Les pharmaciens réclament le droit de faire de la publicité

 |  | 979 mots
Lecture 6 min.
L'Ordre national des pharmaciens estime que les pharmacies doivent pouvoir  mener des campagnes de prévention ou de promotion de la santé publique, communiquer sur les prestations, missions et activités, destinées à favoriser l'amélioration ou le maintien de l'état de santé des personnes.
L'Ordre national des pharmaciens estime que les pharmacies doivent pouvoir "mener des campagnes de prévention ou de promotion de la santé publique, communiquer sur les prestations, missions et activités, destinées à favoriser l'amélioration ou le maintien de l'état de santé des personnes". (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau)
Les gérants d'officines réclament le droit de pouvoir communiquer et de faire de la publicité afin de promouvoir de nouveaux services et compenser ainsi l'essoufflement de leurs ventes de médicaments. Ils s'appuient sur une étude d'Asteres évoquant plus de 1 milliard d'euros d'économies annuelles potentielles générée par l'amélioration de l'observance et du suivi des patients.

Ne plus être vus comme de simples vendeurs de médicaments. Tel est le credo actuel des pharmaciens. Ces derniers cherchent à promouvoir les activités de services pour attirer plus de personnes et trouver un nouveau relai de croissance. Et selon ces derniers, cela ne sera pas possible s'ils n'obtiennent pas le droit de communiquer ou de faire de la publicité en s'adressant directement aux patients.

Plusieurs groupements d'officines sont commanditaires d'une étude réalisée par Asteres et Rinzen Conseil sur le sujet, à laquelle La Tribune a eu accès.

Aider la Sécu à faire des économies

Selon l'étude, ouvrir aux pharmacies d'officines la possibilité de communiquer et de faire de la publicité permettrait de réaliser des économies allant jusqu'à 1,3 milliard d'euros par an "a minima" sur les coûts du diabète (850 millions d'euros d'économies, estime Asteres), de l'hypertension et grâce à l'amélioration de l'observance (les traitements mal suivis coûtent 9 milliards de dollars par an à la France), notamment. Le rapport estime ainsi qu'une telle dérégulation améliorerait l'observance des patients, leur suivi et les inciterait à consulter de manière "préventive".

Pour parvenir à de telles estimations, l'étude a imaginé ce que pourraient être les économies générées en France si l'ouverture à la communication et la publicité atteignaient le degré d'efficacité de celle en vigueur dans plusieurs pays étrangers. Une analyse économétrique portant sur 14 pays, sur dix ans. "Si l'on ouvre le robinet de la communication dans l'Hexagone, il faudra compter 4-5 ans pour en arriver à une telle somme", assure à La Tribune Lucien Bennatan, patron du groupement d'officines PHR.

L'étude n'évalue pas les retombées économiques pour les pharmacies d'officines seules, mais il est évident que ces dernières s'y intéressent particulièrement, étant données qu'elles font face à une baisse de leurs marges, à la concurrence des sites et des parapharmacies.

"Notre objectif est d'amener plus de patients dans nos pharmacies, pas par hasard ou parce que nous sommes juste au coin de la rue, mais pour notre expertise en matière de santé et en raison des services que nous sommes en mesure de leur offrir", avance à La Tribune Frank Grosse-Natrop, Pdg de PhoenixPharma.

Nouveaux services, nouvelles missions pour valoriser l'activité

Depuis la loi HPST 2009, les pharmaciens peuvent offrir de nouveaux services comme "contribuer aux soins de premier recours définis", "participer à l'éducation thérapeutique et aux actions d'accompagnement de patients " ou encore "proposer des conseils et prestations destinés à favoriser l'amélioration ou le maintien de l'état de santé des personnes". Mardi 18 octobre, une étape supplémentaire a été franchie: les députés ont autorisé les vaccinations anti-grippe par les pharmaciens à titre expérimental.

L'impossibilité de communiquer directement en direction du patient, ou de faire de la publicité, pourrait ne plus durer longtemps. L'Ordre national des pharmaciens, autrefois réticent à l'ouverture de cette pratique, avait assoupli sa position fin 2015, évoquant la nécessité de s'adapter à l'apparition de nouvelles missions pour les pharmaciens avec la loi HPST de 2009. "Il est légitime de s'interroger sur les moyens mis actuellement à la disposition des pharmaciens pour valoriser leur activité et la faire mieux connaître aux patients, pour rester concurrentiels."

L'Ordre des pharmaciens propose de nouvelles règles au ministère

Et en septembre 2016, la position de l'Ordre a nettement changé. "Nous avons voulu actualiser certaines règles pour permettre à tout pharmacien qui le souhaite de mieux utiliser, dans un cadre défini, les outils à sa disposition pour renforcer le lien qu'il entretient avec ses patients."

Avec la possibilité de "mener des campagnes de prévention ou de promotion de la santé publique, communiquer sur les prestations, missions et activités, destinées à favoriser l'amélioration ou le maintien de l'état de santé des personnes".

"La pharmacie devrait être premier centre de santé, de soin de premier recours pour aider à l'acceptation du traitement. Il y a un rôle fondamental que pourrait jouer le pharmacien", commente Lucien Bennatan.

Ces propositions donnant la possibilité aux pharmaciens de communiquer ont été transmises au ministère de la Santé. Interrogé sur un potentiel agenda du rejet ou non de ces propositions, ce dernier n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

Des dérives commerciales à craindre? L'éthique en question

Reste les risques de problèmes d'éthique. Si les pharmaciens ne peuvent communiquer ou faire de la publicité, c'est pour éviter les dérives commerciales par exemple, et parce qu'"ils doivent concilier leur activité avec les impératifs de protection de la santé publique", rappelait l'Ordre national des pharmaciens en juin 2015.

Assigné par l'Ordre lui-même, le groupe PHR avait été condamné pour une compagne de communication menée en 2009 pour vanter les services rendus par ses pharmacies.  La cour d'appel de Versailles avait jugé que ces messages étaient publicitaires vantant la qualité des officines du réseau indirectement dévalorisants pour les autres pharmacies. PHR avait été également épinglé pour des cartes de fidélité destinées aux produits de parapharmacie.

Les pharmaciens promettent de ne pas aller trop loin

Les pharmaciens promettent de pas vouloir aller trop loin. "Comparé à d'autres pays européens, ce changement se ferait seulement à petit pas en France", fait valoir le patron de Phoenix Pharma.

Au Royaume-Uni par exemple, "il n'existe pas réellement de règles particulières pour la publicité de l'officine, qui est autorisée jusque dans les cabinets médicaux". Ou encore, aux Etats-Unis et en Nouvelle-Zélande, le secteur est totalement déréglementé. La communication et la publicité par les groupements sont autorisées quels que soient les produits et les services.

Lucien Bennatan assure quant à lui que "l'objectif est avant tout de communiquer sur les services" et non pas les produits. Néanmoins ce dernier veut mettre en avant les particularités de chaque groupement (e-santé, suivi des maladies chroniques,...).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2018 à 18:08 :
Votre article expose parfaitement le fait que les règles déontologiques de la profession sont dépassées et inadaptées aujourd’hui face à l’évolution d’internet. Faute d’avoir anticipé et proposé un cadre adapté en se disant que le précédent suffirait bien... Pis encore, et par dépit, les pharmaciens à qui l’on refuse un site internet (pour respecter le code pro) se rabattent sur... Facebook, où ils peuvent créer une page, attirer, l’attention, faire la promotion de semelles « de confort » (pour ne pas citer de marque...) et autres crèmes de beauté, etc, et etc. Si c’est pas de la pub ça ! Par contre, on tolère apparemment et on ouvre une fois encore à plein le robinet de solutions Made USA qui s’en moquent pas mal des restrictions françaises... Signé : le commentaire amer d’un webmaster qui se voit privé d’un marché... au profit des GAFA...
a écrit le 24/10/2016 à 18:41 :
Vous dites LES pharmaciens veulent... Non un petit nombre de pharmaciens veulent, il s'agit entre autre des groupements de pharmaciens, qui sont inscrit dans une démarche purement commerciale. J'ai même lu ailleurs, que cela créerait 10000 emplois de communicants (1 pour 2 pharmacies ) admirez le peu. En admettant ce chiffre, je préfère et de loin que ce soit des pharmaciens, ou des préparateurs, qui soient embauchés et non des communicants.
Je préfèrerait que les 20% de frais de gestion des mutuelles, soient utilisés au remboursement des soins. (la CPAM à 4% de frais de gestion).
a écrit le 23/10/2016 à 15:01 :
Si les pharmacies obtiennent le droit de faire librement de la publicité, alors elles deviennent (et doivent être considérées comme) des commerces comme les autres ! Des drugstores à l'Anglo-saxonne !
Dès lors, plus de raison d'avoir des règles particulières, notamment de numerus clausus... ou d'interdiction aux hypermarchés de leur faire concurrence !!!
Alors, des publicités de "service publique" sous le contrôle de l'administration, pourquoi pas... mais se prendre pour des commerces comme les autres, c'est le devenir !
a écrit le 23/10/2016 à 14:12 :
Je ne vois pas quel genre de publicité les officines de pharmacie pourraient être amenées à faire.
"Ici on pique sans faire mal", "c'est nous qu'on a la pharmacienne la plus sympa", "promis, on vous servira en moins d'une demi-heure" ?

A moins que les pharmacies ne souhaitent se reconvertir en porte enseignes pour les entreprises para-pharmaceutiques. Ce qui risque de leur nuire gravement au niveau de la crédibilité médicale. A partir du moment où un vendeur est rémunéré pour vous conseiller un article plutôt qu'un autre c'est soit que l'article pourrait être vendu hors pharmacie, soit que vous n'êtes plus conseillé de façon honnête.
Et dans ce cas, vous allez voir ailleurs, il s'agit de votre santé, pas de décoration d'intérieur.
a écrit le 23/10/2016 à 9:15 :
Et pourquoi pas la vente de vodka dans les officines. Un mal de tête passager, tu prends une cuillère à soupe, une migraine persistante, tu avales un verre plein, et si ça ne s'arrange pas, tu finis la bouteille :-)
a écrit le 22/10/2016 à 23:30 :
OK pour la publicité en échange de la vente du médical en grande surface.
Pourquoi la France est-il le seul pays ou ne peut pas trouver une boite d'ubiprofene en dehors d'une pharmacie ?
a écrit le 22/10/2016 à 22:36 :
De pauvres boutiquiers qui passent beaucoup de temps à se plaindre avec les plus hauts revenus des professions de santé....pour ceux qui possèdent les capitaux....pendant que d'autres rament avec des petits contrats....5000 pharmaciens sont à pôle emploi...et n'ont pas les moyens de communiquer.!!!!
a écrit le 21/10/2016 à 20:10 :
Pourquoi pas?
Mais quand j'ai besoin d'un Dolipranne pour faire passer un mal de tete , pourquoi ne puis je pas l'acheter chez Carrefour ou Leclerc ?
Réponse de le 22/10/2016 à 9:33 :
le pb c'est que bcp de gens font de l'automedication alors qu'ils n'y connaissent rien ( ni dans le dosage, ni dans les interactions) , et finissent aux urgences ou avec des pathologies graves car ils voulaient jouer a l'auto rebouteux
Réponse de le 23/10/2016 à 3:32 :
Vous n'avez pas saisi le problème. La question c'est pourquoi on ne peut pas acheter de Doliprane chez Carrefour avec une ordonnance du médecin. Rien à voir avec l'auto médication, qui peut aussi exister si on achète des médicaments en pharmacie. Hors sujet.
a écrit le 21/10/2016 à 19:11 :
Une très, très mauvaise idée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :