Les Etats-Unis vont supplanter l'Arabie Saoudite comme 1er producteur mondial de pétrole vers 2020

 |   |  395  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), les Etats-Unis vont devenir le premier producteur de pétrole de la planète vers 2020, grâce à l'essor du pétrole non conventionnel. La prédominance de l'Arabie Saoudite devrait alors être battue en brèche... pendant quelques années.

Les hydrocarbures non conventionnels vont décidemment bouleverser le paysage énergétique mondial. Selon l'AIE, les Etats-Unis deviendront le premier producteur mondial de pétrole de la planète vers 2020, et un exportateur net de brut vers 2030. Ils supplanteront ainsi l'Arabie Saoudite, pendant quelques années. «Jusqu'au milieu de la décennie 2020», prédit l'Agence internationale de l'énergie. A la tête de 25% des réserves mondiales de brut, l'Arabie Saoudite devrait donc assez rapidement remonter sur la première marche du podium.

Premier producteur mondial de gaz en 2017
Les Etats-Unis pourraient cependant dans la foulée accéder à l'indépendance énergétique, en devenant pratiquement autosuffisants, a pronostiqué ce lundi l'AIE. L'Agence, qui publie aujourd'hui son étude prospective annuelle sur les marchés de l'énergie (World Energy Outlook 2012) avait en juin annoncé que les Etats-Unis deviendraient premier producteur mondial de gaz (doublant la Russie)... en 2017.
Pour le pétrole comme pour le gaz, l'AIE appuie cette prédiction sur l'essor de la production des hydrocarbures non conventionnels, autrement dit le gaz et le pétrole de schiste, ainsi que les réservoirs imperméables de pétrole léger (ou "tight oil"), qui furent longtemps considérés trop coûteux et trop difficiles à extraire.

Les Etats-Unis pourraient être exportateurs nets de brut en 2030
"Le rebond récent de la production américaine de pétrole et de gaz, menée par des essors technologiques qui permettent d'extraire" ces ressources non-conventionnelles, comme la fracturation hydraulique, interdite en France à cause des risques qu'elle fait peser sur l'environnement, "transforme à un rythme soutenu le rôle de l'Amérique du Nord" sur l'échiquier énergétique mondial, explique-t-elle.
L'AIE anticipe que ce bond de la production américaine, couplé à des mesures visant à réduire la consommation des véhicules, "fera chuter progressivement les importations pétrolières du pays, jusqu'à ce que l'Amérique du Nord devienne un exportateur net de brut, aux alentours de 2030".

Un "renversement spectaculaire de tendance"
Résultat, le Graal de "l'indépendance énergétique", un objectif longtemps considéré comme inatteignable, serait désormais bel et bien en vue pour les Etats-Unis, avance même l'Agence. Le pays, qui importe actuellement environ 20% de ses besoins en énergie, "deviendra pratiquement autosuffisant en termes nets, un renversement spectaculaire de la tendance qui prévaut pour la plupart des pays importateurs", assure l'AIE.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2012 à 19:13 :
L'AIE a très bien identifié que les ressources en pétrole conventionnel vont atteindre leur Peak-Oil en...2014. Pour ne pas effrayer la planète, on a introduit la notion de ressources en "pétrole non-conventionnel", une "couillonnade" pour faire croire que la production de pétrole ne faiblirait pas. Gros mensonge. Le futur se conjugue sans pétrole et une énergie chère. La sagesse voudrait qu'on en tienne compte, on n'en prend pas le chemin. Plus dure sera la chute.
a écrit le 15/11/2012 à 18:52 :
Mensonges, et un mensonge, plus il est gros plus il passe.
a écrit le 13/11/2012 à 1:50 :
L'AIE oublie de dire combien de temps les Etats-Unis seront énergétiquement indépendants et exportateurs de gaz et pétrole de schiste. Et là le tableau est beaucoup moins attractif. Il est clair que le lobby gazier et pétrolier qui a toujours été derrière l'AIE fait la promotion à présent du gaz et pétrole de schiste pour le bénéfice des grands opérateurs, sans se soucier des particularités de chaque pays ni du mauvais bilan environmental actuel et final. Bref ce n'est pas sérieux. Surtout quand il s'agit d'utiliser le gaz ou pétrole sous forme combustible alors qu'ils ont bien d'autres applications, souvent recyclables et à bien plus hautes valeurs ajoutées. C'est une gabegie de plus avec une vision de court terme qui va coûter très cher par la suite avec la raréfaction de nombreuses ressources.
Réponse de le 13/11/2012 à 13:01 :
Pourquoi toujours désigner un bouc émissaire"le lobby gazier et pétrolier" en France, sans faire de jugement,le président a dit non on ne fait pas et le lobby fait quoi?
Réponse de le 13/11/2012 à 20:30 :
Et bien le gouvernement, dans son désir de promouvoir les EnR, va augmenter la TVA de 7% à 10% sur le bois-énergies et baisser celle du gaz à 5% !!!

Qu'est-ce qui font les lobbies? et bien ils bossent...
Réponse de le 14/11/2012 à 9:28 :
Merci de me répondre a côté de la question.Si je vous comprend bien les lobbies sont le gouvernement vous avez de l'avenir.
Réponse de le 14/11/2012 à 20:09 :
Et d'après vous :
Qui fait passer les lois et financent les campagnes électorales des députés?
Il faudrait quiter votre nuage et aterrire dans la vraie vie .
Réponse de le 14/11/2012 à 20:40 :
Vous devriez apprendre a être plus attentif a ce que vous lisez car il s'agissait de lobbies pétrolirers et gaziers pas de gouvernements.Je vais arrêté car avec vous c'est un peu décousu et vous pensez avoir la vérité alors pas possible d'échanger des avis.Vous changez sans cesse de sujet.
a écrit le 12/11/2012 à 15:04 :
Cher Nicoboss07,

Avant de tirer à boulets rouges sur les écolos et de raconter de telles âneries, tu devrais bosser le sujet !!!

Tout le monde sait (sauf toi) que l'extraction de produits fossiles par fracture hydraulique condamne la zone d'extraction en zone Seveso = No Man's land pour des siècles !!!

(Le 24 juin 1982 la directive dite SEVESO demande aux Etats et aux entreprises d?identifier les risques associés à certaines activités industrielles dangereuses et de prendre les mesures nécessaires pour y faire face.cf Ministère de l'environnement)

" Le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt"


Réponse de le 12/11/2012 à 23:43 :
Notre zone de Lacq produite depuis 60 ans par fracturation hydraulique est elle Seveso????
Réponse de le 13/11/2012 à 1:57 :
Il n'y a eu que 3 forages horizontaux à Lacq, ce n'est pas scientifiquement représentatif des risques et la pollution on l'a bien mieux analysée depuis : eau, air, sols, nappes, effet de serre, tremblement de terre, coûts etc. Le bilan global est mauvais, çà fait partie des énergies sales, il faut donc savoir ce que l'on veut.
a écrit le 12/11/2012 à 14:40 :
Nous, en France , on a bien le gaz de schiste mais c'est sans compter nos 'amis' d' EELV qui préfèrent nous voir retourner au moyen age avec des charrettes pour ramasser le bois dans les forêts.
Surtout que dans le même temps, on ne contribue qu'à la richesse de la mafia Russe et du Quatar qui vient nous racheter nos entreprises avec nos déficits.
Réponse de le 12/11/2012 à 19:04 :
Il n'est absolument pas prouvé à l'heure actuelle qu'on ai la moindre goutte de gaz de schiste! Ce ne sont pour l'instant que des suppositions géologiques!!!
Et de plus s'il est réellement là, il sera de par la composition des couches beaucoup plus difficile à extraire qu'au Etats Unis donc moins rentable! Arrêtons de rêver!
On dirait qu'on vient de redécouvrir l'Amérique avec cette histoire! Laissons gentiment les américains prendre les risques à notre place, puisqu'il en ont tant envie, on sera toujours à temps de revenir en arrière dans 20 ans. Le gaz ne va pas s'envoler et on n'est pas pressés, enfin si, certains sont pressés de mettre la main dessus, mais ne les laissons pas faire. De toute façon, ce gaz vaudra beaucoup plus cher dans 80 ans que maintenant, et les techniques seront peut être au point.
Réponse de le 13/11/2012 à 12:54 :
A l'heure ou notre ministre du redressement voudrait que les entreprises fassent de la recherche ,il serait peut être intéressant d'en faire pour cela .Car dans 20 ans si on se décide il faudra acheter les brevets car les nouvelles techniques seront sans doute misent au point par les autres.
a écrit le 12/11/2012 à 14:31 :
L'initiative de désinformation autour du pétrole et de l'énergie en général tourne actuellement à la pure et simple propagande.

Pour les personnes un peu intéressées :
- Les US ont passé leur pic de production en 1970 à 11 millions de barils jours, ils sont aujourd'hui autour de 5ou 6 (il devient de plus en plus difficile de savoir ce que contienne les chiffres entre pétrole, all liquids incluant agro carburants, etc)
- It is a done deal
- Regardez au moins une fois les courbes ci dessous par exemple :
http://www.instituteforenergyresearch.org/wp-content/uploads/2011/02/Field-Production-of-Oil-small.jpg
et :
http://i245.photobucket.com/albums/gg69/jdl75/ushist_zps01ab4a32.jpg

D'autre part il faut aussi savoir que Fatih Birol est le seul rescapé de l'équipe de l'AIE de 1998, équipe qui, sous la direction de Jean-Marie Bourdaire à l'époque, avait essayé de produire un rapport "honnête" : résultat quasiment tous virés.

Depuis l'optimisme et les prévisions de l'AIE décroissent d'année en année pour essayer de ratrapper la réalité, ce qui serait à hurler de dire si ça n'était aussi pathétique, lecture OBLIGATOIRE à ce sujet :
http://petrole.blog.lemonde.fr/how-the-global-oil-watchdog-failed-its-mission

La crise (mondiale) est avant tout un monstrueux choc pétrolier qui ne fait que commencer, celui du pic (maximum de flux,de débit ) mondial de production de pétrole, avec en plus la montagne de dettes qui, soit dit en passant, a démarrée suite au pic US en 1970 et abandon de Bretton Woods.

Rappelons aussi que le premier choc pétrolier etait une conséquence directe du pic de production US en 1970, et non la légende "embargo arabe" ressassée à n'en plus finir (la déclaration de l'"embargo" arabe ayant eu un effet sur le prix, mais un quasi non évènement en terme de nombre de barils), à ce sujet résumé en fin de post :
http://iiscn.wordpress.com/2011/05/06/bataille-et-lenergie/
a écrit le 12/11/2012 à 14:17 :
On oublie que le retarde Obama n'en veut pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :