Actualité chargée pour Total

 |   |  315  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le géant pétrolier français a finalisé la vente de Mapa-Spontex à l'américain Jarden pour 335 millions d'euros. L'action Total profite par ailleurs de la hausse des prix du pétrole. Mais le groupe reconnait avoir été mis en examen dans le dossier du programme de l'ONU pétrole contre nourriture.

Journée chargée pour Total avec des bonnes et des mauvaises nouvelles. Au chapitre des bonnes, le géant pétrolier français a annoncé avoir finalisé la vente de sa filiale Mapa- Spontex , spécialisée dans la fabrication d'éponges et de gants de cuisine et qui réalise quelque 500 millions d'euros de chiffre d'affaires, à l'américain Jarden Corporation (fort de 20.000 salariés) pour 335 millions d'euros. L'opération avait été annoncée à la mi-décembre.

Par ailleurs, l'action Total bondit ce mardi de 1,8% à plus de 44 euros, tirée par la hausse des prix du pétrole, au plus haut depuis dix-huit mois, qui dépassent les 85 dollars le baril désormais.
 

Au chapitre des mauvaises nouvelles,  Total a confirmé avoir été mis en examen au début de l'année pour corruption en qualité de personne morale dans une enquête visant le programme de l'Onu "pétrole contre nourriture" mis en place entre 1996 et 2003 dans l'Irak de Saddam Hussein.

Cette décision surprise, tenue secrète jusqu'alors, a été rendue publique par la société française dans son rapport annuel et confirmée à Reuters mardi par le parquet de Paris. "Début 2010, malgré l'avis du parquet, un nouveau juge d'instruction a décidé de mettre en examen Total SA pour corruption ainsi que pour complicité et recel de trafic d'influence", indique le groupe dans son rapport annuel. "Cette mise en examen intervient huit ans après le début de l'instruction, sans qu'aucun élément nouveau n'ait été versé au dossier", ajoute le groupe.

L'instruction, menée par l'ancien juge d'instruction Philippe Courroye, était terminée depuis avril 2007 et avait débouché sur la mise en examen de l'actuel patron de Total, Christophe de Margerie, en tant qu'ancien directeur pour le Moyen-Orient. D'autres personnalités françaises dont l'ancien ministre de l'Intérieur Charles Pasqua ont été mises en examen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :