L'automédication a boosté la croissance des pharmacies en 2016

 |   |  408  mots
*L'automédication a été dynamique en 2016, en raison notamment de l'épidémie étendue de gastro-entérite, explique Nicolas Grelaud, directeur commercial de l'organisation Open Health. En décembre 2016, les ventes de traitements en automédication ont atteint un pic à 253 millions d'euros.
*L'automédication a été dynamique en 2016, en raison notamment de l'épidémie étendue de gastro-entérite", explique Nicolas Grelaud, directeur commercial de l'organisation Open Health. En décembre 2016, les ventes de traitements en automédication ont atteint un pic à 253 millions d'euros. (Crédits : reuters.com)
Les médicaments et dispositifs médicaux destinés à l'automédication ont enregistré une croissance de 4,8% en 2016 à 3,9 milliards d'euros, quand les ventes des pharmacies ont crû de 2%.

Avec 15% des ventes en termes de volume, l'automédication est peu développée en France, comparée à des pays européens comme l'Allemagne (plus de 40%) et le Royaume-Uni (plus de 50%). Mais cette pratique, qui consiste à soigner sa maladie grâce à des médicaments ou dispositifs médicaux autorisés, accessibles sans ordonnance, est en hausse régulière depuis deux ans dans l'Hexagone. En 2016, les ventes de médicaments pour l'automédication ont grimpé de 4,8% à 3,9 milliards d'euros, selon une étude d'Open Health, publiée vendredi 3 février. En comparaison, les médicaments prescrits ont connu quant à eux une hausse de 1,5% à 29,217 milliards.

La consommation de médicaments sans ordonnance en automédication représente désormais 10,7% du chiffre d'affaires des pharmacies d'officines et contribue à hauteur de 25% à la croissance de ces dernières. Au total, les pharmacies ont gagné 36,233 milliards d'euros en 2016 grâce aux ventes de médicaments, soit une hausse de 2% sur un an.

Des ventes accrues par l'épidémie de gastro-entérite

*L'automédication a été dynamique en 2016, en raison notamment de l'épidémie étendue de gastro-entérite", estime Nicolas Grelaud, directeur commercial de l'organisation Open Health. En décembre 2016, les ventes de traitements en automédication ont culminé à 253 millions d'euros, du jamais-vu depuis 2012.

Deux types de traitements en automédication ont connu une dynamique particulièrement forte: ceux dédiés aux voies digestives ont généré 434 millions d'euros de revenus l'année dernière (+11%). Les antalgiques ont représenté quant à eux un chiffre d'affaires de 580 millions d'euros (+8,9%).

Sanofi et Boiron, les leaders du marché

Les laboratoires Sanofi et Boiron restent les deux leaders du marché des traitements en accès libre, avec environ 2% du marché français chacun.Ils connaissent une croissance annuelle de 2% et 6% respectivement.

Mais si l'automédication progresse en France, les laboratoires pharmaceutiques veulent plus. L'Afipa, un lobby qui regroupe les industriels du médicament favorable à cette pratique, prône ainsi le déremboursement de plusieurs médicaments, ou encore, un taux de TVA à 2,1% (contre 10% actuellement) pour les molécules vendues sans ordonnance. Avec une conviction: cela ne provoquera pas de baisse de la consommation, estiment-ils. Les industriels peuvent espérer en outre qu'avec les économies réalisées grâce à l'automédication, ils pourraient négocier plus facilement à la hausse le prix des nouveaux médicaments.

*Pour en arriver à de tels chiffres, l'organisation Open Health a recueilli les données d'un tiers des pharmacies d'officines françaises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :