagement de 265 millions de dollars (244 millions d'euros) à un cultivateur reprochant à leur pesticide dicamba d'avoir détruit ses vergers de pêches.

La décision a été rendue samedi par le jury du tribunal fédéral de Cape Girardeau, dans le Missouri (centre), à la suite d'une requête de Bill Bader affirmant que les deux sociétés encourageaient les cultivateurs à utiliser le dicamba de manière irresponsable.

Le dicamba est un pesticide populaire mais controversé pour sa tendance à se propager facilement et à tuer les plantes moins résistantes.

Selon l'agence Bloomberg, il s'agit du premier procès aux Etats-Unis concernant le pesticide dicamba. Comme le RoundUp, un autre pesticide controversé commercialisé par Monsanto, le dicamba est sur le marché depuis de nombreuses années.

Un peu partout aux Etats-Unis, des agriculteurs ont porté plainte contre Bayer pour les pertes subies à cause du dicamba.

Cette décision de justice intervient après une autre affaire dans laquelle Bayer a été condamné par un jury californien à verser 290 millions de dollars (267 millions) à un jardinier atteint d'un cancer incurable, pour ne pas avoir suffisamment informé de la dangerosité du RoundUp.

Bayer, qui a fait valoir que le dicamba était sans danger pour les cultures tant que les utilisateurs suivaient les instructions, a annoncé dans un communiqué lundi son intention de faire appel "dans les plus brefs délais".

BASF veut aussi "utiliser tous les moyens juridiques à disposition" pour contester cette décision, a indiqué lundi un porte-parole de la société dans un communiqué.

Bayer a racheté en 2018 le mastodonte américain des OGM et des semences, Monsanto, et a dû céder à BASF une partie de ses activités agrochimiques pour satisfaire les autorités de la concurrence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2020 à 1:52 :
280 millions de dollars pour des vergers sérieux ? Que pensez-vous de cette justice américaine qui semble avoir perdu toute forme de modération quand il s'agit d'extorquer des fonds aux entreprises européennes ? Ils ont donc potentiellement le pouvoir de nous faire donner jusqu'à notre dernier euro...
a écrit le 17/02/2020 à 11:01 :
depuis que round up n'est plus americain, les amendes pleuvent!
en toute independance, hein?
ca serait marrant que les francais fassrent des proces a mcdo et coca car ils sont morts d'arrets cardiaques ou ont eu un cancer
et que les firmes americaines soient aussi condamnees a des amendes comme ca
a écrit le 17/02/2020 à 10:40 :
Bonjour, je trouve l’illustration un peu malhonnête: dans l’article le glyphosate n’est pas incriminé. Selon les connaissances scientifiques actuelles (la grandes majorité des organisations sanitaires le considère pratiquement sans risque si utilisé correctement), le glyphosate est un des pesticides les plus sûres. Bonne journée. :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :