GDF Suez va abandonner le contrôle de Suez Environnement

Selon nos informations, GDF Suez va annoncer jeudi matin le non renouvellement du pacte d'actionnaires qui lui confère le contrôle de Suez Environnement. Le marché attend de cette opération une baisse de la dette portée par GDF Suez.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

Selon nos informations, GDF Suez va profiter de la journée investisseurs qu?il organise jeudi pour annoncer le prochain non renouvellement du pacte d?actionnaires, qui contrôlent ensemble 48,4% du capital de Suez Environnement. Ce pacte, qui rassemble aux côtés de GDF Suez (35,7%) Albert Frères (7,2%), la CDC (2%), Areva (1,4%), CNP Assurances (1,3%) et Sofina (0,8%) expire le 22 juillet 2013. "Les actionnaires ne souhaitent pas le renouveler", affirme un proche du dossier. Interrogé, le groupe refuse de commenter cette information. Les actionnaires de référence vont-ils pour autant vendre et si oui, quand ? C'est une autre question. Albert Frère a converti début septembre l'intégralité de sa participation en obligations remboursables en actions d'ici trois ans. Une façon de vendre à l'avance ses actions.

La dette consolidée de Suez Environnement diminuée de 5 milliards d'euros

En attendant, GDF Suez va mettre en avant la conséquence positive pour ses comptes de la fin de ce pacte : la sortie de ses comptes de près de deux tiers de la dette de Suez Environnement, qui va être ramenée à un peu moins de 3 milliards d?euros contre 8 milliards actuellement.En perdant le contrôle exclusif de Suez Environnement ?statut conféré par le pacte d?actionnaires, le groupe dirigé par Gérard Mestrallet va, dans un premier temps au moins, se contenter de détenir 35,7% du capital de son ex filiale Suez Environnement. La bonne nouvelle, donc, c?est que GDF Suez ne va plus consolider 100% des résultats et de la dette de Suez Environnement, mais 35,7%. La dette de son ex filiale dans ses comptes va donc passer de 8 milliards d?euros (mi 2012) à un peu moins de 3 milliards d?euros.

La dette de GDF Suez a explosé en 2012

GDF Suez, détenu à 35% par l'Etat, a en effet un problème d?endettement. Sa dette nette a bondi de près de 25% sur les neuf premiers mois de 2012, passant de 37,6 à 46 milliards d?euros. Le coût annuel de cette dette a plus que doublé ces dernières années, passant de 800 millions en 2007 à près de 2 milliards d'euros fin 2011 (à périmètre égal). Affichant un ratio dette nette sur Ebitda (excédent brut d?exploitation) de 2,67 fin septembre, le groupe a alors promis de ramener cet indicateur à 2,5. Or, il table sur un ebitda quasi stable par rapport à 2011. Il lui faut donc se désendetter.

Le titre a plongé de 18% en 2012

Les marchés attendent ce type de nouvelle pour relancer leur intérêt pour le titre GDF Suez, très malmené en Bourse. Le titre a perdu près de 18% depuis le début de l?année, alors que le CAC 40 s?est apprécié de près de 14%. « Les grands actionnaires de référence se plaignent du cours. Ils ne comprennent pas qu?il reste si bas alors que le groupe maintient des dividendes élevés », affirme un source interne chez GDF Suez.

Une nouvelle acquisition ?

Certains analystes imaginent même que Gérard Mestrallet choisisse d?utiliser ce regain de flexibilité financière pour faire une acquisition, pour montrer que son groupe reste offensif. On le dit intéressé par des actifs GNL (gaz naturel liquéfié) que le pétrolier espagnol Repsol a mis en vente.

Décroiser les fonctions support de GDF Suez et de son ex-filiale

Au-delà de cet aspect financier, le changement de statut juridique de Suez Environnement, lié à la perte de contrôle exclusif de son ancienne maison mère, va poser toute une série de questions. « Que va-t-il se passer pour les fonctions supports communes, comme les achats, une partie de l?informatique, des services de paie ? », s?interroge un proche du dossier.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 05/12/2012 à 16:37
Signaler
Ca fait plus de dix ans que Suez est géré à coup d'accrobaties comptables dont personne ne comprend les tenants et les aboutissants...

à écrit le 05/12/2012 à 15:36
Signaler
On a du mal a comprendre la strategie de GDF meme avec de la bonne volonte on se demande si les -18% ne sont pas le debut....

à écrit le 05/12/2012 à 14:39
Signaler
Je ne comprends pas, Suez Environnement est une pépite exceptionnelle pour le groupe GDF-Suez. A noter sa filiale DEGREMONT, qui est la pointe du savoir en matière de traitement des eaux, un de nos champions nationaux. Je prédis moult déboire à ce ...

le 05/12/2012 à 16:08
Signaler
La réponse est simple. Les entreprises d'importance qui pourraient rejoindre S.E ne tiennent pas à se voir diluer dans un ensemble aux contours mal définis. Lorsqu'un entrepreneur a créé une société et réussi dans son domaine, il souhaite conserver u...

le 05/12/2012 à 16:42
Signaler
Je ne pourrais pas m'avancer sur ton point de vue. Mon sentiment personnel est qu'il s'agit d'un désengagement stratégique en rapport avec les intérêts directs de GDF. Le groupe SE je pense, n'a pas besoin d'autres partenaires d'envergure en son sein...

le 05/12/2012 à 17:37
Signaler
@El Diablo: il y a bien eu des discussions avec Veolia...

le 05/12/2012 à 18:07
Signaler
@Henry. Oui pour faire du 50/50 ;-)

à écrit le 05/12/2012 à 14:22
Signaler
GDF qui s'occupe si mal de ses clients et les pille au passage, tente de mettre un terme à la gabegie interne. On ne le félicitera pas de ce lourd retard et de son incompétance manifeste à gérer une relation client cohérente. Il serait souhaitable qu...

à écrit le 05/12/2012 à 14:13
Signaler
Y'd'l'eau dans l'gaz. Je sais elle est facile.

à écrit le 05/12/2012 à 12:18
Signaler
enfin une bonne nouvelle /// les ecolos ont fait assez de degat

le 05/12/2012 à 13:00
Signaler
Tout comme les capitalistes....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.