GDF Suez dévoile un vaste plan d'économies

 |  | 338 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le géant de l'énergie GDF Suez a dévoilé mercredi une série de mesures visant à diminuer sa dette d'un tiers en deux ans et à réduire ses coûts de 3,5 milliards d'euros d'ici à 2015. Dans ce contexte, le groupe a annoncé qu'il ne renouvellerait pas le pacte d'actionnaires qui lui donne le contrôle de sa filiale Suez Environnement , comme le révélait La Tribune.

GDF Suez a dévoilé mercredi un vaste plan d'économies et de désendettement et a annoncé qu'il allait accélérer son développement dans les pays émergents pour s'adapter à une dégradation de la conjoncture en Europe. Dans un climat de crise économique globale, de baisse du prix des matières premières et de pressions régulatoires, fiscales et concurrentielles accrues en Europe, GDF Suez a mis en place un plan d'actions pluriannuel portant sur les années 2012-2015, qui devrait contribuer au résultat net à hauteur de 3,5 milliards d'euros à partir de 2015. En outre, la trésorerie sera améliorée à hauteur d'un milliard d'euros grâce à une optimisation des investissements et du besoin en fond de roulement.

Réduction de la dette

Le groupe dit également vouloir réduire sa dette d'un tiers en deux ans, à 30 milliards d'euros. Dans ce cadre, il a décidé de ne pas renouveler le pacte d'actionnaires qui expire en juillet 2013 lui donnant le contrôle de sa filiale à 36% Suez Environnement, comme le révélait La Tribune mercredi matin. En renonçant au contrôle effectif de Suez Environnement, GDF Suez, qui intégrait jusqu'ici dans ses comptes la totalité de la dette de la filiale (environ huit milliards d'euros), ne devra plus prendre en compte, une fois le pacte échu, qu'une proportion correspondant à sa participation, soit un peu moins de 3 milliards d'euros.

Grâce à cette manoeuvre comptable, l'énergéticien, dont la dette s'est nettement alourdie depuis deux ans avec l'acquisition du britannique International Power, va ainsi pouvoir alléger ainsi ce fardeau d'environ cinq milliards d'euros. Le groupe a confirmé au passage ses objectifs financiers pour 2012 (dont un bénéfice net hors exceptionnels de 3,7 à 4,2 milliards d'euros), mais a prévenu qu'il reculerait entre 3,1 et 3,5 milliards en 2013 et 2014, car il s'attend à ce que ces deux années soient difficiles en Europe. GDF Suez espère un rebond de ses performances en 2015, mais souligne que ses perspectives antérieures pour cet horizon sont désormais caduques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2012 à 10:44 :
" Le grand plan d'économie " ! sûrement pas pour nous !!
a écrit le 06/12/2012 à 9:21 :
Mes commentaires passen à la trappe. C'est le dernier. Il existe un moyen technique pour contourner cette situation, repousser les contrats indexés " pétrole " et en reprendre au cours du marché puis faire une moyenne à la baisse. Tout directeur financier ferait ça et je l'ai fait ! Ça marche.
TOTO 2001
a écrit le 05/12/2012 à 21:01 :
"Baisse du prix des matières premières" ? Il m'a bien semblé que le prix du gaz augmentait non ?
Réponse de le 05/12/2012 à 22:12 :
Le prix du gaz augmente pour les consommateurs en France car le prix est indexé sur le pétrole. Mais le prix du gaz dans le monde est en baisse car sur les marchés mondiaux gaz et pétrole ne sont plus corrélés.
Réponse de le 06/12/2012 à 7:37 :
@jboss: Toujours ces satanés prix politiques qui permettent une agitation ridicule et malhonnête de nos gouvernants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :