Pourquoi BP a -t-il doté une filiale belge de 26 milliards d'euros de capital ?

 |   |  621  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe pétrolier BP vient d'injecter 26,14 milliards d'euros dans sa filiale BP Services, un holding basé à Anvers. Pour BP, il s'agit d'un simple transfert de capital au sein du groupe et cela n'aurait rien à voir les intérêts notionnels. A vous de juger. Une exclusivité de notre partenaire belge, le quotidien l'Echo.

Le groupe pétrolier BP vient de procéder à une réorganisation de ses filiales de financement en Belgique. L'aspect le plus spectaculaire de cette opération qu'on nous assure purement interne est l'augmentation de capital qui a été effectuée chez BP Services, une filiale de type holding basée à Anvers: le 22 décembre, son capital a été porté de 793 millions à 26,93 milliards d'euros. Vous avez bien lu, il n'y a pas d'erreur de chiffre, l'augmentation porte bien sur 26,14 milliards d'euros. Elle a été réalisée par apport d'actions d'une autre filiale financière du groupe, BP Arobel. C'est une troisième filiale du géant britannique, BP Caplux, sise au grand-duché de Luxembourg, qui a apporté cette participation à BP Services en échange de nouvelles actions de cette dernière.

Pourquoi avoir procédé à cette très grosse opération financière? Au siège londonien du groupe, on nous renvoie au siège belge, où un porte-parole nous explique qu'il s'agit d'une réorganisation et d'un transfert de capital au sein du groupe. Pas moyen d'en savoir plus sur les raisons pour lesquelles il a été procédé à cette mesure. En tout cas, ajoute le porte-parole, "ceci n'a rien à voir avec les intérêts notionnels". On en prendra bonne note, tout en relevant quelques éléments interpellants...

BP Services a des activités de société holding, telles que la détention d'intérêts stratégiques du groupe BP, la gestion de participations et investissements de filiales, l'octroi de crédits à toute entreprise liée... Elle n'a pour ainsi dire pas de personnel et pas de chiffre d'affaires.

L'autre filiale belge impliquée, BP Arobel, a un profil comparable. Si elle était une filiale opérationnelle jadis, aujourd'hui elle a également des activités de type holding: services financiers, etc. Elle n'a pas non plus de personnel ni de chiffre de ventes.

Pour mieux comprendre ce qu'il se passe, il faut reculer un peu dans le temps. Le groupe BP a apporté un portefeuille de prêts à sa filiale BP Caplux, et cette dernière a elle-même relogé ce portefeuille dans BP Arobel en décembre 2010. Avec à la clé, déjà, une augmentation de capital correspondant à la valeur de ce portefeuille, c'est-à-dire à l'époque de 23,77 milliards d'euros.

C'est ce même portefeuille qui constitue l'essentiel de la valeur désormais relogée dans BP Services.

Du coup, cette dernière a pour 26,93 milliards d'euros de capital, ce qui lui donnera automatiquement droit (vraisemblablement via sa nouvelle filiale belge Arobel) à déduire un montant important en intérêts notionnels: au taux actuel de 3%, cela représente un potentiel de 808 millions d'euros, excusez du peu.

holding européen

Mais, encore une fois, "ce n'est pas l'objectif", affirme BP qui insiste sur sa réorganisation. Il est vrai que le groupe a aussi considérablement réaménagé ses filiales en Belgique et en Europe en 2010 et 2011. Ainsi la société belge BP Belgium, qui était l'actionnaire à 99% de BP Services, a été absorbée par la filiale allemande du groupe Deutsche BP AG il y a un an et demi. Les organisations nationales du groupe aux Pays-Bas, en Autriche et en Pologne ont été elles aussi absorbées par Deutsche BP la même année, puis BP Switzerland a suivi le même chemin l'an dernier. Et le nouvel ensemble ainsi fusionné a constitué BP Europa SE, une nouvelle société anonyme de droit européen. Objectif: "simplifier les structures juridiques, les activités de gouvernance d'entreprise et les procédures financières et fiscales internes", selon le site du groupe. Le "deal" BP Services s'inscrit donc dans ce contexte.

A retrouver sur le site l'Echo

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2012 à 2:24 :
et ou est le problème ??
a écrit le 13/02/2012 à 22:31 :
On simplifie l'organigramme et on améliore la fiscalité, tout en diminuant les frais généraux.
a écrit le 13/02/2012 à 15:55 :
Totalement d'accord avec Tomibiker! Le ton de l'article, légèrement réprobateur en dit long sur les préférences politiques de son auteur. L'optimisation fiscale est un droit et surtout un DEVOIR vis-a-vis des actionnaires d'une entreprise quelle qu'elle soit.
a écrit le 13/02/2012 à 13:06 :
Chaque société est en droit de déplacer son siège où bon lui semble, c'est le principe de la liberté d'établissement, on comprend que cela gêne le simple péquin qui ne peut pas changer son domicile aussi facilement surtout s'il est salarié. Mais en droit on distingue les personnes physiques et les personnes morales, il manquerait plus que la liberté d'établissement soit limitée comme chez les communistes. En plus, l'optimalisation fiscale est même conseillée, car elle permet de sanctionner les médiocre, pas comme le font les socialistes qui valorisent la médiocrité et l'insuffisance, mais bien les champions !
a écrit le 13/02/2012 à 11:41 :
Pour compenser les concurrencs deloyales et autres...une petite taxe sup sur chaque litre essence,BP, total.... meme chose vetements etc....
Et les Belges qui survivent comme purgatoire fiscal....pas encore paradis...
Réponse de le 13/02/2012 à 12:01 :
C'est toujours mieux que l'enfer fiscal français que vous proposer d'aggraver avec encore toujours plus de taxes, taxes que les consommateurs paieront de toute façon, et qui détruisent l'emploi et la richesse de la France immanquablement. La France est un des pays les plus taxés du monde, et c'est aussi un pays ou l'emploi est atone, et ou les entreprises délocalisent le plus à cause de cette politique. Pas de rapport selon vous ?
a écrit le 11/02/2012 à 18:10 :
Ouaich... Et si, en plus, cela diminue l'assiette de calcul de l'intéressement et participation, c'est case compte double...
a écrit le 11/02/2012 à 11:53 :
C'est ce qu'on appelle avoir les européens, les multinationales n'ont plus de patrie elles vont là où l'on accepte le moins disant fiscal et social, c'est ça qu'il faut réguler dare dare, et de ce point de vue là Merlozy est dans les choux, rien n' été fait pour que les belges, les luxembourgeois, les irlandais, les anglais et les autres ne puissent plus passer le temps à nous faire des enfants dans le dos.
Réponse de le 11/02/2012 à 22:50 :
Aucune personne ni aucune entreprise (groupe de personnes) n'appartient à un pays : ce sont au contraire les pays qui appartiennent à leurs habitants. L'oubli de cette évidence par les collectivistes explique toutes les crises et toutes les guerres. Aucune entreprise privée n'a de patrie ni, surtout, ne doit en avoir. Une entreprise n'appartient pas à un pays mais uniquement à ses actionnaires qui en font ce qu'ils veulent librement, dans le cadre des contrats qui les engagent. Toute mesure étatiste autoritaire contraire aux droits fondamentaux de vie, de liberté et de propriété privée est immorale et vouée à l'échec. Le non respect des droits fondamentaux est la cause unique de la crise des Etats providentiels surendettés.
Réponse de le 12/02/2012 à 9:24 :
La philosophie de "stop au collectivisme" me parait vraiment effrayante si ce n'est plus.
Réponse de le 12/02/2012 à 10:15 :
Ce qui est effrayant est que la liberté des individus et des biens vous effraie. C'est atérrant. Rélisez la constitution française et vous décrouvrirez que normalement la liberté est bien inscrite. En France, pays tellement collectiviste, le mot même de "libéral" est une insulte, alors que c'est le seul pays dit "libre" qui n'a jamais eu de libéraux au pouvoir, pas de grand parti libéral et donc qui ne peuvent être tenus responsable des échecs économique des conservateurs (MP) et des collectiviste "PS et autres".

Vive la liberté face au joug de l'état et de sa coercition fiscale.
Réponse de le 12/02/2012 à 10:17 :
Monsieur "Stop au laxisme" ce n'est pas le respect de la liberté d'autrui qui vous étouffe. Passez vous vos vacances en Corée du Nord ? Non ? Vous devriez c'est exactement le modèle que vous défendez pourtant.
Réponse de le 12/02/2012 à 10:54 :
Tout ceux qui pensent que le monde peut fonctionner sans frontières sont dans la désinformation, depuis la nuit des temps - donc au delà de la Bible- à partir du moment où l'individu met fin au nomadisme il vit de frontières de territoires et d'échanges. Mais les échanges doivent être équilibrés, et les gens qui s'enrichissent de ces échanges doivent s'acquitter de leurs obligations quelles qu'elles soient -allégeance aux princes qui les protègent, impôts, oeuvres sociales, participation aux financement des travaux d'équipement public, mécénat culturel, action politique et financement militaire pour permettre le fonctionnement de la société civile, son expansion, et la protection des frontières, sinon la prospérité même de leurs affaires est atteinte, et les cohortes de pirates ou de barbares s'arrangeront pour organiser le pillage, les mises à sac et la ruine de la propérité.
Réponse de le 12/02/2012 à 12:17 :
L'échange libre et volontaire est nécessairement équilibré. Tout le monde s'enrichit lorsqu'il y a échange libre et volontaire. C'est même la seule façon de s'enrichir durablement. Pour contrer les pirates ou les barbares qui ne veulent pas de l'échange libre et volontaire, l'Etat régalien minimal, nécessairement issu du peuple par principe de subsidiarité, est indispensable pour protéger la vie, la liberté et la propriété privée. En revanche, l'Etat providentiel socialiste est criminel, anti-démocratique et immoral, parce qu'il se comporte exactement comme les cohortes de pirates ou de barbares, en imposant son pillage et sa spoliation par la force brutale illégitime. Avec l'Etat socialiste ou collectiviste, en vérité, ce sont les pirates (politiciens) ou les barbares (hauts fonctionnaires, syndicalistes, copains du pouvoir) qui ont pris le pouvoir.
Réponse de le 12/02/2012 à 12:47 :
Oui en effet, et cela n'est antinomique avec la liberté, bien au contraire. Le problème n'est pas de savoir s'il faut payer des impots ou non pour participer à la vie en société, mais l'abus ahurrisant de ces impots quii entretiennent un cohorte de fonctionnaires inutiles, des assistés, des monopoles d'état (nid d'ultra collectiviste syndiqués) mais aussi les ministeres en trop, les deputes, élus et auto élus, les rentes de situation, les salaires a vie pour avoir été ministre 6 mois, etc..Seul une économie libérale sans intervention de l'état peut créer de la ruchisse, sinon la chute continuera. Bon courage.
Réponse de le 12/02/2012 à 13:02 :
à "rappel des évidences" je partage tout à fait votre avis. Il faudrait que Bastiat, par exemple, soit enseigné à l'école (qui ne devrait pas être obligatoire, nos enfants sont nos enfants, et non ceux des collectivistes, c'est vrai peu respecteueux de l'individu) au lieu de ça c'est le bolchévisme qui est enseigné. Et on voit le résultat. L'éducation nationale est une usine à endoctrinement collectiviste nauséabond, destructeurs de libertés et de richesse. Vive le libéralisme humaniste et la liberté individuelle. Rassurons nous le collectivisme sera toujours un échec, seul le temps compte, mais pendant ce temps les peuples s'appauvrissent et le pays prend du retard face aux autres économies et pays.
Réponse de le 12/02/2012 à 14:14 :
Malheureusement il n'y a pas de juste milieu, le smicard belge ou suisse paient pour le richard français expatrié dans leur pays, pour l'instant les systèmes politiques et sans doute le peu de réaction des belges ou des suisses leur permet d'accepter l'inacceptable, seul la menace d'un nouveau Napoléon pourrait les faire sortir du bois et se rebeller comme leurs pouvoirs sclérosés et finalement nauséabonds. On va leur envoyer MELANCHON le justicier. Sus aux rentiers.
Réponse de le 12/02/2012 à 15:02 :
Encore un criminel rouge ou brun qui s'affole...
Réponse de le 13/02/2012 à 7:23 :
On ne connait que trop la sinistre litanie des libéraux.

Sous de beaux atours et des discours enjôleurs, sans oublier une pointe de cynisme et brandissant à loisir la menace d'un bolchevisme imaginaire, ces pitoyables personnages n'aspirent qu'à un chose : se servir de la Nation pour prospérer, utiliser ses routes payées par les autres pour commercer, jouir de la sécurité apportée par son armée, payée par les autres, être soigné en cas de pépin, par une sécurité sociale payée par les autres, etc etc

En fin de compte, s'accaparer la richesse des autres (puisque sans clients ni travailleurs, leur "création de richesse" n'est que purement virtuelle) tout en ne s'acquittant jamais de sa juste cotisation à la stabilité de la Nation et à la prospérité et au bien vivre de ses citoyens.

Pitoyable.
Réponse de le 13/02/2012 à 8:49 :
à "vive la France..bla bla.". Votre discours bolchévique incompréhensible et le reflet de votre intoxication collectiviste français.
Seule la liberté d'entreprendre et de disposer de celle ci sans restriction est le gage d'une prospérité et d'un enrichissement du peuple. Le collectivisme améne toujours la ruine et la désespérance, et les seuls arguments des responsable de leurs échecs successifs, est : "c'est la faute de ceux qui taxent moins que nous", c'est à dire aux paradis fiscaux. S'il y a des paradis fiscaux, c'est bien que la France est devenu un enfer fiscal. C'est à donc de l'ultra taxation collectiviste que l'on encourage à fuir ce pays et à aller développer ses affaires ailleurs. Ce n'est donc pas le résultat mais la cause la seule responsable, et des discours aussi puérile de ce monsieur n'y changeront rien.
Réponse de le 13/02/2012 à 9:01 :
Les criminels rouges naissent de la pourriture et de la putréfaction brune c'est bien connu, la rose éclos dans le fumier le plus puant, et resplendit n'en déplaise à Guéant le fabricant...de fumier, le jardinier c'est pas lui trop bête pour ça.
Réponse de le 13/02/2012 à 12:33 :
à DerRicheter. Si ce ne sont pas les entreprises et les salariés qui créent de la richesse alors qui donc ? Vos 5,5 millions de fonctionnaires dont 3 millions en trop dans ce pays ? Les monopoles d'état et les bastions des ultra collectivistes comme les dockers ? Les codes du travail et des impots archi complexes avec des articles qui se contredisent eux memes et ainsi empechent d'embaucher librement ? Vos milliers d'élus avec leurs ministéres féodaux et leurs priviléges volés aux contribuables ? Tous ces gens vivent grace à l'excés d'impots pris par la force à la société privée. Dites nous qui créent de la richesse, cela nous intérresse. Les collectivistes ont horreur de voir que des individus osent réussir grave à leur travail et aux risques qu'ils prennent, pendant que eux pondent toujours plus de taxe pour tenter de faire face à leur gabegie et à leur mauvaise gestion. Vous nous faites un bel exemple d'ultra colletiviste, en effet. Vive le libéralisme humaniste et vive la liberté des citoyens. Nous finirons pas apporter la prospérité à ce pays dés que le peuple aura chasser ces parasites d'anti libéraux.
Réponse de le 26/02/2012 à 2:42 :
pour Der richter : si vous vous relisiez avec BONNE FOI vous verriez vos incohérences !!!
en quoi se sert-on de
se servir de la Nation pour prospérer ?? la Nation est un concept qui ne veut rien dire et non une personne : la Nation ce sont des êtres humains
utiliser ses routes payées par les autres pour commercer ???
est-ce vous qui payez les routes ? NON ce sont les impôts des gens riches et qui vous font vivre grâce à leur travail effectif et non en allant chercher un travail salarié !!
jouir de la sécurité apportée par son armée ??? savez-vous que la sécurité nous coûte des millions d'emplois : NOUS N'AVONS PAS BESOIN DE SECURITE MAIS DE FAIRE DU BUSINESS !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :