Trump reprend ses attaques contre les prix des médicaments

 |   |  381  mots
Je n'aime pas ce qu'il se passe avec les prix des traitements. Je vais faire chuter le prix des médicaments, a lancé Donald Trump.
"Je n'aime pas ce qu'il se passe avec les prix des traitements. Je vais faire chuter le prix des médicaments", a lancé Donald Trump. (Crédits : CARLO ALLEGRI)
Lors d'une interview, le nouveau président des Etats-Unis a annoncé qu'il allait "faire tomber le prix des médicaments". Les biotechs américaines ont chuté en Bourse atteignant un peu plus bas depuis l'élection de Donald Trump.

L'industrie pharmaceutique s'est montrée confiante suite à l'élection de Donal Trump, mais s'est-elle emballée trop vite? Dans une interview au magazine Times, qui l'a désigné "personnalité de l'année", le 45e président des Etats-Unis a assené:

"Je n'aime pas ce qu'il se passe avec les prix des traitements. Je vais faire chuter le prix des médicaments".

Il n'a pas donné de plus de précisions sur les traitements visés et les moyens qu'il comptait mettre en œuvre. Mais cela a suffi à secouer les valeurs boursières des biotechs notamment. D'autant plus qu'il ne s'était pas récemment étendu sur le sujet.

L'indice des biotechs américaines, les sociétés les plus susceptibles de pâtir d'une potentielle baisse de prix aux Etats-Unis, a perdu 2,91% à la clôture, mercredi 7 décembre. Il continuait à chuter de 0,72% à 18h37 heure française, jeudi. L'indice est ainsi tombé au plus bas depuis la victoire de Donald Trump, le 8 novembre.

Ce jour-là les valeurs pharmaceutiques et biotechnologiques (+12% pour l'indice Nasdaq biotechnology) avaient salué sa victoire, soulagés de la défaite d'Hillary Clinton qui préparait un vaste programme pour s'attaquer au prix de certains médicaments.

Trump moins agressif que Clinton sur les labos

Après s'être montré particulièrement agressif fin 2015 et début 2016, Donald Trump s'est moins focalisé sur la dénonciation des dérives des laboratoires pharmaceutiques pendant la campagne présidentielle que Hillary Clinton

Ainsi, il promettait au départ 300 milliards de dollars d'économies par an en permettant à l'Assurance maladie de négocier avec les industries pharmaceutiques, mais il n'a pas insisté sur ce chiffre, on ne le retrouvait d'ailleurs pas dans le programme affiché sur son site de campagne. Donald Trump n'est toutefois pas revenu sur l'idée de permettre au Medicare de négocier les prix des traitements.

310 milliards de dollars de médicaments sur ordonnance en 2015

Pour rappel, les dépenses de médicaments sur ordonnances aux Etats-Unis atteignaient 310 milliards de dollars en 2015, soit une hausse de 8% en un an.Un montant qui représente environ 1,7% du PIB du pays (environ 18.000 milliards de dollars en 2015).

A titre de comparaison, en France, l'Assurance maladie avait couvert 23 milliards d'euros de dépenses en médicaments en 2014, l'équivalent de 1,1% du PIB.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2016 à 22:50 :
Monsieur TRUMP va se rendre compte très vite que le prix des médicaments n'est plus fixé par les compagnies qui les produisent mais par par les fonds?
et fera comme les autres baisser la tête au prix de milliers de morts dans sont pays
a écrit le 09/12/2016 à 12:36 :
quand on tape sur une boite qui apres lbo multiplie le prix de son medicament par 55, finalement c'est normal
pour le reste il oublie un peu vite que ce qui coute cher, c'est pas le prix de production comme dans le batiment, c'est la r&d et sa cohorte d'echecs
alors ok il va baisser le prix des produits, faudra tailler dans les couts, en clair dans la r&d...........
et vu les pathologies naissantes et les resistances croissantes, on sait qui va venir se plaindre dans 15 ans
Réponse de le 09/12/2016 à 13:54 :
Pour une fois, une bonne réflexion. Et, j'irai juste un peu plus loin : s'attaquer aux racines de la source des maladies, il ne faut SURTOUT pas l'ENVISAGER : les médicaments ne serviraient, dans ce cas, à plus rien... Mais cela serait mauvais pour les intérêts des milliardaires. Bonne pollution et crise économique à tous. Les pauvres sont trop nombreux.
a écrit le 09/12/2016 à 9:43 :
LUTTEZ CONTRE CERTAIN ABUS PHARMASOTIQUE EST UNE BONNE IDEE? CAR BEAUCOUP DES SES SOCIETES VOUS VENDENT TRES CHER DE LA POUDRE DE PERLIPINPIN? ? ALORS QUE CERTAIN DE CES MEDICAMENTS SONT DANS CERTAINS PRODUIT NATUREL QUI SONT A PORTE DE MAIN? AVEC LEURS METHODES VENTE FORCE ET PRESSION SUR LES MEDECINS S IL SONT DANS LES CINQ PREMIERE ECONOMIES LES PLUS RENTABLE AU MONDE? ET LEURS LABORATOURE SONT TOUS DANS DES PARADIES FISCAUX???
a écrit le 09/12/2016 à 9:15 :
le personnage est plutôt clivant et ignoble mais si les actes suivent... Les chefs d'Etat bien pensants ne disent rien sur les bénéfices éhontés des groupes pharamaceutiques qui se gavnet sur le dos des malades et des systèmes de protection sociale le dire c'est déjà bien le faire ce serait mieux mais s'il le fait et que cela donne des idées aux dirigeants européens anesthésiés par les lobbies il y auarait un progrès Wait and see!
Réponse de le 09/12/2016 à 11:25 :
Tout et son contraire, c'est pour le moment ce que montre Trump qui consolide son business (taiwan, Inde...) tout en nommant ses secrétaires d'état. Déjà pas mal sont agés et milliardaires donc on sait qui ils avantageront, avec la nomination de son secretaire d'état au travail on voit également qu'il ne favorisera certainement pas les salariés (vu ses prises de position passées). Il en va de même pour son secrétaire d'état au budget ancien directeur de fond spéculatif et de son secrétaire à l'environnement qui est un climato-sceptique notoire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :