Le prix des carburants au plus haut en France

 |   |  379  mots
Selon l'Union française des industries pétrolières (Ufip), les prix des carburants ont atteint en avril leur plus haut niveau depuis avril 2008. Il s'agit d'une hausse continue, liée notamment au retour de la croissance, et non d'une flambée comme celle qui avait marqué le printemps 2008,

Les prix des carburants en France ont atteint leur plus haut en avril depuis un an et demi, selon les chiffres de l'Union française des industries pétrolières (Ufip) ce mardi.

Le prix de l'essence super sans plomb (SP 95) a atteint ainsi en avril 1,376 euro le litre (en moyenne mensuelle), son plus haut niveau depuis le mois de septembre 2008 (1,408 euro le litre en moyenne mensuelle), selon l'Ufip. Le prix moyen du litre de gazole s'est élevé quant à lui en avril à 1,146 euro, son plus haut niveau depuis octobre 2008 (1,210 euro le litre). Le gazole représente 77% de la consommation française de carburants.

"Ce sont des prix élevés, qui correspondent à des prix du brut également élevés, et qui ont augmenté notablement dans les dix derniers jours", a déclaré à l'AFP (Agence France Presse) Jean-Louis Schilansky, président de l'Ufip.

Impact de l'euro

"On est sur une tendance haussière des prix du pétrole brut et en même temps, l'euro s'est déprécié : il faut plus d'euros pour acheter un baril de brut qu'au début d'année", a-t-il ajouté, rappelant que "l'euro valait en moyenne 1,43 dollar en janvier, contre 1,34 aujourd'hui". "En janvier, le baril valait 53 euros ; aujourd'hui on l'achète à 63 euros, et cela se répercute directement dans le prix des carburants", a-t-il poursuivi.

Pour autant, la hausse actuelle, "continue", a peu de choses à voir avec la "flambée" observée à la même époque en 2008, où le baril avait atteint les 148 dollars, a affirmé Jean-Louis Schilansky. "On est dans un cycle haussier parce que la croissance semble être bien là dans les pays d'Asie, l'Amérique repart et l'Opep ne bougera probablement pas ses quotas trop rapidement", a-t-il expliqué.

Malgré la hausse des prix, la consommation ne devrait pas diminuer, selon l'Ufip. L'année 2008 a marqué un tournant dans le comportement des automobilistes, qui ont réduit leur consommation. Depuis, elle est restée stable.

Ce mardi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu légèrement à la hausse sa prévision de demande mondiale de pétrole en 2010, qui devrait croître de 2% par rapport à 2009. Une hausse que l'AIE associe à une demande chinoise toujours plus importante. L'agence pointe cependant du doigt le fait que l'Europe peine à revenir à ses niveaux d'avant crise.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2010 à 6:33 :
Osalteccino a tout à fait raison, en remontant tranquillement les prix à la pompe, les distributeurs se remplissent les fouilles, et les medias nous enfument avec la parité euro/dollar pour justifier cette augmentation.
Il serait beaucoup plus judicieux de livrer 2 courbes montrant l'historique
prix du baril/prix du carburant, pondéré par la parité Euro/dollar.
a écrit le 15/04/2010 à 4:59 :
En juillet 2008 le baril valait 132$, le dollar était à 1.58 soit 0.632 euro et le super donc à 1.36 euro. Aujourd'hui le baril est à 87$, le dollar à 1.36 soit 0.735 euro. Exprimé en euro le baril valait 83.54 euros en juillet 2008 et vaut aujourd'hui 64 euro. Si le super est au même prix, cela signifie que ce produit a augmenté de 23% sur la période. Qu'on m'explique SVP
a écrit le 14/04/2010 à 7:28 :
rien ne justifie que le prix de l'essence soit à ce niveau actuellement (càd presqu'au même niveau que lorsque le prix du baril était presque le double).
c'est de la spéculation pure et rien d'autre.
a écrit le 14/04/2010 à 5:44 :
Quelle bonne idée cette TIPP flottante enterrée par la droite car c'était une mesure prise par la gauche. En attendant, le prix à la pompe commence à devenir sérieusement "plombant" pour les finances de ceux, entre autre, qui ont besoin de leur voiture pour aller travailler.
a écrit le 13/04/2010 à 15:21 :
Espérons que cette hausse ne sera pas néfaste sur la reprise qui se fait sentir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :