Glyphosate : Bayer paiera 25 au lieu de 80 millions de dollars d'indemnités dans le procès du Roundup

 |   |  300  mots
(Crédits : Mike Blake)
Un juge fédéral américain a décidé de ramener de 80,27 à 25,27 millions de dollars (de 71,29 millions à 22,44 millions d'euros) les indemnités dues par Bayer à un Californien qui a accusé le Roundup, herbicide à base de glyphosate de Monsanto, filiale du groupe allemand, d'être à l'origine de son cancer.

Une ristourne pour Bayer dans le procès du Roundup. Vince Chhabria, juge fédéral officiant dans le district à San Francisco, a décidé de ramener de 80,27 à 25,27 millions de dollars (de 71,29 millions à 22,44 millions d'euros) les indemnités dues par Bayer à un Californien qui a accusé le Roundup, herbicide à base de glyphosate de Monsanto, filiale du groupe allemand, d'être à l'origine de son cancer. Soit des indemnités divisées par trois.

Si Vince Chhabria soutient la décision d'imposer des dommages punitifs à Bayer, il estime néanmoins que la somme de 75 millions de dollars accordée à Edwin Hardeman en mars est excessive en regard des dommages compensatoires qui sont de 5,27 millions, soit 15 fois moins importants. Il a donc décidé de ramener les dommages punitifs à 20 millions.

"Un pas dans la bonne direction" se félicite Bayer

La Cour suprême américaine fixe de 1 à 9 au maximum le rapport entre dommages compensatoires et dommages punitifs. "Le comportement de Monsanto, quoique répréhensible, ne justifie pas un ratio de cette ampleur, notamment en l'absence de preuves de dissimulation intentionnelle des risques connus ou évidents pour la sécurité", a écrit le juge.

Lire aussi : Glyphosate : 2 milliards de dollars d'amende pour Monsanto au troisième procès du Roundup

Il avait annoncé la semaine dernière son intention de ramener ces dommages à 50 millions de dollars ou moins. Dans un communiqué, Bayer a estimé que ce jugement était "un pas dans la bonne direction" tout en annonçant son intention de faire quand même appel de la décision et des dommages imposés.

Bayer, qui a racheté Monsanto, fabricant du Roundup, l'an dernier pour 63 milliards de dollars (56 milliards d'euros), dément que l'herbicide soit cancérigène. Le groupe allemand doit faire face à plus de 13.400 actions en justice aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2019 à 9:36 :
Pas rancuniere l'Allemagne achete des armes Us.
l'Europe est au niveau zéro de la crédibilité.
a écrit le 16/07/2019 à 15:24 :
Guerre économique sous totale soumission de l'Europe : quand Monsanto était américain, aucun pays d'Europe et bien évidemment aucune juridiction ne s'est attaqué à ce groupe. Maintenant qu'il est passé sous giron européen, les américains s'en donnent à cœur joie, sans compter maintenant les juridictions européennes qui se réveillent "enfin". Mais sérieusement, les politiciens nous ont bassinés des années avec le mot souveraineté, ils en assument même pas un chouia, les seuls mamelles qui les animent ce sont girouette et langue de bois...
a écrit le 16/07/2019 à 11:59 :
Normal mais bon c'est trop tard tous les avocats habitués à faire du business de cette façon vont s'acharner sur le groupe.

Par contre il vaut mieux les soulager un peu si on veut que les plus de mille plaignants soient dédommagés, ils n'ont pas intérêt à faire couler BAYER, mais seulement à la faire payer autant qu'elle le peut.

Ne rigolons pas en UERSS c'est l'argent public qui protège les intérêts privés on va encore casqués pour les mégas riches aliénés... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :