Crash de l'A320 de Germanwings : le BEA critique le "voyeurisme" de la presse

 |   |  251  mots
(Crédits : HANDOUT)
Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) chargé d'enquêter sur les circonstances du crash de l'airbus de la compagnie Germanwings dans les Alpes françaises se disent "consternés" dimanche par la succession de révélations notamment de la presse allemande sur les dernières minutes qui ont précédé le crash.

"Consterné". Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) chargé d'enquêter sur les circonstances du crash de l'airbus de la compagnie Germanwings dans les Alpes françaises n'a pas caché son agacement devant des révélations "qui relèvent du voyeurisme" a indiqué à l'AFP une porte-parole, après la diffusion par la presse allemande de très nombreux détails concernant le copilote, responsable présumé du drame, dont le contenu des enregistrements de vol.

Le BEA fait par ailleurs savoir par la même voie qu'il "ne communiquera que sur les avancées de l'enquête de sécurité". Les enquêteurs poursuivaient dimanche, six jours après le crash qui a fait 150 morts, les recherches pour trouver la deuxième boite noire, celle contenant les coordonnées techniques de vol.

Les données de l'enregistreur phonique récupéré sur les lieux ont montré que le copilote avait verrouillé la porte du cockpit après la sortie momentanée du commandant de bord, avant de précipiter l'avion vers le sol. Selon l'édition dominicale du quotidien allemand Bild, qui dit avoir écouté ces enregistrements, on entend le pilote ordonner à son second d'ouvrir "cette foutue porte" du cockpit juste avant l'impact. Et indique aussi que des coups sans doute de hache ont été portés par le commandant pour tenter d'ouvrir la porte blindée, sans succès, tandis que des cris des passagers étaient entendus sur la bande son juste avant le crash de l'avion de Germanwings...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2015 à 7:29 :
Le BEA est très mal placé pour donner des leçons. Il est champion pour étouffer les affaires et pour ne pas dire la vérité, p.ex. lorsque Airbus, Air France ou d'autres intérêts français sont en cause, Mulhouse, Mont St. Odile, Rio Paris, Concorde, Air Algérie etc.
Cette fois-ci, le BEA a écouté les bandes et a conclus lors de la conférence de presse qu'il leur faut 2-3 semaines pour arriver à un résultat. Heureusement il y a eu une fuite dans la nuit et le New York Time a publié le résultat. Une organisation honteuse.
a écrit le 30/03/2015 à 0:26 :
Il est CLAIR que si le "bea" payé par les compagnies faisait moins d'obscurantisme religieux, la presse n'aurait pas besoin d'avoir des soupçons.
a écrit le 29/03/2015 à 22:00 :
ahah, les fuites viennent d'ou???
a écrit le 29/03/2015 à 18:36 :
C'est vraiment l'hôpital qui se fout de la charité ... le BEA donne des infos à un journal américain et maintenant s'étonne de la présence de la presse. Ils sont cons ou c'est moi?
a écrit le 29/03/2015 à 18:35 :
On a toujours pas la vérité pour l'Air Algérie, Malaysian airlines, Asia et ça devrait continuer ?
Heureusement ce voyeurisme car pour le "truandage de l'information ils sont champions". Merci les journaux américains et tous les autres car grâce à Internet les indices arrivent du monde entier.
Messieurs il va falloir vous faire une raison ...
Réponse de le 29/03/2015 à 22:15 :
Internet? La rumeur électronique, belle référence!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :