Vaccins : AstraZeneca englué dans les crises

 |  | 689 mots
Lecture 3 min.
Au sein du groupe AstraZecena, on reconnaît une trop grande ambition de départ concernant leur capacité à produire le vaccin en masse.
Au sein du groupe AstraZecena, on reconnaît une trop grande ambition de départ concernant leur capacité à produire le vaccin en masse. (Crédits : Benoit Tessier)
Confrontée à des craintes sur la dangerosité de son vaccin qui reste suspendu dans plusieurs pays, l'entreprise subit parallèlement une offensive politique de l'Union Européenne où elle est très en retard sur ses livraisons.

"Sûr et efficace". C'était jeudi la conclusion de l'autorité sanitaire européenne sur le vaccin développé contre le Covid-19 par le laboratoire suédo-britannique et l'université d'Oxford. L'avis aurait dû être une libération. Depuis des jours, on ne pouvait plus utiliser ce vaccin dans plusieurs pays européens, dont la France et l'Allemagne. Tous s'inquiétaient de problèmes sanguins, parfois mortels, chez quelques personnes ayant reçu le vaccin. L'Allemagne, notamment, a remarqué une proportion anormale de thromboses veineuses cérébrales, particulièrement graves.

Le mal est fait

Est-ce lié au vaccin? Ce n'est ni prouvé ni exclu. Surtout, même si c'était le cas, les problèmes sont si rares - quelques dizaines sur des millions de vaccinés - qu'il n'est guère évident de justifier un blocage général. C'est le message envoyé par le régulateur européen, puis vendredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sur une ligne largement partagée dans l'univers de la santé publique.

Mais, même si le vaccin a vite été relancé dans plusieurs pays dont l'Allemagne, les pays scandinaves préfèrent attendre et, en France, les autorités sanitaires veulent désormais le réserver aux plus de 55 ans, car les thromboses se concentrent apparemment chez les plus jeunes. Pour certains experts, le mal est fait, même si les responsables politiques donnent l'exemple tel le Premier ministre français qui s'est fait vacciner vendredi.

"Ca va être dommageable, c'est évident: il y aura plus de réticences", estime auprès de l'AFP l'immunologue Jean-Daniel Lelièvre, rattaché aux hôpitaux de Paris (AP-HP), regrettant une "panique".

"Restrictions d'exportation"

Non sans paradoxe, AstraZeneca souffre aussi sur le front politique qui lui reproche ne pas livrer ses vaccins assez vite. L'an dernier, le laboratoire avait promis à l'UE jusqu'à 360 millions de doses à la mi-2021. La semaine dernière, il a concédé qu'il n'en livrerait que 100 millions. L'annonce a beaucoup agacé Bruxelles. Le commissaire Thierry Breton, en charge des vaccins, a évoqué une situation "inacceptable" et prévenu qu'AstraZeneca devrait "rendre des comptes". Point culminant du conflit, la Commission européenne a annoncé jeudi une mise en demeure du groupe, procédure prévue par leur contrat.

A quel point AstraZeneca est-il responsable ? Il évoque des "restrictions d'exportation". Autrement dit, il voudrait faire venir des vaccins produits hors du sol européen, où il admet avoir rencontré d'importants problèmes de production, mais on ne le laisse pas faire.

Le laboratoire se garde d'accuser un coupable. Mais les documents officiels européens n'indiquent que deux pays extérieurs de fabrication: le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Selon le New York Times, ce sont bien ces derniers qui bloquent l'exportation de 30 millions de doses AstraZeneca alors que le vaccin n'y est pas encore autorisé.

Seulement, l'argument ne suffit pas à Bruxelles, où l'on remarque que d'autres laboratoires comme Pfizer ont résolu leurs retards et où l'on soupçonne AstraZeneca d'avoir trop promis dès le départ. "Il y a un problème spécifique" au groupe, accuse un haut responsable européen auprès de l'AFP, rapportant "une grande suspicion dans les milieux européens selon laquelle AstraZeneca a vendu plusieurs fois les mêmes doses."

Epargné en Bourse

Au sein du groupe, on reconnaît une trop grande ambition de départ mais on juge cette accusation absurde, soulignant qu'une telle attitude n'aurait aucun intérêt alors qu'AstraZeneca s'est engagé à ne faire aucun bénéfice sur ce vaccin.

Car cette série noire est difficile à avaler pour un groupe qui apparaissait initialement comme l'un des plus grands espoirs contre le virus, avec des accords avec des pays en voie de développement comme l'Inde, et un vaccin plus facile à transporter que celui de Pfizer/BioNTech.

Un havre de paix demeure: la Bourse, où, malgré tous ses soucis, son titre a progressé de près de 3% cette semaine. Les infortunes du vaccin n'inquiètent pas outre mesure les investisseurs, qui attendent surtout beaucoup de son rachat pour une quarantaine de milliards de dollars de la biotech américaine Alexion.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2021 à 5:44 :
La gestion de l'UE ressemble un peu trop à une gestion à la française; les Européens sont mal partis face aux géants américains et chinois; aurons-nous notre chance face au futur géant africain?
a écrit le 22/03/2021 à 16:03 :
Un médecin a dit que les thromboses pouvaient être causées par la pillule contraceptive
a écrit le 22/03/2021 à 10:00 :
Concernant le vaccin AstraZeneca il est intéressant de remarquer qu’en France la Haute Autorité de Santé s’est débarrassé du problème en l’attribuant à la tranche d’âge 55-75 ans en disant qu’il n’y avait pas eu de cas de thromboses chez des personnes de plus de 55 ans et en fixant l’âge limite à 75 ans sans doute parce que l’on meurt plus facilement à partir de cet âge-là. Ceci dit il suffirait qu’il y ait un ou plusieurs cas de thromboses chez des personnes de plus de 55 ans vaccinées avec l’AstraZeneca pour que cette argumentation tombe à l’eau. Et si la tranche d’âge 55-75 ans est sans doute plus « docile » que les tranches d’âge inférieures et que l’on peut donc facilement l’obliger à se faire vacciner avec l’AstraZeneca, elle constitue une part non négligeable de l’électorat d’Emmanuel MACRON qui prend donc un risque en lui imposant un vaccin dont tout le monde se méfie.
Réponse de le 22/03/2021 à 15:12 :
Il n'auront jamais l'idée que l'on puisse accompagner la vaccination d'AstraZeneca avec une de 100 m/lg d'aspirine , comme pour le covid .
Forcément c'et trop simple et pas assez cher .
a écrit le 21/03/2021 à 10:37 :
Le vaccin Astra Zeneca est une machine à cash pour acheter Alexion. L'Anglo Suédoise a bien compris que l'avenir est dans les technologies innovantes type Arn.
40 milliards, c'est le prix pour combler un retard de plusieurs années dans la recherche...et c'est sans doute une bonne affaire.
a écrit le 21/03/2021 à 10:24 :
la crédibilité du porte parole est elle encore d actualité ? trop de mise en scène sans vérité
a écrit le 21/03/2021 à 9:53 :
pour les vaccins la France et l'UE en sont car depuis de tres nombreuses années les labo pour satisfaire leurs financiers et avoir encore plus de dividendes ont laissés filer les fabrications de vaccins dans des pays a bas cout de main d'oeuvres resultats on ne sait plus fabriquer et l'on depend du bon vouloir des fabricants etranger !! sans compter du nationalismes de ces fabricants qui subissent l'inflence de leur propre gouvernement
quand vas t 'on reagir et relocaliser les productions (cela créra de la formation et de l'emploi ) il fut un temps ou la France avait un bon savoir faire mais cela c'etait avant que les financiers rentre dans les entreprises ( des capitaux pour un forte remuneration )
a écrit le 20/03/2021 à 21:14 :
"alors qu'AstraZeneca s'est engagé à ne faire aucun bénéfice sur ce vaccin"

Euh ,par écrit ?
Réponse de le 21/03/2021 à 10:03 :
Personne produit sans bénéfices. ils se moquent de nous, rien que la valeur en bourse rapportera...
a écrit le 20/03/2021 à 20:52 :
Le confinement n° 3 ne marchera pas plus que les confinements n° 1 et 2

Car voici ce qui va se passer :

ce confinement n° 3 ne marchera pas plus que les n° 1 et 2 (un an que ça dure et toujours sans résultat, la preuve) ;
quand les nouveaux petits mutants de coronavirus vont repointer leur nez, tôt ou tard, à moins que ce soit de nouveaux virus inédits, ça va juste être une boucherie, parce que plus ça va et moins nos services de santé seront en état d’accueillir leurs victimes ;
les vaccins de type ARN vont peu à peu révéler leurs failles, leurs insuffisances ou, pire encore, leurs dégâts irréversibles (« on voulait juste pouvoir voyager, aller au restau, vous comprenez ? ») ;
pendant ce temps-là, l’économie de notre pays, l’avenir de nos enfants, nos prétentions de liberté, d’émancipation démocratique… plouf, plouf, plouf, plouf !

Finalement, le suicide d’hier soir du régime Macron entre dans la logique implacable de l’effondrement systémique. Celui qui précède, mieux, qui permet les reconstructions.
Réponse de le 21/03/2021 à 10:08 :
Le 1 avait fonctionné. Le deux non, mais on bossait. Là pareil il fonctionnera pas plus que le second et un couvre feu sera décidé après... Je saisi pas ce gouvernement qui est tellement mauvais qu'il se rends même pas compte que les entreprises ne peuvent pas embaucher ne sachant pas si elles devront fermer ou non la semaine suivante. Pourquoi ne pas avoir plutôt décidé de confinement très dur tant de semaines tout les tant de semaines, avec ouverture total et aucune restriction entre les deux... Mais bon pour décider de mesures efficaces et pas destructrice d’emploi faut arrêter d'être le président des riches entreprises de CAC40 et se rapprocher des petits commerces...
a écrit le 20/03/2021 à 19:03 :
La lenteur vaccinale en EU et France est inadmissible et si les laboratoires sont coupables, alors l'EU a raison de les sanctionner. Pour info, les USA avec une population de plus ou moins 340 millions de citoyens a vacciné plus de 100 millions d'américains. La GB avec une population de 66 millions, frise les 24 millions, l'EU avec 460 millions arrive à peine à une 50 de millions!!!! et la France avec moins de 6 millions de doses distribuées n'arrivera JAMAIS à 30 millions de vaccins en juin.... l'EU a merdé de A a Z et Von den Leyen doit s'expliquer, tout comme nos dirigeants français d'ailleurs. Sinon, j'ai ma première dose de AZ le 25/02....tout va bien. Réaction identique au vaccin contre la grippe.
Réponse de le 20/03/2021 à 19:45 :
'Sinon, j'ai ma première dose de AZ le 25/02...'

C'est bien, tu es un grand maintenant.
Réponse de le 21/03/2021 à 5:28 :
@europeenvaccine.
Van derlyen va devoir s'expliquer, mais elle se tamponne des consequences. Dans tous les scenariis, personne ne sera implique. Tant pis pour les victimes.
Votre europe est un monstre.
Réponse de le 21/03/2021 à 8:33 :
Résistance et défiance contre le profit
Réponse de le 21/03/2021 à 10:11 :
Le principal responsable est la politique menée depuis des décennies par les politiques gouvernementales de la 5ème république... Macron et ces copains qui l'ont précédé et vendue les entreprises qui servaient aux citoyens pour remplir les caisses de leurs parties (comme france telecom, EDF, bientôt SNCF (partie qui rapporte)) Si on avait encore des laboratoire d'état on pourrait produire sans souci...
a écrit le 20/03/2021 à 18:24 :
Le covid 19 provoque des tromboses chez beaucoup de malades , cela semble évident qu'une partie de celui-ci présent dans les vaccins provoquent également le mêmes problèmes . Nous attendons les vaccin dit " non activé" , (un virus mort ) . La balance bénéfice risque souvent ventée par certains , me semble pas évidente pour des gens jeunes en pleine forme pouvant lutter facilement contr le virus .
a écrit le 20/03/2021 à 18:19 :
Faudrait savoir : soit ce vaccin est dangereux et il doit etre interdit ; soit il est OK et il en faut un max . Mais dire en meme temps qu'il n'y en a pas assez et qu'il y a des doutes , c'est une honte .
a écrit le 20/03/2021 à 11:44 :
la ce n'est pas de la stupidité mais bel et bien une mise en danger de la population
que la présidente de l'Europe
pour son chantage au vaccin
si la sa seule moyen de pression il faut quelle démissionne
elle n'a pas sa place une honte de plus
a écrit le 20/03/2021 à 10:52 :
"rachat pour une quarantaine de milliards de dollars de la biotech américaine Alexion"

C'est c'est loin d'être si mauvais que ça alors, les américains ayant tendance à acheter des espoirs et vendre des boulets telle MONSANTO par exemple, ils se trompent rarement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :