Nucléaire : la Finlande sort l'EPR d'Areva d'un appel d'offres

Le groupe finlandais d'énergie nucléaire Fennovoima a annoncé lundi qu'il écartait le réacteur EPR du français Areva pour la construction de la troisième centrale nucléaire de Finlande, au profit du projet du japonais Toshiba. En France, les députés écologistes demandent la création d'une commission d'enquête parlementaire.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le groupe finlandais d'énergie nucléaire Fennovoima a annoncé ce lundi qu'il écartait le réacteur EPR du français Areva pour la construction de la troisième centrale nucléaire de Finlande, au profit du projet du japonais Toshiba. "Les négociations directes avec Toshiba vont commencer immédiatement" pour un réacteur EU-ABWR à eau bouillante de 1.600 mégawatts, indique Fennovoima dans un communiqué.

Areva reste dans la course...

Fragilisé par le retrait de l'allemand EON en octobre, le consortium finlandais précise néanmoins qu'il reste incertain sur la taille du réacteur qui sera construit et qu'il "commence à réfléchir à la construction d'un réacteur de taille moyenne", de 1000 à 1300 mégawatts. Dans ce cas de figure, Fennovoima étudiera en remplacement les modèles de moyenne puissance de Toshiba mais aussi ceux d'Areva et du russe Rosatom, a précisé le groupe finlandais. Une décision doit être prise fin mars. Areva estime donc rester dans la course. "On va effectivement répondre à l'invitation de Fennovoima pour un réacteur de taille moyenne", a précisé à l'AFP un porte-parole du groupe français, qui cherche à vendre son premier réacteur de taille moyenne, l'Atmea. En parallèle, "on continue de travailler à une offre EPR avec l'accord de Fennovoima", a-t-il indiqué.

... mais la Finlande ne lui réussit pas

L'annonce de Fennovoima intervient alors qu'Areva est déjà à la peine en Finlande, où le groupe construit un réacteur EPR pour l'électricien TVO à Olkiluoto, sur la côte sud-ouest. Le consortium Areva Siemens et le futur exploitant s'accusent mutuellement d'être responsables du retard de sa mise en service, qui pourrait selon TVO n'intervenir qu'en 2016. Mais de son côté, le spécialiste français de l'atome compte toujours sur une mise en service en 2014. "Nous n'allons pas changer notre calendrier quant à l'achèvement des travaux de la centrale : elle sera prête fin 2014", s'était ainsi récemment agacé Luc Oursel, le président d'Areva, dans les colonnes du quotidien finlandais Talouselama.

Le PDG de Fennovoima Juha Nurmi a toutefois affirmé à l'AFP que ces problèmes n'avaient pas influencé la décision du groupe, "fondée sur les offres des constructeurs et nos analyses des dossiers".

Intervention écologiste

Suite à cette annonce, le groupe écologiste de l'Assemblée nationale a demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire sur les réacteurs nucléaires de troisième génération (EPR). "L'EPR vient de connaître un nouvel échec en Finlande", a déclaré ce lundi dans un communiqué le député Denis Baupin. L'élu écologiste de Paris ajoute que sur le site de l'EPR de Flamanville, en France, c'est "le marasme est total". "Dérive du calendrier, avec un quasi-doublement du temps de travaux prévu, dérive budgétaire avec un coût final estimé à 8,5 milliards d'euros, soit une multiplication par 2,5 du coût annoncé à l'origine", précise-t-il.

"A l'export, malgré le bradage des prix, l'échec de l'EPR est patent : Etats-Unis, Grande-Bretagne, Emirats, et aujourd'hui Finlande", affirme le vice-président de l'Assemblée. Aussi annonce-t-il que son groupe va déposer prochainement une proposition de résolution demandant la création d'une commission d'enquête relative à la filière EPR "pour faire la lumière sur les errements de la troisième génération de réacteurs nucléaires, les dérives de calendrier, l'explosion du budget et le coût qui sera in fine supporté par les consommateurs et les contribuables français".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 27/05/2013 à 9:15
Signaler
A l'heure du démontage de centrales nucléaires dans bon nombre de pays ; à l'heure d'accidents très graves (Fukushima, Tchernobyl et j'en passe...) ; à l'heure où on se pose des questions sur la manière de démonter les centrales sans avoir les fonds ...

à écrit le 27/02/2013 à 1:50
Signaler
Pour l'instant Areva c'est plus de 100 réacteurs dans le monde et 4 EPR en construction (France, Finlande et deux en Chine) il est question de deux autres EPR au Royaume Uni à Hincley. Aujourd'hui son carnet de commande s'élève à 45 millards d'?. Pou...

à écrit le 26/02/2013 à 17:01
Signaler
C'est fou ça! Tout le monde est contre le nucléaire, mais tout le monde envoie des commentaires à partir d'un PC ou smartphone chargé à l'énergie nucléaire. Résiliez votre abonnement EDF, et allez chez ENERCOOP, forcément ça sera un peu plus cher. Ce...

le 27/05/2013 à 9:06
Signaler
J'envoie ce message via mon électricité "verte" non produite par une centrale nucléaire. N'en faites pas une généralité.

à écrit le 26/02/2013 à 13:25
Signaler
Et je n'arrive toujours pas comprendre pourquoi les Finlandais qui ont un grand pays peu peuple ne se lancent pas plutot dans la valorisation des EnR. Ils pourraient etre auto-suffisants rien qu'avec l'eolien et l'hydro.

à écrit le 26/02/2013 à 10:15
Signaler
Et toujours aucune sanction dans cette entreprise qui nous appartient pourtant? Aucune démission? Décidement je ne comprendrai jamais une telle différence entre le monde de l'entreprise hors France et la situation française. Échouez, plantez-vous, fa...

le 26/02/2013 à 13:47
Signaler
@Camille77 , +1. L'état créé des aberrations économiques, qui n'on rien a voir avec ses prérogatives d'intérêts général. Il serait temps de solder le fiasco, et que l'état revienne à un poids raisonnable, en sortant d'activités où il n'a rien à faire...

à écrit le 26/02/2013 à 10:12
Signaler
Ne pas oublier aussi le rejet de l'appel d'offre Tchèque confirmé hier. L'EPR est un échec complet, représentatif du mépris et de la morgue de notre élite française de l'énergie. Le problème c'est qu'à cause de leur vision mono-centrée sur le nucléai...

à écrit le 26/02/2013 à 8:45
Signaler
Le nucléaire c'est tellement bien qu'Areva ne fait que perdre des milliards (hors gestion des déchets). Il serait temps d'ouvrir les yeux !

le 27/05/2013 à 9:17
Signaler
...et hors gestion du démontage des centrales dans 50 ans... Car l'argent mis de côté aujourd'hui représentera à peine 10% du prix nécessaire dans 50 ans pour les démonter sans risque sanitaire grave !

à écrit le 26/02/2013 à 6:41
Signaler
Chat finlandais échaudé craint l'eau bouillante française...

le 26/02/2013 à 12:00
Signaler
Les réacteurs japonais(Fukushima) et allemands (ils préfèrent les arrêter) sont à eau bouillante ce qui n'est pas le cas des nôtres qui sont à eau préssurisée.......la plaisenterie tombe un peu ...

à écrit le 26/02/2013 à 5:02
Signaler
Prompts à nous faire retourner dans les cavernes. C'est la verification de le théorie de l'evolution à l'envers version bobo gaucho écolo.

à écrit le 26/02/2013 à 4:16
Signaler
Et qui paye les échecs ? Les impôts et consommateurs français ? Pourquoi donc...

à écrit le 26/02/2013 à 0:45
Signaler
Quoi qu'il en soit, la mise a l'ecart du groupe Areva ressemble a une gifle magistrale .Le contrat se poursuivra sans les francais qui ont faillit.

à écrit le 26/02/2013 à 0:22
Signaler
Les écolos se plaignent que l'EPR ne soit pas construit en Finlande. Bah voyons! Ils seront plus crédibles en évitant ce genre de man?uvres hypocrites.

le 26/02/2013 à 8:52
Signaler
Relire l'article peut etre... pour eviter de dire n'importe quoi !

le 26/02/2013 à 16:48
Signaler
Il n'y a pas besoin de lire l'article en entier, il suffit de savoir lire deux lignes de suite: ["A l'export, malgré le bradage des prix, l'échec de l'EPR est patent : Etats-Unis, Grande-Bretagne, Emirats, et aujourd'hui Finlande", affirme le vice-pr...

à écrit le 26/02/2013 à 0:08
Signaler
C'est seulement maintenant qu'un audit est décidé?

à écrit le 25/02/2013 à 23:56
Signaler
Tout dépend de l'orientation énergétique des pays, qui réalisent que l'énergie nucléaire ne peut être une énergie d'avenir à très long terme. Mais plutôt une énergie de substitution dans la mise en place des énergies nouvelles. L'énergie nucléaire ré...

à écrit le 25/02/2013 à 20:26
Signaler
Le premier EPR Finlandais devait démarrer en 2009 et était facturé 3 milliards, finalement il ne sera pas fini avant 2016 et coutera autant que Flamanville (8,5 milliards). Au vu du fiasco curieux d'en proposer un 2eme si c'est pour encore mettre 5 m...

le 26/02/2013 à 12:54
Signaler
Non, ce sont des General Electric (U.S.) à Fukushima.

le 26/02/2013 à 14:59
Signaler
@ Toitoine ; technologie Us Westhinghouse...rachetée par Toshiba (mais vieille techno...) des matériels standards baissent les couts de maintenance, plus la formation des utilisateurs qui sera aussi différente d' une usine à l'autre.

le 26/02/2013 à 15:25
Signaler
@ roro: il vaut mieux une vieille technologie qui fonctionne qu'une nouvelle technologie qui ne fonctionne pas et qui coûte cher.

le 27/02/2013 à 10:14
Signaler
Ce n'est pas du tout un problème de technologies. L'EPR fonctionne. Le problème, c'est que la présidente d'AREVA, à l'époque de la Finlande, a cru pouvoir faire la maîtrise d'oeuvre et la maîtrise d'ouvrage. Deux métiers auxquels AREVA (ensemblier, d...

à écrit le 25/02/2013 à 20:13
Signaler
Il suffit de demander à Anne.

le 26/02/2013 à 12:54
Signaler
On vient juste de l'exporter chez American Express

le 27/10/2013 à 7:08
Signaler
si on additionne,ces dernieres annees,l'Epr destinne a l'exportation nous aura coute -unistar Constellation (voir proces contre Warren Buffet) 5 milliads de dollars -achat British Energy 1...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.