Baisse du prix des génériques : les pharmaciens refusent de participer à l'effort

 |   |  372  mots
Evalué à 84 millions d'euros par le CEPS, l'impact négatif de ces mesures pour les officines sera plutôt de 96 millions d'euros, voire de 142 millions d'euros si l'on tient compte des remises accordées par les fabricants, assure à l'AFP Philippe Besset, le vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France.
Evalué à "84 millions d'euros par le CEPS", l'impact négatif de ces mesures pour les officines sera plutôt de "96 millions d'euros", voire de "142 millions d'euros" si l'on tient compte des remises accordées par les fabricants, assure à l'AFP Philippe Besset, le vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France. (Crédits : reuters.com)
Le premier syndicat des pharmaciens a claqué la porte des négociations destinées à déterminer des baisses de prix de génériques, une mesure censée générer d'importantes économies dans le cadre du PLFSS 2017. Il réclame une "compensation intégrale des pertes" pour les pharmacies.

Les pharmaciens ne semblent pas prêt à participer à l'effort demandé par le PLFSS pour réaliser des économies dans les dépenses santé. La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF), le premier syndicat de la profession, "a quitté le comité de suivi des génériques" qui se tenait jeudi pour "signifier son exaspération face à la mascarade organisée par les pouvoirs publics", dénonce-t-il dans un communiqué.

Le Comité économique des produits de santé (CEPS) "a décidé, sans concertation, que 210 millions d'euros d'économies (seraient) réalisés grâce à des mesures de baisse de prix" des génériques, déplore la FSPF.

Évalue à "84 millions d'euros par le CEPS", l'impact négatif de ces mesures pour les officines sera plutôt de "96 millions d'euros", voire de "142 millions d'euros" si l'on tient compte des remises accordées par les fabricants, assure à l'AFP Philippe Besset, le vice-président du syndicat. Se plaignant de ne bénéficier d'"aucune contrepartie",  le syndicat "exige la compensation intégrale des pertes pour" les pharmacies qui se plaignent d'une érosion de leurs marges et de la concurrence des parapharmacies.

Ces négociations se sont déroulées dans le cadre du PLFSS2017 qui prévoit des économies de 340 millions notamment grâce à la promotion et au développement des géniques. Fin septembre, Marisol Touraine a lancé une campagne nationale d'information sur les génériques pour booster les économies réalisées par l'Assurance maladie.

La France, en retard dans l'utilisation des génériques

"Nous sommes en progrès, mais nous restons derrière nos voisins européens", expliquait Marisol Touraine en septembre. Les chiffres donnent raison à la ministre de la Santé. D'après des statistiques de l'OCDE, la part des génériques a évolué entre 2010 et 2013, passant de 24% à 30% en termes de volumes des médicaments remboursés, et de 11% à 16% en termes de valeur. En 2015, le volume atteindrait 44% des médicaments.

Mais la moyenne des pays de l'UE grimpe à 24% en termes de valeur et à 52% en volume, selon des chiffres de 2014. Le Royaume-Uni est le pays ayant le plus diffusé les génériques. Ils représentent 84% du volume des médicaments remboursés.

(J-Y.P avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2016 à 10:13 :
Faut réfléchir avant de parler. Tout le monde ne travail pas gratuitement. Les efforts de la sécu ont été portés uniquement sur les médicaments, pendant ce temps là on augmente les médecins. Vos copains qui vous donne des arrêts de travail de complaisance. Va acheter tes médoc en supermarché et tu finira comme dans tous ces pays où la sécu se paye par son propre travail et pas celui des autres. Et pour un prix plus bas t'aura droit de prendre le dosage que tu veux et d'en mourir. Et oui faut regarder tous les aspects, pas que ceux qui vous arrange
Réponse de le 02/12/2016 à 13:29 :
Y a 2 genres de médocs : les bénins qu'on peut acheter au supermarché comme l'alcool à 90 degrés, et les dangereux qui passent par la pharmacie. On ne peut pas dire que le supermarché ou la pharmacie sont mauvais, car les deux sont importants et complémentaires.
a écrit le 02/12/2016 à 9:38 :
Les pharmaciens sont comme les médecins des traders plus préoccupés à faire des profits... Ils n'ont que faire de la pratique humanisme de leur métier pourtant vocation première de leur profession... Si on commencait par leur demandé de rembourser comme aux USA leurs études qui coutent "une fortune" aux contribuables français !
a écrit le 02/12/2016 à 8:18 :
... le 49.3 et vite !
a écrit le 02/12/2016 à 8:05 :
les pharmaciens sont des commerçants ni plus ni moins. Ils subissent certes la concurrence des grandes surfaces, des grandes pharmacies qui se développent et d'internet essentiellement sur la parapharmacie où ils se gavent et perdent de la clientèle. Ils passent des contrats de ventes avec les laboratoires, touchent ainsi des commissions pour vendre tel ou tel produit. Avec des coefficients de 1.8/2 (parapharmacie) pas étonnant que leurs clientèles aillent voir ailleurs. Sans parler des primes sécurité sociale pour assurer les gardes (150 € la garde)
PHARMACIEN l'age d'or est passé, votre corporation s'est gavée sur le dos des malades et de la sécurité sociale; il est temps que l'Etat remette de l'ordre dans nos finances à commencer aussi par ces lobbies de la santé... la baisse des fonds de commerce des pharmacies est engagée, à vouloir trop tirer sur la corde elle finit par casser...
Réponse de le 02/12/2016 à 9:40 :
IL FAUT METTRE FIN AU MONOPOLE DES PHARMACIENS !!!
a écrit le 02/12/2016 à 8:03 :
les pharmaciens sont des commerçants ni plus ni moins. Ils subissent certes la concurrence des grandes surfaces, des grandes pharmacies qui se développe et d'internet essentiellement sur la parapharmacie où ils se gavent et perdent de la clientèle. Ils passent des contrats de ventes avec les laboratoires, touchent ainsi des commissions pour vendre tel ou tel produit. Avec des coefficients de 1.8/2 pas étonnant que leur clientèle aillent voir ailleurs. Sans parler des primes sécurité sociale pour assurer les gardes
PHARMACIEN l'age d'or est passé, votre corporation s'est gavée sur le dos des malades et de la sécurité sociale; il est temps que l'Etat remette de l'ordre dans nos finances à commencer par ces lobbies de la santé...la baisse des fonds de commerce des pharmacies est engagée, à vouloir trop tirer sur la corde elle finit par casser...
Réponse de le 03/12/2016 à 14:42 :
D'accord ne venez pas pleurer après quand il faudra faire 30 km pour trouver une pharmacie ouverte, quand on ne pourra pas livrer papi et mami qui ne peuvent pas se déplacer, quand on voudra un conseil "gratuit" dispensé quotidiennement... Mettons des robot qui donnent vos médicaments et puis un jour vous serez hospitalisé parce que il y aura une erreur du prescripteur non décelée par un pharmacien qui aura fait son travail.
Mais le plus important c'est de payer son doliprane moins cher non ? le service à coté vous ne vous en rendrez compte que quand il ne sera plus la...
a écrit le 02/12/2016 à 3:45 :
La France malade, tres malade de ses corporations qui tirent a elles les avantages. Tout cela finira en eau de boudin. C'est pour bientot.
a écrit le 01/12/2016 à 21:56 :
Il serakit plus que temps de mettre ces cartels au pas : labos , pharmaciens , dentistes , médecins .... !
a écrit le 01/12/2016 à 21:55 :
Il serakit plus que temps de mettre ces cartels au pas : labos , pharmaciens , dentistes , médecins .... !
a écrit le 01/12/2016 à 19:41 :
Il faut absolument autoriser la vente des médicaments dans les chaînes de supermarchés comme cela se pratique aux États Unis où un certain nombre de supermarchés ont un rayon pharmacie sous le même toit pour servir les ordonnances comme chez nous dans les pharmacies. Cela résoudrait entre autre l'accès aux médicaments dans les zones rurales.
Réponse de le 03/12/2016 à 14:36 :
Oui oui oui comme aux Etats Unis !! Et quand vous allez payer le moindre médicaments des centaines d'euros parce que vous n'aurez pas de couverture sociale et ue les prix ne seront plus régulés par le CEPS "comme aux states" vous viendrez chialer. Et vous pensez que dans les zones rurales il y a plus de supermarchés que de pharmacies ??
C'est énorme de raconter des débilités pareilles...
a écrit le 01/12/2016 à 19:13 :
Ils ont bien raison... de continuer à se goinfrer sur le dos de nos cotisations de sécurité sociale... http://www.boursorama.com/actualites/professions-liberales-qui-gagne-quoi-5f0e0e78c19db43c0af02a48648ece3d
Réponse de le 03/12/2016 à 14:43 :
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/05/19/20002-20160519ARTFIG00103-une-pharmacie-ferme-tous-les-deux-jours-en-france.php

Ouiiiiiii ils se gavent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :