La centrale nucléaire de Fessenheim peut-elle résister à une crue sans précédent ?

 |   |  347  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Des ingénieurs du Conseil général du Haut-Rhin vont évaluer le risque d'inondation de la plus vieille centrale française en se référant à des données sur l'évolution du niveau du Rhin antérieures à l'an 1000.

La centrale nucléaire de Fessenheim est située huit mètres plus bas que le niveau du grand canal d'Alsace, qui endigue le Rhin. La sécurité de la plus vieille centrale de France pourrait-elle en conséquence pâtir d'une inondation ? Des ingénieurs du Conseil général du Haut-Rhin vont prochainement évaluer ce risque. C'est ce qu'a annoncé ce lundi la Commission locale d'information et de surveillance de la centrale (Clis).

Cette étude, décidée après l'accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, sera présentée à la Clis le 29 juin prochain, précise dans un communiqué son président Michel Habig, par ailleurs président UMP du Conseil général. Jusqu'alors EDF et l'Autorité de sûreté nucléaire ont toujours assuré que les digues de la centrale de Fessenheim sont calibrées pour supporter une crue milléniale et la maintiendraient à sec quand bien même le Rhin déborderait sur la plaine d'Alsace. "Nous allons faire des calculs de risque pour une crue décamilléniale (ndr: comme il en arrive tous les 10.000 ans)", a expliqué à l'agence Reuters René Juncker, chargé de mission de la Clis.

Une réévaluation sismique est également envisagée

La Clis annonce par ailleurs qu'elle demandera, dans le contexte des tests de résistance des centrales nucléaires annoncés par la France et l'Union européenne, une réévaluation du risque sismique jusqu'à une hypothèse de 7,2 sur l'échelle de Richter. Le pire scénario aujourd'hui retenu est celui d'un séisme de niveau 6,7, soit un doublement de l'intensité de 6,2 attribuée par les historiens à celui qui a détruit Bâle, en Suisse, à 40 kilomètres de Fessenheim, le 13 octobre 1356.

Ces annonces interviennent alors que les cantons suisses de Bâle-ville et Bâle-Campagne ont demandé la fermeture de la doyenne du parc électronucléaire français. Une manifestation antinucléaire a d'ailleurs rassemblé dimanche près de 4.000 Suisses, Allemands et Français sur une île proche des deux réacteurs de 900 MW mis en service en 1977.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2011 à 11:44 :
Et si l'été était caniculaire ? plus d'eau de refroidissement .....
Réponse de le 13/04/2011 à 9:28 :
Actuellement la centrale nucléaire réchauffe l'eau du Rhin ce qui n'est pas sans poser problème pour l'environnement. En cas de crue importante, je n'ose imaginer la suite qui devrait selon toute vraissemblance faire de Fessenheim, un Fukushima bis. Noter la ressemblance du nom de ces 2 villes !
a écrit le 12/04/2011 à 10:55 :
Le conseil municipal de Strasbourg a voté à l'unanimité pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim qui représente pour la plupart des scientifiques et hommes politiques un danger majeur pour la sécurité de toute la région rhénane.
a écrit le 12/04/2011 à 8:16 :
Le corps des Mines est "le propriétaire" du nucléaire.A la fois philosophie d'école reposant sur la supériorité de la science, des mathématiques et de la technique et autodéfense des bijoux de la famille, de son patrimoine, aboutissant à une sorte de chateau fort " Interdit propriété privée". comme la France est pr nature et ses grandes écoles élitiste ont écoute leurs oracles sans aucun contre-pouvoir. Tout d'abord le nucléaire a un cout masqué car les études, le traitement des déchets, la construction et le démontage ne sont pas inclus dans le cout. S'il y a provisions comme disent certains (?) les provisions n'entrent pas dans le cout.En outre les marges de sécurité ont été prises individuellement: le cas ou tous les facteurs derisques se conjuguerait n'a pas été envisagé et encore moins un attentat ou un météorite.
Réponse de le 12/04/2011 à 8:49 :
Les affirmations péremptoires de Parachute sont parfaitement inexactes. Il semble ne pas bien connaitre le sujet et ne répète que ce qui circule dans les médias et au café du commerce.
Réponse de le 12/04/2011 à 10:11 :
Ce qu'écrit Parachute est du ressort de l'ineptie et reflète une profonde l'amerture et jalousie. Ce n'est que du coup bas sans aucun fondement. Soit il est ignorant, soit idéologue, soit c'est un grand frustré !
Réponse de le 12/04/2011 à 12:32 :
@Inexact et inepties : Si ce qu'affirme Parachute n'est qu'inexactitudes et inepties vous serez bien aimables d'en apporter la preuve.
a écrit le 12/04/2011 à 6:49 :
le rhin n'est pas en mesure de faire un tsunami avec des vagues de 10 m; meme quand il monte bcp, ca atteint a peine les bases des digues....
a écrit le 12/04/2011 à 6:15 :
Cette centrale peut-elle résister à un séisme de bêtise ? A une attaque martienne ? Que disent les ingénieurs sur ces scénarios ?
a écrit le 12/04/2011 à 5:57 :
Que la centrale de fessenheim soit sûre ou non, là n'est pas le vrai problème; sauf à court terme. mais pour un avenir serein, il convient des à présent d'envisager la sortie du nucléaire pour aque dans vingt cinq ans au plus tard, nous ne soyons plus avec cette épée d'amocles.
Réponse de le 12/04/2011 à 8:03 :
Le "Philantrope" devrait réviser ses classiques. L'épée d'amocles.... Mort de rire.
On dit que les français sont nuls en anglais, que dire de leur niveau en français !
Réponse de le 12/04/2011 à 10:17 :
N'est-ce pas l'épée de la dame au clebs?
a écrit le 12/04/2011 à 5:27 :
Il est bien évident tout ce qui est dangereux peut nuire la population ? De même on ne sais pas prévoir en cas de dangers les conséquences que ceci peux avoir par la suite !: Nul est a l?abri en cas d'accident quelconques non prévisible ? surtout ces engins entraine a des graves conséquences sérieuses qu'est très difficile de la maîtrisée pour le mettre a l'arrêt immédiat ? Ceci ne peu plus existé ! ni de les fabriquer ? On ne joue pas avec le feu et de mettre de huile sur le feu en faisant la construction de ces engins qui sont dangereux pour le monde entier ? Presque tous les centrales nucléaires doivent être exclu dans tous les pays du monde ! Soyons honnête de reconnaitre que ceci n'est pas efficace surtout qu'il y a d'autre moyens pour tirer de l'énergie !. La bonne résolution qu'on lance la campagne pour encourager les particuliers et pour les publics de faire positivement et progressivement des efforts pour que les populations n'utilisent plus les centrales nucléaires et qui doivent être remplacé par l?énergie solaire ou autre suivant des pays.
Réponse de le 12/04/2011 à 9:36 :
D'accord, mais on oublie de poser la 1ère question:
de combien le monde et nous surtout sommes prêts à réduire notre consommation? qui fera la répartition?
Réponse de le 12/04/2011 à 9:44 :
Il est facile de sortir du nucléaire... si on accepte de brûler du pétrole, du charbon, du gaz, des schistes bitumeux. Mais si on veut réduire les émissions de carbone (effet de serre), et compenser l'inévitable épuisement progressif des ressources fossiles, il est beaucoup moins facile de sortir rapidement du nucléaire. Même en 20 ans. Les énergies alternatives, et l'économie d'énergie, ne sont qu'une partie de la solution. De toute façon, l'énergie coûtera de plus en plus cher.
a écrit le 11/04/2011 à 17:34 :
A Fukishima les ingenieurs avaient fait leurs évaluations sur un tremblement de terre et un tsunami des plus hauts enregistrés.
Dans une époque de catastrophe toujours plus grandes suggérons à nos chers ingénieurs de doubler les niveaux de crues maximum enregistrée
Réponse de le 12/04/2011 à 10:05 :
Et si Fessenheim était fermée pour l'exemple par simple calcul politique ?

Fermer Fessenheim c'est se passer de 0.5 % de la capacité production électrique totale de la France. Combiné à une amélioration du taux de disponibilité des centrales restantes, cela n'aurait peut être même pas d'impact visible.
Réponse de le 12/04/2011 à 10:08 :
Relisez la presse, cherchez sur internet : le Japon a subit des tsunamis de plus de 20 mètres. Il y a eu désaccord entre des experts ? probablement sur des argumentations de localisation. Le doublement des valeurs maximales connues est une pratique courante en sécurité, surtout nucléaire. Ce ne sont pas les ingénieurs qui sont en cause, mais les décideurs politiques et/ou financiers.
Réponse de le 12/04/2011 à 10:24 :
Je pense que le problème n'est pas de savoir si "la" crue atteindra telle cote ou pas. Il est beaucoup plus important de savoir quelle est la capacité de résistance à une innondation: qu'est-ce qui serait touché, comment pourrait-on réagir, et finalement quels sont les risques en terme d'irradiation. J'ai peur que ces audits ne soient que de la masturbation intellectuelle.
Réponse de le 06/07/2012 à 15:59 :
Le niveau de sécurité de la centrale de Fessenheim est bien en cause, par exemple, le radier de Fessenheim est 4 fois moins épais que celui du Fukushima qui a pourtant cedé suite à la catastrophe, voir http://www.ondes-protection.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :