Overdoses aux Etats-Unis : les pratiques douteuses du laboratoire Insys

 |   |  856  mots
Quinze procédures judiciaires, concernant les pratiques d'Insys ou de médecins en lien avec le laboratoire, sont en cours aux Etats-Unis.
Quinze procédures judiciaires, concernant les pratiques d'Insys ou de médecins en lien avec le laboratoire, sont en cours aux Etats-Unis. (Crédits : Wikimedia Commons)
Le laboratoire use de pratique contestables pour écouler ses médicaments à base d'opioïdes. Or, six cas d'overdose mortelle sur dix sont dû à la prise d'une substance de cette famille, comme la morphine ou la codéine.

Alors que les décès suite à une overdose se banalisent aux Etats-Unis, le Wall Street Journal a publié cette semaine une enquête sur les pratiques peu scrupuleuses du laboratoire pharmaceutique Insys Therapeutics. Co-fondée par le milliardaire américano-indien John N. Kapoor, la société fait en sorte d'écouler toujours plus de boîtes de son produit phare : le Subsys.

Prescrit comme anti-douleur aux personnes atteintes d'un cancer, ce spray contient du fentanyl, un opioïde 100 fois plus puissant que la morphine. Problème, entre 2000 et 2014, sur le demi-million d'Américains ayant succombé à une overdose, 60%  des cas étaient dus à une prise d'opioïdes, selon le centre de prévention des maladies américains (CDC). Le chanteur Prince fait partie des victimes. La star est décédé d'une overdose de fentanyl.

La situation sanitaire est édifiante et résulte des pratiques de laboratoires comme Insys. D'ailleurs, pas moins de 15 procédures judiciaires, concernant les pratiques d'Insys ou de médecins en lien avec le laboratoire, sont en cours aux Etats-Unis.

> Lire aussi : Etats-Unis : les overdoses tuent bien plus que les accidents de la route

500.000 dollars pour les meilleurs commerciaux

À 40.000 dollars annuels, le salaire de base des commerciaux d'Insys n'est pas le meilleur du marché. En revanche, le laboratoire propose des commissions à la vente bien plus attractives. "Certains gagnent plus de 500.000 dollars annuels, parce qu'ils reçoivent un pourcentage du coût total de chaque prescription que leurs clients-docteurs rédigent", selon les informations du Wall Street Journal.

Pour arriver à leur fin, tous les moyens sont bons, même le mensonge. Certains réseaux de pharmaciens refusent de payer pour du Subsys s'il n'est pas prescrit pour des patients atteints de cancer. Sous la pression de la direction, des commerciaux se sont faits passer pour des membres d'un cabinet de docteurs, afin de déclarer que les patients en question avaient finalement un cancer, bien que cela soit faux.

Commerciales, ces pratiques semblent porter leur fruit. Les dépenses du Medicare en Subsys ont triplé entre 2013 et 2014 pour atteindre 97 millions de dollars. La tendance s'est poursuivie en 2015 selon des documents non-publiés mais consultés par le Wall Street Journal.

Les dollars versés aux médecins qui prescrivent le plus

En compilant des données gouvernementales et judiciaires, ainsi qu'après plusieurs entretiens, le Wall Street Journal a découvert que des médecins liés au laboratoire sont responsables de l'énorme volume de prescriptions de Subsys. En effet, parmi les 20 médecins ayant le plus prescrit ce médicament à des patients couverts par le Medicare en 2014, plus de la moitié fait partie de ceux qui ont reçu le plus d'argent de la part d'Insys, au titre de consultant notamment, selon le journal américain.

Certains ont déjà été rattrapés par la justice. En 2013, un neurologue du Michigan a rédigé des prescriptions de Subsys pour un coût de 6,4 millions de dollars au Medicare (l'assurance-santé américaine), faisant de lui le premier prescripteur du pays, avec un montant cinq fois plus élevé que le second. Ce même neurologue a reçu, de la part d'Insys, 90.000 dollars sur dix mois en nourriture, voyage et pour ses prestations lors de conférences. Le praticien a été arrêté en mai 2014 pour fraude au système de santé publique et distribution d'une substance contrôlée. Il a plaidé coupable ce mois de novembre, la sentence devrait être prononcée en février 2017.

Ce praticien n'est pas un cas isolé. Tous les plus gros prescripteurs de Subsys connaissent un traitement de faveur et sont conviés à des conférences pour des interventions. En moyenne, Insys leur a versé 270.000 dollars (prestation et avantages en nature combinés) sur vingt-et-un mois. De quoi les encourager à poursuivre dans leur zèle.

Aux Etats-Unis, les cadeaux des laboratoires pharmaceutiques aux professionnels de santé sont légion. Les laboratoires pharmaceutiques et les fabricants d'équipements médicaux ont versé au total 7,52 milliards de dollars (6,76 milliards d'euros) en 2015 en frais divers à des médecins et autres professionnels de la santé, selon des données publiées par une agence fédérale.

> Lire aussi : Les médecins américains copieusement "arrosés" par l'industrie pharmaceutique

99% des médecins sur-prescrivent des opioïdes aux Etats-Unis

Les médecins liés à Insys ne sont pas les seuls à faire preuve de zèle. En 2014, "99% des docteurs prescrivent des médicaments opioïdes hautement addictifs pour une durée supérieure aux trois jours recommandés par le CDC"selon les chiffres de la NSC, une ONG spécialisée dans la sécurité sanitaire. Près du quart (23%) déclare même prescrire à leurs patients au moins un mois d'opioïdes, alors qu'il y a "des preuves qu'une prise supérieure à 30 jours impacte le cerveau de façon irréversible", poursuit la NSC.

Résultat, le nombre de prescriptions d'opioïdes a quadruplé depuis 1999, selon la CDC. Parallèlement, le nombre d'overdoses d'oxycodone, d'hydrocodone et de méthadone ont également quadruplé sur la même période.

> Lire aussi : anti-douleurs : les États-Unis veulent se désintoxiquer

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2016 à 8:52 :
Merci beaucoup pour cette information.

Donc en effet difficile de choisir entre le dealer d’héroïne et le laboratoire pharmaceutique pour vous refourguer vos opiacés, les deux ayant la même mentalité.
Réponse de le 25/11/2016 à 10:23 :
choissisez le labo : c est remboursee par la secu (ici medicare) et vous etes sur de la qualité ;-)
Comme quoi notre Servier et son mediator n est pas le seul (il etait meme petit joueur en ne choissisant comme visiteurs medicaux que des femmes mignonnes)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :