Toujours plus d'émissions de gaz à effet de serre

 |   |  489  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A une semaine de la conférence sur le climat de l'ONU, à Durban, en Afrique du Sud, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) prévient que la concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère n'a jamais été si forte en 2010.

"La teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre d'origine anthropique a atteint une fois de plus des niveaux jamais enregistrés depuis l'époque préindustrielle"; autrement dit depuis le milieu du 18ème siècle. Tel est le diagnostic présenté ce lundi par le Secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), Michel Jarraud. Non seulement les concentrations ont atteint de nouveaux pics en 2010 mais leur taux d'accroissement s'est accéléré, souligne l'organisation.

"Même si nous parvenions à stopper aujourd'hui nos émissions de gaz à effet de serre, ce qui est loin d'être le cas, les gaz déjà présents dans l'atmosphère y subsisteraient encore pendant des dizaines d'années et continueraient de perturber le fragile équilibre de la Terre, planète vivante, et du climat", ajoute Michel Jarraud.

Et l'OMM de rappeler que "les gaz à effet de serre captent une partie du rayonnement traversant l'atmosphère terrestre qui, de ce fait, se réchauffe. Les activités humaines telles que l'agriculture et l'exploitation des combustibles fossiles émettent une grande quantité de ces gaz, qui font partie des causes du changement climatique. Après la vapeur d'eau, les trois gaz à effet de serre persistants les plus abondants dans l'atmosphère sont le dioxyde de carbone, le méthane et le protoxyde d'azote".

Plus précisément, le "forçage radiatif de l'atmosphère", soit la propension des gaz à effet de serre à perturber l'équilibre énergétique de la Terre, s'est accru de 29% entre 1990 et 2010 ; en partie à cause du dioxyde de carbone. Gaz à effet de serre le plus important, sa concentration dans l'atmosphère entre 2009 et 2010, a augmenté de 2,3 ppm (nombre de molécules du gaz par million de molécules d'air sec), un chiffre très supérieur à la moyenne des années 1990 (1,5 ppm) et de la décennie écoulée (2 ppm).

CO2 et méthane dans le viseur des scientifiques

La part du méthane n'est pas négligeable non plus. Après une période de stabilisation temporaire entre 1999 et 2006, la concentration de méthane dans l'atmosphère est repartie à la hausse, souligne l'OMM. "Les scientifiques s'efforcent d'en découvrir les causes, en étudiant notamment le rôle que pourraient jouer dans ce domaine la fonte du pergélisol, riche en méthane, dans les régions nordiques et l'accroissement des émissions dans les zones humides tropicales".

Depuis 1750, cette teneur a augmenté de 158%, principalement du fait des activités humaines telles que l?élevage de bovins, la riziculture, l?exploitation des combustibles fossiles et la mise en décharge des déchets. Environ 60% des émissions de méthane sont d?origine humaine, les 40% restants étant d?origine naturelle (zones humides, etc...)", explique l'OMM.

Ce diagnostic intervient à une semaine de la conférence de l'Onu sur le climat, à Durban en Afrique du Sud. Les participants ont l'intention d'acter une limitation du réchauffement de la planète à 2°C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2011 à 10:09 :
19 Novembre 2011 : Les piliers du GIEC s'interrogent et proposent des réponses divergentes à la question :

"Pourquoi, en dépit de l'accumulation persistante des gaz à effets de serre, la hausse de la température de la planète a-t-elle marqué le pas pendant la dernière décennie ?"

voir http://pensee-unique.fr/paroles.html#hiatus
a écrit le 22/11/2011 à 7:16 :
Tant que la natalité sera trop forte dans tous les pays du monde, le CO2 émis sera trop fort car la consommation de carbone est la plus forte dans les premières années de la vie. Pour lutter efficacement contre l'émission de CO2, il faut avant tout réguler les naissances avec pas plus de 2 enfants par femmes comme le réclament les associations internationales telles que "Optimum population trust"
Réponse de le 22/11/2011 à 16:26 :
des fois, tu me fais peur avec cette théorie à la con. On peut aujourd'hui nourrir tout le monde, si les plus puissants souhaitaient bien redistribuer la richesse. avec un peu d'efforts, n'importe quel continent a des atouts. bon, vous êtes moins aveugle que les chinois qui prone un seul enfant..
a écrit le 21/11/2011 à 20:29 :
C'est marrant de s'inquiéter de l'augmentation des gaz à effet de serre quelques jours après que EELV et le PS aient décidé de réduire drastiquement le nucléaire en France...
Réponse de le 22/11/2011 à 1:37 :
eh oui...et on attend toujours qu'un responsable politique chiffre le mix énergétique qu'il préconise à la fois écologiquement et économiquement....
aucun pays ne le fait..et à mon avis les premiers à la faire seront les chinois, empiriques intelligents sans états d'âme qui savent avoir besoin pendant longtemps encore de toutes les énergies disponibles..
Les allemands sont pour le nucléaire...au-delà de leurs frontières...et les français se frottent les mains de pouvoir détruire la seule industrie où ils conservent encore un peu d'avance au plan mondial.....
a écrit le 21/11/2011 à 19:47 :
Et c'est pas fini ! Votez Ecolos pour plus d'effet de serre !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :