Le gouvernement songe à bloquer les prix à la pompe

 |  | 492 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a indiqué que le gouvernement n'excluait pas un gel des prix des carburants. Les prix à la pompe de l'essence et du gazole ont repris leur progression à la hausse la semaine dernière, augmentant de un à deux centimes après une accalmie fin juillet pour retrouver des niveaux observés début mai.

Blocage des prix des carburants en vue? Face à l'évolution des prix des carburants, le gouvernement par la voix de son ministre de l'Economie et des Finances s'est déclaré "extrêmement attentif". En fonction de cette évolution, il "examinera toutes les options à sa disposition et n'exclut aujourd'hui aucune possibilité d'action, notamment un blocage temporaire des prix tel que proposé durant la campagne présidentielle". 

Hausse du prix du baril de 20 dollars en juillet

L'évolution des prix des carburants a suivi la hausse des cours du pétrole brut en juillet, avec un baril qui a pris près de 20 dollars en un mois à 110 dollars, a souligné mardi à l'AFP Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip). "Les prix des carburants ont réagi bien sûr et ont augmenté entre 5 et 6 centimes d'euro du litre dans la même période", a-t-il observé, ajoutant qu'avec un euro "resté à peu près stable" par rapport au dollar "il n'y a pas eu d'effet d'amortisseur". "C'est le rebond de prix du brut qui pousse le prix des carburants" qui "suivent avec un peu de retard", a-t-il résumé.

Le gazole et l'essence retrouvent leurs niveaux du mois de mai

Le gazole, qui représente plus de 80% de la consommation des carburants en France, a grimpé d'environ 1 centime à 1,4060 euro le litre en moyenne, selon les chiffres hebdomadaires de la Direction générale de l'énergie et du climat. Il revient à son plus haut niveau depuis la première semaine de mai (1,4252) et très proche de sa moyenne du premier semestre (1,4067), mais encore 5 centimes sous son niveau record de la mi-mars (1,4584).

Concernant l'essence, le sans plomb 95 a augmenté de près de deux centimes le litre, à 1,5740 euro. La hausse a été un peu plus limitée pour le sans plomb 98 (+1,2 centime) à 1,6292 euro. L'essence se situe à ses plus hauts niveaux depuis la deuxième semaine de mai mais reste 9 centimes sous ses records de début avril (1,6664 pour le SP95). Le niveau atteint le 3 août est aussi inférieur à la moyenne des six premiers mois pour le SP95 (1,5880).

Le pétrole brut marque "aujourd'hui une tendance très nette à la fermeté du prix"

Trois facteurs principaux ont poussé le pétrole brut à la hausse en juillet, selon le président de l'Ufip: l'Iran avec "des craintes sur les conséquences de (l')embargo" pétrolier occidental, "un certain apaisement sur la zone euro" qui "a rassuré un peu sur la croissance économique" et des déclarations des dirigeants saoudiens indiquant qu'"un prix de 100 dollars leur allait bien". D'ici à la fin de l'année, M. Schilansky s'attend à "des prix à la pompe relativement soutenus", car le pétrole brut marque "aujourd'hui une tendance très nette à la fermeté du prix". Depuis leurs pics atteints en mars-avril, les prix des carburants en France avaient progressivement reculé pour atteindre un point bas fin juin, puis étaient repartis à la hausse.


 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/08/2012 à 1:41 :
Ils sont pas en vacance ?
a écrit le 08/08/2012 à 11:48 :
lamentable, ça ne signifie rien un écran de fumée... les élections sont finies,

C'est bien connu, le pétrole vient de France et l'on peu bloquer son prix sur les marchés sans problèmes... de plus le manque à gagner ne manquera pas de nous revenir en impôts
a écrit le 08/08/2012 à 9:06 :
Et le fuel domestique, On y pense?
Il reste encore nombreux les gens qui utilisent cette source d'énergie. Prions pour que l'hiver soit doux car au prix de 1euro/litre , on a intérêt à se regrouper autour du poele comme il ya bien longtemps.Alors peut-être un blocage des prix dans ce cas serait impératif.Pour un prix souhaité a 0.80e/l.
a écrit le 08/08/2012 à 7:46 :
Bloquer les prix, c'est augmenter les impôts. On n'est pas dans un pays communiste ? C'est fini l'URSS, réveillez-vous, l'état n'a pas a se mêler de l'économie ni des prix.
Réponse de le 08/08/2012 à 8:20 :
bloquer les prix, n'est-ce pas bloquer la TIPP qui est un impôt sur la consommation au même titre que la TVA ? Pourquoi prétendez-vous que bloquer les prix équivaut à augmenter les impôts ???
Réponse de le 08/08/2012 à 9:15 :
Réfléchissez. Si on bloque la TIPP, l'état va gagner moins d'argent, donc on sera plus endettés et faudra compenser le manque par d'autres impôts.
a écrit le 08/08/2012 à 6:39 :
le gouvernement n'y est pour rien , mais essayer de bloquer les prix alors que la hausse vers les prix de 200 $ est ineluctable a l'horizon de 5 ans me parait bien aventureux et denote un manque de vision de l'economie . Alors le bloquage est bien une idée d'Enarque
a écrit le 08/08/2012 à 2:35 :
Il ne faut surtout pas bloquer les prix de l'essence, ce serait aller à contre-courant de hausses de toutes façons inévitables qui seront beaucoup plus importantes et retarderait les adaptations et innovations nécessaires. Celà fait des décennies que l'on prévient des hausses à venir des énergies fossiles et des pays comme par exemple la Suède n'ont pas cessé de s'y adapter en continu depuis 1974 avec des résultats significatifs, alors il est temps de faire de même avant des hausses plus fortes, nous avons plein d'exemples et de solutions désormais éprouvées pour cela. Sans compter l'impact considérable de la pollution démontrée des carburants fossiles sur l'environnement et la santé.
a écrit le 07/08/2012 à 18:23 :
pas de sous dans les caisses ,blocage des prix certes mais il faudra prendre le manque a gagner ,ou!!!!
Réponse de le 07/08/2012 à 18:31 :
isf
a écrit le 07/08/2012 à 17:53 :
l'essence augmente c'est vraiment pas de chance, les décideurs politique sont en vacances, pourvu qu'ils reviennent avant que la hausse soit terminée
a écrit le 07/08/2012 à 16:11 :
Chers français la campagne présidentielle est passée , le gouvernement est en vacances il ne faut pas trop leur en demander! D autant que l automne va être chaud en manifestations! Il faut bien qu ils se reposent avant la soupe à la grimace! Laissez les un peu tranquille! Qu ils en profite, ça ne durera pas!!!!!
a écrit le 07/08/2012 à 15:16 :
Avec ce qui vient de se passer à cause gel du Gaz, ils n'ont pas comprit les conséquences et comptent encore faire ça ? Décidément, ce sont de véritables génie, y a pas à dire !
a écrit le 07/08/2012 à 14:35 :
cela fait 3 semaines que les carburants grimpent, et du côté du gouvernement, l'on entend... rien !!! dans ma région le gas-oil était à environ 1.29 ? ; il est à 1,40 ? maintenant. Pourquoi ne pas avoir bloquer plus tôt, au moment des départs en vacances ?Qui va encore s'en mettre plein les poches ???
Réponse de le 07/08/2012 à 15:03 :
L'etat ;)
Réponse de le 07/08/2012 à 15:06 :
Il n'y a plus de sous dans les caisses. Ne compter donc pas trop sur un blocage des prix à la pompe, et ce d'autant plus qu'une hausse du prix du carburant permet d'encaisser plus de TIPP et de TVA !
Réponse de le 07/08/2012 à 15:18 :
Le gouvernement est en vacances. Les congés payés, c'est sacré !...
Réponse de le 07/08/2012 à 15:39 :
Le plus difficile, c'est l'élection. Après, on peut dormir durant 5 ans.
Réponse de le 07/08/2012 à 19:37 :
Surtout ceux la !
Réponse de le 07/08/2012 à 21:58 :
En Russie, ils ont déjà essayé de bloquer le prix de l'essence. Mais si le baril de pétrole augmente et qu'il doivent perdre de l'argent sur chaque litre d'essence vendu, les pétroliers arrêtent de vendre de l'essence ! Mais ils pourront toujours en vendre ailleurs (dans d'autres pays). Il faut arrêter de rêver, si le pétrole monte, il faut payer plus cher l'essence ! (ou moins rouler...).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :