Shell a profité de l'envolée des cours du pétrole au troisième trimestre

 |  | 307 mots
Lecture 2 min.
Shell a dépassé toutes les attentes au troisième trimestre.
La compagnie pétrolière anglo-britannique a dépassé toutes les attentes au troisième trimestre. Le groupe a enregistré un bénéfice ajusté des coûts courants en hausse de plus de 70%, malgré une baisse de sa production.

Grâce à l'envolée des cours du pétrole cet été, Shell a enregistré une hausse de 71% de son bénéfice ajusté des coûts courants, la mesure préférée des analystes pour les entreprises énergétiques, à 10,9 milliards de dollars (8,3 milliards d'euros) au troisième trimestre. Le résultat net part du groupe, lui, a augmenté de 22% à 8,45 milliards de dollars (6,4 milliards d'euros), soit nettement plus que les 7,2 milliards attendus par les analystes.

Comme son concurrent BP, Shell a clairement bénéficié des prix très élevés du pétrole. Entre juillet et septembre 2008, ils ont évolué en moyenne 54% au-dessus de leur niveau de l'année précédente. Un record a même été atteint en juillet avec un baril de WTI américain dépassant les 147 dollars.

Cependant, depuis, les cours sont retombés vers les 70 dollars et certains analystes craignent que le groupe ne revoit sa politique de dividende. Pourtant, Jeroen van der Veer, le directeur général de Shell, a précisé que "la stratégie du groupe continuait à être de payer des dividendes compétitifs et progressifs". Pour le troisième trimestre, le groupe a versé un dividende de 40 cents par action, en hausse de 11% sur un an.

Cette croissance a été obtenue en dépit d'une baisse de 6,6% de la production, en raison du passage de plusieurs ouragans dans le Golfe du Mexique à la fin de l'été. Son chiffre d'affaires n'en a pas pâti. Dopé par l'envolée des cours du brut, il a bondi de 45% à 131,57 milliards de dollars (99,78 milliards d'euros).

En même temps que la publication de ses résultats trimestriels, Shell a annoncé la nomination du Suisse Peter Voser au poste de directeur général. Actuellement directeur financier du groupe, il remplacera Jeroen van der Veer le 1er juillet prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sans surprise...c'est le client qui paie pour la spéculation. Il ne serait pas surprenant que la baisse actuelle soit volontaire, pour rendre moins rentables les énergies renouvelables. Ne soyons pas étonnés non plus si dans 1 an les grosses compagnies pétrolières demandent aux états de les sauver de la faillite...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
voleur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :