L'overdose devient-elle un business ?

 |   |  442  mots
(Crédits : Reuters)
L'agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux a donné son feu vert pour la commercialisation d'un injecteur de naxolone, un antidote contre les overdoses dues à des opiacés.

Le 5 avril 1994, il y a tout juste 20 ans, le chanteur-guitariste du groupe Nirvana, Kurt Cobain, mettait fin à ses jours. Reconnu comme pionnier du mouvement grunge, Kurt Cobain traîne aussi la réputation d'un toxicomane chevronné. Notamment à l'héroïne. Quand elle ne pousse pas au suicide, la substance amène le toxicomane toujours plus près de l'overdose qui peut se révéler mortel.

Kurt Cobain lui-même avait fait plusieurs surdoses. Il n'en est pas mort car sa femme, Courtney Love, était toujours équipée de naloxone pour réanimer son mari. Cette pratique réservée aux professionnels de la médecine et à quelques initiés est sur le point de se démocratiser grâce à un petit outil produit par la société Kaléo Pharma. L'injecteur intelligent Evzio a obtenu l'approbation de l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA). On va maintenant pouvoir vendre de la naloxone au grand public. L'overdose est un marché.

"Out of the box"

L'antidote de secours existe depuis longtemps : la naloxone ou le narcan. Ce produit est utilisé aux urgences et dans les centres anti-poison dès qu'on soupçonne une surdose de produits opiacés, qu'ils soit licites ou non. L'administration ne se fait que par seringue. Avec Evzio, un boitier intelligent, les proches de la victime pourront administrer la bonne dose d'antidote, le plus simplement du monde en attendant les soins professionnels. On ne connaît pas encore son coût : il faut  d'abord fixer le prix de la naloxone, qui n'était pas encore en vente libre aux États-Unis.

Le nombre d'overdoses a augmenté de 300% en dix ans

Il est difficile de dire à l'avance si le produit sera un succès commercial car il est impossible de trouver une innovation comparable, de clairement identifier les besoins du marché et de développer la bonne formule mêlant un produit générique, de la micro-électronique et un packaging ergonomique.

Concernant le marché, une chose est sûre, il est grand et en pleine croissance. 4,2 millions d'Américains ont déjà pris de l'héroïne au moins une fois dans leur vie. Chaque jour 100 américains décèdent à la suite d'une overdose.

Sans oublier les overdoses causées par des analgésiques opiacés. D'après le Centre américain de contrôle des pathologies et de la prévention, ils étaient 16.651 aux États-Unis à avoir perdu la vie en 2010 à la suite d'une prise de médicaments opiacés en trop grande quantité. Ce chiffre n'était que de 4.030 en 1999, soit une croissance dépassant les 300%. De quoi offrir de belles perspectives à ce marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/04/2014 à 18:32 :
Je crois qu’il ne faut pas oublier que la drogue est un des plus grands fléaux de notre époque et qu’une vraie éducation à son sujet manque terriblement.
C’est seulement en ignorant les FAITS concernant les drogues qu’on peut un jour en être la victime.
Les toxicomanes qui mènent une vie simple et heureuse, c’est seulement dans les films ! La vérité est différente !
Mais une chose est claire : la drogue EST un BUSINESS et un des plus lucratifs au monde ! (et des plus meurtriers aussi !)
Quand je vois un problème aussi destructeur grandir dans notre société, je me pose cette question : QUI profite de cela ? QUI fait en sorte que le problème grandisse ?
Et comme toujours, ceux qui ignorent la vérité seront les pigeons, les victimes, mais elles s’en rendent compte souvent bien trop tard…
Alors, bien évidemment, l’overdose devient elle aussi un business, car elle est inséparable de la toxicomanie.
Il faut prendre le problème à la racine et EDUQUER les gens sur ce que SONT et FONT les drogues à l’organisme, au cerveau, à l’intelligence et à la vie elle-même.
Un jeune, ou n’importe qui, qui comprend le fonctionnement des drogues, ne voudra pas en prendre.
Un business reste un business dans la mesure où il y a de la demande.
Il serait heureux de voir notre gouvernement prendre une part active dans cette direction et mettre en place, par exemple, des campagnes d’éducation et de prévention dans les écoles, collèges et lycées… Mais aujourd’hui, il cherche plutôt à légaliser le cannabis… Mais qui servent-ils ? Je me le demande…

Pour obtenir d'avantage d'information sur les actions de prévention de l'association Non à la drogue, Oui à la Vie ou pour télécharger gratuitement les brochures « la vérité sur la drogue » allez sur le site internet www.nonaladrogue.org ou sur le blog www.cestquoiladrogue.fr
a écrit le 06/04/2014 à 16:01 :
C'est ça le business, abrutir par lavage médiatique du cerveau.... pour que les plus faibles aillent se noyer d'un rêve hors de l'affreuse réalité, et leur vendre le poison et le contre poison jusqu'à ce que mort s'ensuive....
a écrit le 06/04/2014 à 11:42 :
100 morts par overdose chaque jour? Soit 36 500 chaque année?
Un numéro de Courrier International de février dernier citait le chiffre de 3094 morts par overdose en 2010!
Chercheriez vous à faire passer ce "marché" pour plus prometteur qu'il n'est?
a écrit le 06/04/2014 à 10:27 :
La drogue est un fléau qui fait énormément de victimes, détruit des familles . Mais au lieu de le combattre il y en a qui vont encore gagner de l'argent sur le malheur des gens.
Réponse de le 06/04/2014 à 11:05 :
c'est bien connu, hélas et ça ne changera pas, c'est dans le gêne des humains! "le malheur des uns fait le bonheur des autres ",n'est ce pas, et c'est tristement vrai..
a écrit le 06/04/2014 à 9:32 :
la drogue est devenue un marche comme les autres ils faut le le legalisse pour mieux le controles???
a écrit le 06/04/2014 à 8:30 :
Rien que le mot "La Drogue" témoigne d'un amateurisme confirmé de la part de décideurs qui ont la croyante conviction qu'ils pourront un jour, force de lois, parvenir à empêcher des millions d'individus à consommer des produits psychotropes naturels ou pas (franchement, un enfant n'y croirait pas).

La forme naturelle de l'Héroïne est l'Opium qui fut combattu par les empires coloniaux d'occident et dont le marché est "tombé" dans les mains de mafias en col blanc, qui l'ont traité chimiquement pour en faire l’héroïne, de fait sans prohibition de l'Opium, l'Hérïne n'existerait pas !
Et aussi, sans prohibition tout court, il n'y aurait pas d'overdoses (très rares), ni de trafics (omniprésents en France), c'est donc une volonté politique, qui permet de préserver le trafic tout en taxant l'usager...qui n'a aucun recours. Une parfaite escroquerie qui trouve sa légalité dans le mensonge et l'arbitraire quand la drogue légale (l'alcool) tue près de 50 000 personnes par an en France !
Selon une association internationale (NormL), cela explique la censure du débat public qui révélerait l'escroquerie (caractérisée) organisée contre une partie de la population ( (impôt illégal = racket) et qu'interdit formellement notre constitution (inégalité, tyrannie), comme la déclaration des droits de l'homme Européenne le confirme également.
La loi contre les stupéfiant n'a vocation qu'à la ruine de l'économie légale et à la dégradation des libertés publiques... La liberté est le seul moteur de l'initiative d'entreprise et de réussite sociale. Un pays sans liberté fini toujours en colonie asservie, et tout cela dépends uniquement de l'importance que représente les valeurs de la liberté.
a écrit le 06/04/2014 à 7:52 :
Même les camés deviennent une valeur marchande...
Triste société !
a écrit le 05/04/2014 à 15:48 :
Triste à dire , mais tous est business : le sexe, la misère , la maladie etc, etc ! on ne devrait même pas être étonné...
a écrit le 05/04/2014 à 14:49 :
La misère des gens étant déjà un business juteux on ne fait que poursuivre notre chemin vers un monde plus pourri que jamais.
a écrit le 05/04/2014 à 14:28 :
Chasse la connerie comme Harpic chasse les odeurs.
a écrit le 05/04/2014 à 13:12 :
Bref encore du business pour les labos pharmaceutiques . . comme d'habitude au lieu de s'attaquer au causes . . les multinationales avec la complicité des états font du fric en exploitant les conséquences . . . Un grand classique du monde dit moderne.
a écrit le 05/04/2014 à 11:07 :
Les "overdosés" américains pourraient demander quelques explications à leur gouvernement. La production de pavot et/ou d'opium en Afghanistan a explosé dans des proportions considérables depuis l'invasion des ricains. Quand la CIA est capable de soutenir les contras en Amérique du sud et d'importer de la drogue, elle doit être capable de faire de même depuis l'Afghanistan !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :