Pfizer bloque l'usage de ses produits dans les injections létales

 |   |  250  mots
La vente de ces sept produits sera limitée à un groupe défini de grossistes, de distributeurs et d'acheteurs.
La vente de ces sept produits sera limitée à un groupe défini de grossistes, de distributeurs et d'acheteurs. (Crédits : © Cathal McNaughton / Reuters)
Pfizer prend des mesures afin de s'assurer qu'aucun de ses produits ne soit utilisé dans des injections létales. Ils représentent la dernière source d'approvisionnement sur le marché pour les substances utilisées dans les exécutions.

Pfizer veut-il polir son image ? Le groupe est "en train mettre en œuvre des restrictions sur sa distribution pour des produits spécifiques, qui font partie du protocole d'injection létale de certains Etats, ou qui ont été envisagés par certains Etats pour en faire partie", annonce le groupe pharmaceutique sur son site internet. "Pfizer est fortement opposé à l'utilisation de ses produits dans des injections létales pour la peine capitale".

La mesure signe la fermeture de la dernière source d'approvisionnement sur le marché pour les substances utilisées dans les exécutions. Une vingtaine de groupes européens et américains ont en effet déjà pris des mesures similaires, selon un article du New York Times publié vendredi.

Les produits ne pourront plus être vendus à des services pénitentiaires

Dans la liste des produits visés figure le puissant anesthésique propofol, qui avait causé la mort du chanteur Michael Jackson. Les autres substances faisant l'objet de restrictions sont le bromure de pancuronium, le chlorure de potassium, l'idazolam, l'hydromorphone, le rocuronium et le vécuronium.

La vente de ces sept produits sera limitée à un groupe défini de grossistes, de distributeurs et d'acheteurs, à la condition expresse qu'ils ne les revendent pas à des services pénitentiaires pour un usage dans des injections létales, précise le groupe.

Pfizer indique qu'il propose ces produits à la vente car ils permettent de sauver ou d'améliorer des vies, et uniquement pour l'usage indiqué sur les notices.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :