Thromboses et vaccin AstraZeneca : l'EMA précise qu'elle "n'a pas encore abouti à une conclusion"

 |  | 332 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Clodagh Kilcoyne)
Cette annonce intervient quelques heures après qu'un responsable de l'EMA a évoqué l'existence d'un "lien" entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thrombose observés après son administration, dans une interview au quotidien italien Il Messaggero publiée mardi.

L'Agence européenne des médicaments (EMA) a indiqué mardi qu'elle était toujours en train d'évaluer si le vaccin AstraZeneca contre le coronavirus est potentiellement lié à la formation de rares caillots sanguins, signalés dans plusieurs pays.

Cette annonce intervient quelques heures après qu'un responsable de l'EMA a évoqué l'existence d'un "lien" entre le vaccin AstraZeneca et les cas de thrombose observés après son administration, dans une interview au quotidien italien Il Messaggero publiée mardi.

Lire aussi : Un responsable de l'EMA dit qu'"un lien clair" existe entre thromboses et vaccin AstraZeneca

"Examen actuellement en cours", annonce attendue mercredi ou jeudi

Le comité de sécurité de l'EMA "n'a pas encore abouti à une conclusion et l'examen est actuellement en cours", a déclaré dans un communiqué à l'AFP l'agence basée à Amsterdam.

"Nous communiquerons et organiserons un point presse dès que l'examen sera finalisé", a ajouté le régulateur européen, précisant qu'une annonce est pour le moment attendue mercredi ou jeudi.

La commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, a indiqué sur Twitter que "l'évaluation était prévue mercredi soir", disant être en "contact étroit" avec l'agence.

Marco Cavaleri, responsable de la stratégie sur les vaccins à l'EMA, avait affirmé plus tôt qu'il "est clair qu'il y a un lien avec le vaccin".

Lire aussi : Un responsable de l'EMA dit qu'"un lien clair" existe entre thromboses et vaccin AstraZeneca

L'EMA a annoncé le 18 mars que les bénéfices du vaccin AstraZeneca continuaient de l'emporter sur les risques et que son utilisation restait sûre, après la suspension des injections par plusieurs pays.

L'agence a toutefois expliqué qu'il existait un lien possible avec des cas rares de caillots sanguins, et qu'elle publierait des conseils mis à jour lors de la réunion de son comité de sécurité cette semaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2021 à 22:45 :
Principe de précaution : si l'on devait respirer un air pouvant éventuellement avoir un effet sur la santé, même minime et scientifiquement infinitésimal, il faudrait vite arrêter de respirer. La crise de nerfs est proche...
a écrit le 06/04/2021 à 21:14 :
Faudrait lancer une pétition mondiale contre la Chine , et demander des dommages et intérêts
Réponse de le 07/04/2021 à 10:39 :
Bien sûr. Et en profiter pour demander des réparations aux USA , avec intérêts de retard, pour la grippe espagnole de 1918-1919 et pour le HIV de 1984
a écrit le 06/04/2021 à 20:05 :
Il semble, pour le moment, que les moins de 55 ans ont plus de risques de mourir du vaccin AstraZeneca que du covid-19 : ils n'ont donc intérêt personnel à se laisser injecter ce vaccin en attendant des données plus précises. Merci à ceux qui servent de cobayes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :